Devenue mère d'un petit garçon en décembre 2016, Victoria Azarenka s'est séparée quelques mois plus tard du père de Léo et depuis, les deux parents se disputent la garde de leur fils devant la justice américaine.

Revoilà Azarenka!

MIAMI — Pour la première fois depuis presque deux ans, l'ancienne N.1 mondiale Victoria Azarenka a atteint les quarts de finale d'un tournoi WTA lundi à Miami, une victoire personnelle pour la Bélarusse dont la carrière est ralentie par une bataille judiciaire pour obtenir la garde de son fils.

Elle n'avait plus remporté quatre matchs de suite depuis son sacre à... Miami en 2016.

En huitième de finale, elle n'a laissé que quatre petits jeux à la Polonaise Agnieszka Radwanska (N.32), elle aussi ancienne lauréate du tournoi floridien, qu'elle a balayée en une heure (6-2, 6-2).

«Je suis heureuse de pouvoir jouer à un bon niveau pendant quatre matchs dans un tournoi aussi important, c'est signe de progrès», a admis la 186e joueuse mondiale qui a bénéficié d'une invitation pour entrer dans le tableau principal.

Pour son premier tournoi de l'année début mars, à Indian Wells, elle s'était en effet arrêtée dès le deuxième tour.

«Mais je suis encore loin du niveau que je veux atteindre, même si je fais de grands pas dans cette direction», a admis «Vika» (28 ans).

La Bélarusse refuse de s'emballer : «Je prends les matchs les uns après les autres, cela a toujours été mon credo depuis que j'ai commencé le tennis», a-t-elle insisté alors qu'elle défiera en quarts la Tchèque Karolina Pliskova, ancienne N.1 mondiale désormais sixième au classement WTA.

Williams 20 ans après

Azarenka — vingt titres à son palmarès, dont deux en Grand Chelem (Omnium d'Australie 2012 et 2013) et trois éditions de l'Omnium de Miami  — savoure son parcours, car elle revient de loin.

«Ce que j'ai vécu depuis sept mois et ce que je continue de vivre est difficile d'un point de vue émotionnel, il va falloir du temps pour s'en remettre, car c'est quelque chose de très difficile», avait-elle expliqué après sa victoire au troisième tour.

Devenue mère d'un petit garçon en décembre 2016, Azarenka s'est séparée quelques mois plus tard du père de Léo et depuis, les deux parents se disputent la garde de leur fils devant la justice américaine.

C'est pour cette raison que la Bélarusse a peu joué ces derniers mois et privilégie exclusivement les tournois américains.

À Key Biscayne, à peine ses matchs terminés, elle va rejoindre au plus vite son fils : «Je veux passer le plus de temps possible avec lui et en même temps, je suis une joueuse de tennis, il faut trouver un équilibre, c'est un défi difficile, mais j'adore», a-t-elle assuré.

Une autre ancienne lauréate du tournoi, Venus Williams, fait des étincelles : vingt ans tout juste après son premier sacre à Miami, l'aînée des sœurs Williams, 37 ans, a fait chuter la tenante du titre, la Britannique Johanna Konta (N.14).

Elle s'est imposée 5-7 6-1 6-2 après une bataille de plus de deux heures : «Tout le monde produit son meilleur tennis contre moi», a souri la N.8 mondiale.

Kokkinakis craque

Après la N.1 mondiale Simona Halep, au troisième tour, et sa dauphine Caroline Wozniacki, dès le deuxuème tour, le N.3 mondiale Garbine Muguruza a à son tour mordu la poussière face à l'Américaine Sloane Stephens (N.12) 6-3, 6-4.

Dans le tournoi masculin, l'Australien Nick Kyrgios, 20e mondial, a facilement dominé au troisième tour l'Italien Fabio Fognini (N.18) 6-3, 6-3.

«Je suis venu ici sans avoir beaucoup d'attente, j'ai des douleurs au dos et je suis loin de mon meilleur niveau», a-t-il insisté.

Alors qu'il attendait de rentrer sur le court, Kyrgios a fait du... Kyrgios : il a écrit un tweet critiquant avec virulence l'Espagnol Fernando Verdasco qui affrontait son grand ami et autre enfant terrible du tennis australien, Thanasi Kokkinakis.

En difficulté dans le troisième set, mené 3 à 1, Verdasco s'en est pris au père de Kokkinakis, assis en tribune, avant que les deux joueurs ne s'invectivent au changement de côté.

L'incident a sorti de son match le jeune Australien (N.175), retentissant vainqueur au deuxième tour du N.1 mondial Roger Federer, et il s'est incliné 3-6, 6-4, 7-6 (7/4).

+

Shapovalov passe au quatrième tour 

Le Canadien Denis Shapovalov est passé au quatrième tour à l’Omnium de Miami, lundi, victorieux 6-4, 3-6 et 7-5 devant Sam Querrey, des États-Unis.

L’Ontarien a signé un bris pour mener 5-4 au troisième set. Querrey a créé l’impasse au service, puis Shapovalov a repris les devants avec son quatrième as de la journée.

Au 12e jeu, le Canadien a mérité un quatrième bris pour récolter la victoire en deux heures et 24 minutes. Il a converti sa première balle de match, un revers de Querrey ne franchissant pas le filet.

Shapovalov aura comme prochain adversaire Borna Coric, de la Croatie, ou bien Jack Sock, des États-Unis.  La Presse canadienne