L'Océanic a encaissé une deuxième défaite à domicile en autant de jours contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

Rimouski 2/Rouyn-Noranda 5: deuxième leçon d'humilité pour l'Océanic

RIMOUSKI — Le fait que l'Océanic eut mieux joué que la veille en y allant d'un jeu plus serré n'aura pas suffi, samedi, pour prendre sa revanche sur les Huskies. Rouyn-Noranda a imposé le même tempo que le match précédent pour défaire leurs hôtes pour une deuxième fois en moins de 24 heures au Colisée Financière Sun Life de Rimouski au compte de 5-2.

«Rouyn-Noranda mérite pleinement les points qu'il est venu chercher ici, a admis l'entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil. On méritait une leçon et on l'a eue!» Même s'ils ont surpassé leurs visiteurs sur le nombre de tirs au but (38-24), les Bas-Laurentiens n'ont jamais réussi à prendre le contrôle en territoire adverse. «De l'autre côté, on défend énormément bien le devant du filet, a observé Beausoleil. Il y a beaucoup de notes à prendre là-dessus!»

La meute a été plus rapide sur la rondelle, pendant que les Bleus étaient très souvent deuxièmes. Les hommes de Mario Pouliot ont démontré un jeu étanche et une ténacité exemplaire. «Ils jouent bien, ils sont sur la rondelle, ils ont des bâtons très actifs, a reconnu le pilote rimouskois. On croyait que ça allait être plus facile. On a rajusté le tir, mais ce n'était pas suffisant.»

Dès le début du match, les Huskies ont vite pris les devants pour donner le ton, alors que l'Océanic s'est retrouvé embouteillé dans son propre territoire. Vincent Marleau (2e) s'est emparé d'un retour de lancer à 2:21 de la première période et a vite aperçu la cage laissée béante par Carmine-Anthony Pagliarulo.

À 7 secondes du deuxième jeu de puissance des locaux, après que Justin Bergeron eut été envoyé au cachot pour obstruction, Jimmy Huntington (4e) a, comme la veille, marqué le premier but de son équipe, le quatrième en autant de matchs. «Il s'est impliqué physiquement, a observé son entraîneur. Il est allé au filet et a marqué un gros but. C'était, de loin, notre meilleur joueur!» «C'est sûr qu'individuellement, ça se prend bien, a avoué humblement le nouveau numéro 23 de l'Océanic. Mais, j'ai de très bons coéquipiers!»

L'égalité n'aura duré qu'une minute, alors que la riposte des visiteurs ne s'est pas fait attendre. À 14:03, Peter Abbandonato (2e) a gagné sa bataille derrière le filet pour redonner l'avance aux siens. «La «shot» d'après, c'est crucial, a souligné Huntington. Quand on se fait scorer, il faut être prêts à rebondir tout de suite! Mais, on n'était vraiment pas prêts. Des fois, on zigonne trop avec la puck. Il faut faire comme Rouyn-Noranda. C'est plate à dire, mais il faut prendre exemple sur eux!»

À la fin de l'engagement médian, Rafaël Harvey-Pinard a empêché une sortie de zone pour remettre le disque à Alex Beaucage qui a contourné le filet, puis l'a remis à Justin Bergeron (2e), qui a percé l'armure. À 16:09, un bel échange entre Frédéryck Janvier et Anthony Gagnon (2e) a permis à ce dernier de compléter la manœuvre. Mais, dès que l'espoir s'apprêtait à renaître chez les hommes de Serge Beausoleil, l'adversaire a frappé. À 18:35, William Cyr (2e) en a ajouté un autre en avantage numérique après qu'Alexis Lafrenière se soit retrouvé au cachot parce que sa troupe comptait six joueurs sur la patinoire. 

Pagliarulo n'a eu aucune chance. À 12:17 du troisième tiers, un tir de Patrik Hrehorcak (2e), le deuxième de sa troupe dans la période, a atteint la cible.

«En fin de semaine, les occasions de revenir dans le match était là et on n'a pas su les saisir, déplorait Beausoleil. On a joué contre une équipe qui était beaucoup plus solide au niveau des structures, beaucoup plus acharnée. Ce sont deux belles leçons de hockey, quant à moi. Les gars se pensaient bons, avant la fin de semaine. Mais, je pense qu'il y a encore beaucoup à faire au niveau de la maturité!» «On va se relever, promet cependant Jimmy Huntington en prévision du match de mercredi à domicile contre les Islanders de Charlottetown. Personne ne va nous prendre en pitié!»