L’Océanic a baissé pavillon pour une troisième fois en autant de matchs devant les Foreurs à Val-d’Or, dimanche, au compte de 5-1.
L’Océanic a baissé pavillon pour une troisième fois en autant de matchs devant les Foreurs à Val-d’Or, dimanche, au compte de 5-1.

Rimouski 1/Val-d’Or 5: l’Océanic battu par un club qui est «dans une classe à part» [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Le voyage en Abitibi a été ardu pour l’Océanic. Même s’il s’est un peu mieux défendu que lors du match de vendredi, le club bas-laurentien n’a pas encore fait le poids, dimanche, face à la formation de Daniel Renaud. Rimouski a donc baissé pavillon pour une troisième fois en autant de matchs devant les Foreurs, au Centre Air Creebec de Val-d’Or, au compte de 5-1. «Val-d’Or est dans une classe à part», a été forcé de reconnaître Serge Beausoleil.

C’était beaucoup demander à sa troupe de batailler contre une équipe aussi gonflée d’assurance. Privé de plusieurs éléments, Rimouski n’était pas à armes égales contre un club qui compte dans ses rangs Maxence Guénette et Justin Robidas qui, à 17 ans, a récolté 8 points lors des trois rencontres contre Rimouski. «Compte tenu des six joueurs manquants à l’attaque, on n’était pas en mesure de rivaliser contre une équipe aussi talentueuse et aussi rapide, avec sept ou huit choix de première ronde dans l’alignement qui sont à maturité, a admis l’entraîneur-chef de Rimouski. Ça ne leur prend pas grand-chose pour capitaliser! Il aurait fallu jouer du bien meilleur hockey.»

Contre mauvaise fortune bon coeur, l’entraîneur-chef du Bas-Saint-Laurent a toutefois reconnu que ses ouailles avaient mieux fait que lors du duel précédent. «On était beaucoup plus sur la rondelle.» D’ailleurs, il trouvait vraiment dommage que ses troupiers n’aient pas réussi à récolter davantage de buts. «On a vraiment bien bougé la rondelle. On a eu de superbes chances. On a pris deux poteaux dans le match. Vendredi, notre avantage numérique n’était pas bon. Aujourd’hui, il était “sharp” et il était solide. On a amené de bonnes rondelles au filet. Malheureusement, on n’a pas capitalisé. Il y a quelques jeunes qui ont vraiment bien joué. Il faut continuer à bâtir là-dessus!» Parmi ces jeunes, il a nommé les recrues Logan Costerano, Xavier Ducharme, Émile Lambert et Alexandre Lefebvre.

Avec trois victoires aussi convaincantes, les hommes de Daniel Renaud rejoignent à égalité les Islanders de Charlottetown au premier rang du classement général du Circuit Courteau.

Deux buts en 15 secondes

Dès le début du match, les Foreurs ont repris là où ils avaient laissé vendredi en mettant beaucoup de pression sur la défensive de l’Océanic, leur permettant ainsi de prendre encore rapidement les devants. À 6:24 de la première période, l’attaque des Foreurs a réussi à prendre en défaut Raphaël Audet à deux reprises en l’espace de 15 secondes sur des buts de Marc-Olivier Racine-Roy, dont c’était le premier but en carrière dans la LHJMQ, et Robidas (8e), qui avait été oublié dans l’enclave. «Ils ont donné deux buts extrêmement rapides qui nous ont fait mal», a déploré Beausoleil.

«Ce n’était vraiment pas des bons buts», a analysé le patron hockey des visiteurs. Il n’en fallait pas plus pour que Matthew Dunsmoor s’avance devant le filet pour venir en relève. Outre un ou deux arrêts spectaculaires, celui-ci n’a pas fait mieux. «On a eu un voyage difficile pour nos cerbères», a admis Beausoleil.

Après ce deuxième but sans riposte, les Rimouskois se sont secoués et ont commencé à mieux jouer. Ils ont refermé leur jeu afin d’empêcher l’offensive des locaux et ont réussi à passer un peu plus de temps en zone adverse.

Le seul but de l’Océanic

La troupe de Daniel Renaud a récidivé en marquant rapidement à l’engagement médian sur un but de Marshall Lessard (5e) à 0:59. Mais à 6:27, grâce à des efforts soutenus et à une meilleure gestion de la rondelle de la part des Rimouskois, William Dumoulin (5e) a réduit l’écart en faisant dévier le lancer de Frédéric Brunet. Logan Costenaro a aussi été complice de ce but. Ces deux derniers récoltaient chacun leur premier point dans la ligue.

Alors que la marque était de 3 à 1, Beausoleil n’a vraiment pas apprécié que ses hommes prennent deux pénalités, accordant par conséquent un jeu de puissance à l’adversaire à 5 joueurs contre 3. À 1:00 à faire à la période, Thomas Pelletier a fait une passe à Robidas, qui l’a refilée à Guénette (5e), qui, en supériorité numérique, a tiré dans un filet ouvert pour redonner une priorité de trois buts à Val-d’Or.

Après le deuxième tiers, Serge Beausoleil a fait part de son mécontentement à un vétéran de l’autre côté de la patinoire qui est venu embarrasser l’un de ses jeunes joueurs de 17 ans. «On ne veut pas de bagarres, on ne veut pas de coups sournois et on ne veut pas non plus d’intimidation verbale, alors que l’équipe mène 4 à 1 et qu’on s’en prend à un jeune sans aucune raison, a-t-il expliqué. Je suis allé à la défense de notre joueur.»

L’Océanic n’a pas abandonné

Au troisième vingt, après avoir raté une occasion de marquer, Lessard (6e) a profité d’un rebond de la rampe qui a atterri directement sur la palette de son bâton. Il a alors dirigé le disque d’un angle plutôt mince dans le haut de la cage pour inscrire son deuxième but du match.

En dépit de l’avance des Foreurs, les visiteurs ont continué à bûcher jusqu’à la dernière seconde de jeu, tant et si bien qu’ils ont dominé la dernière période 11-6 dans les tirs au but. «En deuxième et en troisième, on a fait de bonnes choses», a reconnu le pilote rimouskois.

Suspension de Villeneuve

Gabriel Villeneuve était absent de l’alignement de Val-d’Or. Le vétéran défenseur a été suspendu pour deux matchs pour coup à la tête contre Ludovic Soucy survenu à 9:45 lors de la rencontre de vendredi. Soucy était de retour sur la patinoire dimanche. «C’est une mise en échec à l’aveugle […], a précisé Serge Beausoleil qui avait soumis le cas à la LHJMQ. On a eu plusieurs conversations avec Ludovic Soucy. C’est un guerrier. Ce n’est pas un gars qui va accepter d’être à l’écart de l’alignement, mais je ne l’ai pas fait rejouer dans le match de vendredi soir. Gabriel Perreault, notre thérapeute, et moi-même, on a eu une rencontre avec lui pour s’assurer qu’il n’avait pas de maux de tête, pas d’étourdissements. Il semblait apte à jouer. Honnêtement, ce n’est pas le genre de mise en échec qu’on veut voir dans notre circuit.»

Les Rimouskois ont quitté l’Abitibi avec le moral plutôt bas. «Ça vient chercher les gars, a avoué leur entraîneur. Il y a des gars qui ont gagné la Coupe [Memorial], qui ont joué de grosses minutes en séries éliminatoires. Ils n’acceptent vraiment pas la défaite. On apprend à la dure, puis c’est correct!»

Serge Beausoleil participera, lundi, à une importante rencontre entre les directeurs généraux, les propriétaires et les dirigeants de la ligue. «J’imagine qu’on va discuter de la suite des choses, autant le congé que le calendrier à venir.» Le patron de l’Océanic ne s’attend pas à ce que ses troupiers jouent la semaine prochaine. «Bien franchement, on a joué énormément de matchs. On trouvait qu’on pratiquait trop et qu’on ne jouait pas assez. Là, on joue trop! On avait de la misère à faire des sorties de zone, vendredi. Je pense qu’il est temps de retourner sur la glace et de travailler un peu. Il faut avoir un équilibre.»