Sidney Crosby accompagné par Camil Leblanc et Henri Martin de l'Océanic

Retrait du numéro 87: soirée émotive pour Sidney Crosby à Rimouski [VIDÉO]

RIMOUSKI — Dans un Colisée Financière Sun Life comble, animé par plus de 5000 partisans survoltés, une grosse vague d’amour a déferlé à Rimouski sur le légendaire Sidney Crosby, vendredi, qui n’arrivait pas à cacher ses émotions. À la fin d’une cérémonie qui a duré plus d’une heure, Sid the Kid a assisté, dans un moment solennel, au retrait de son chandail de l’Océanic, le numéro 87.

L’événement, qui marquait le début des festivités entourant le 25e anniversaire de l’organisation, a été doublement historique. En plus du retrait du chandail de l’Océanic, le commissaire du circuit a profité de l’événement pour annoncer que Sidney Crosby devenait aussi le premier joueur de l’histoire de la LHJMQ à voir son numéro retiré. «Personne d’autre ne pourra plus porter le numéro 87 dans la Ligue», a fait savoir Gilles Courteau lors de son allocution, en rappelant que le jeune homme originaire de Cole Harbour en Nouvelle-Écosse avait été recruté le 7 juin 2003 à Val-d’Or à l’âge de 15 ans. «Il est devenu le troisième meilleur joueur de l’histoire de la LHJMQ», a-t-il indiqué.

La cérémonie animée par l’annonceur maison de l’Océanic, Michel Germain, a été ponctuée de différentes interventions, dont certaines préenregistrées et diffusées sur l’écran central de l’amphithéâtre. Sidney Crosby a fait son entrée sur une allée bordée des trophées remportés par le prodige au cours de sa carrière, jalousement gardés par une haie d’honneur formée par les joueurs actuels de l’Océanic qui portaient tous un uniforme du numéro 87 orné du nom Crosby. Dès son apparition sur la patinoire, le grand Sidney a eu droit à une ovation à tout rompre qui a duré près de 9 minutes. Le maître de cérémonie a peiné à reprendre la parole, tant les partisans, venus d’aussi loin que Montréal et la Nouvelle-Écosse, n’arrivaient plus à se contenir, criant en chœur «Sidney, Sidney» et entonnant des chansons à son intention.

Celui qui a été son entraîneur en 2004-2005 ne s’est pas montré surpris d’une telle ovation. «Elle est égale à vous-mêmes», a exprimé Doris Labonté en s’adressant à la foule. Il a aussi souligné qu’il se sentait privilégié de pouvoir s’adresser à Sidney Crosby en cette soirée d’hommage. «Sidney, tu as laissé ta marque au-delà des statistiques, a-t-il fait valoir. Ce qu’on a vu, c’est un jeune homme qui a démontré autant de passion que de maturité.» L’ancien pilote de Rimouski n’a jamais pu oublier le premier match de son protégé à Rouyn-Noranda en 2003, alors qu’il avait marqué trois buts et une passe en troisième période. «Tu avais transformé ce qui s’annonçait comme une défaite de 3-1 en une victoire de 4-3, a raconté M. Labonté. Tu es un modèle. Je suis fier d’avoir été ton entraîneur!»

Sidney Crosby et le commissaire Gilles Courteau

Meilleur ami

L’un de ses coéquipiers et cochambreur de l’époque, qui est demeuré son meilleur ami, Eric Neilson, a fait une allocution qui a pris des allures de spectacle, ponctué d’humour, de mimes et d’onomatopées.

Le capitaine des Penguins était accompagné de ses parents, de sa sœur et de son amie de cœur. Parmi les invités d’honneur s’y trouvait Maurice Tanguay, qui avait participé au recrutement du jeune Crosby en 2003 alors qu’il était le propriétaire de l’Océanic.

Sidney Crosby s’est humblement avancé au micro, les yeux dans l’eau, hochant de la tête comme s’il ne pouvait croire à un tel débordement d’affection. Il a relaté ses premiers moments au sein de l’Océanic. Il a ensuite remercié tous ceux qui ont contribué à devenir le joueur qu’il est devenu. «Rimouski, vous êtes important pour moi et pour ma famille, a-t-il dit en français d’une voix parfois étouffée par l’émotion. Merci du fond de mon cœur.»

Après la cérémonie, il est sorti dehors pour aller saluer des fans qui l’attendaient. La vedette s’est penchée vers Charlie et Théo Nadeau, âgés de 9 et 10 ans, venus de Saint-Georges-de-Beauce pour signer un autographe sur leur figurine à son effigie. «Ça va être une soirée inoubliable», a laissé tomber Théo, pendant qu’une larme coulait sur sa joue.

Inspiré par «Sid the Kid», l'Océanic a défait le Phoenix de Sherbrooke 4-3 en prolongation.

La bannière de «Sid the Kid» hissé à jamais dans les hauteurs du Colisée Financière Sun Life
Sidney Crosby et sa famille