Serge Beausoleil a souligné le bon travail du gardien Colten Ellis, qui a fermé la porte aux Voltigeurs en première période.

Rimouski explose avec quatre buts en troisième pour vaincre les Voltigeurs

RIMOUSKI — Même si plusieurs joueurs de taille étaient absents chez les Voltigeurs, l’affrontement n’aura pas été un pique-nique pour l’Océanic, vendredi à Drummondville, surtout lors des deux premières périodes. Les Bleus ont toutefois littéralement explosé au dernier engagement marquant quatre buts sans riposte pour l’emporter 4-1.

«Ça a été un départ plus lent pour nous», a reconnu l’entraîneur-chef Serge Beausoleil. «Il faut donner le crédit aux Voltigeurs, qui étaient partout sur la patinoire et à Colten [Ellis], qui a fermé la porte souvent. Après ça, on a été en crescendo. En deuxième, on a mieux joué et, en troisième, on a été au niveau où on devait être! Ça a été une très bonne période!»

Les hommes de Steve Hartley ont dominé la première période, y compris en infériorité numérique. Mais Ellis a repoussé les 10 tirs dirigés vers lui, dont certains qui lui ont donné du fil à retordre, pendant qu’Olivier Rodrigue ne faisait face qu’à trois lancers.

Dès le début de l’engagement médian, Cédric Desruisseaux a profité d’un jeu de puissance pour déjouer Ellis en décochant un tir vif et précis sur une passe de Joe Veleno. La riposte ne s’est cependant pas fait attendre au début du dernier tiers. À 2:08, la recrue de 15 ans Frédéryck Janvier a profité d’un avatange numéique pour créer l’égalité en marquant son premier but en carrière dans la LHJMQ.

Un peu plus de neuf minutes plus tard, Cédric Paré (1er) a donné les devants aux siens en glissant la rondelle sous Rodrigue après un cafouillage de Drummondville en zone défensive. Pendant que les minutes s’égrenaient au chronomètre, Jimmy Huntington (5e) et Dmitry Zavgorodniy (4e) en ont ajouté deux autres dans un filet désert. 

Pour Beausoleil, dont la troupe poursuivra sa route vers Sherbrooke et Shawinigan lors de la longue fin de semaine de l’Action de grâces, cette victoire «commence bien le voyage».