Le quart-arrière des Browns de Cleveland, Cody Kessler, a été blessé pendant la deuxième demie du match de dimanche contre les Steelers de Pittsburgh.

Rien ne va plus chez les Browns

Pour l'entraîneur des Browns de Cleveland, Hue Jackson, la situation a dépassé les discours de motivation. Il y a des limites à ce qu'il peut faire pour atténuer une saison catastrophique de 0-11, à ce point-ci.
Au fil des cinq prochains matchs, Jackson veut surtout que ses joueurs restent unis. «Je suis conscient de ce que les gens pensent de nous, dit-il. Nous allons continuer de travailler fort, car nous savons que c'est la seule voie vers le succès. Il faut rester solidaires.»
Dimanche, les Steelers de Pittsburgh ont dominé les Browns en obtenant huit sacs dont la moitié contre la recrue Cody Kessler, qui a subi une commotion cérébrale.
Kessler pourrait rater le reste de la saison. Il sera à tout le moins absent dimanche face aux Giants de New York, qui ont gagné leurs cinq derniers matchs.
Le vétéran Josh McCown obtiendra un troisième départ en 2016. Il a déjà vécu des saisons difficiles, mais ça ne rend pas celle en cours plus facile à digérer.
«C'est très pénible, a t-il reconnu. Surtout pour les gars qui sont avec nous depuis un certain temps, c'est frustrant. Mais au bout du compte, il faut continuer de recharger les batteries. Il faut batailler. Nous devons ça à nous-mêmes, aux entraîneurs, à l'organisation et à cette ville de rectifier les choses.»
Des joueurs frustrés
Un peu de frustration a commencé à déborder. À la suite de ce 21e revers en 22 matchs, l'ailier espacé Terrelle Pryor, dont le jeu est un rare point positif pour les Browns cette saison, a lancé un cri du coeur contre le fait que les quarts du club sont malmenés. Il n'a pas mentionné de noms, mais sa colère se voyait.
«Ils ne peuvent pas continuer de se faire frapper comme ça, a dit Pryor. Je le dis maintenant parce que c'en est trop. Ç'a m'est égal si vous devez retenir. Prenez la punition, ça va éviter à nos quarts de se faire frapper autant. J'haïs ça.»
Jackson ne peut qu'admirer le fond, mais il n'a pas aimé la forme. «Ce n'est pas Terrelle qui doit dire ça, a dit Jackson. Je sais qu'il est frustré, comme nous tous. C'est sûr qu'il a raison, il faut protéger le quart, mais ce n'est pas à lui de le dire. Il faut se soutenir. C'est ce que font les bonnes équipes, et c'est notre but d'en devenir une.»
Jackson affronte la tempête de la seule manière qu'il connaît - de face. Il ne s'attendait pas à autant de défaites, mais il est déterminé à ne pas se laisser abattre.
«Je crois vraiment que je suis l'homme de la situation, a dit Jackson. Les résultats ne sont pas là, mais je ne me défile pas. Ça va changer. C'est le mandat que je me suis donné.»