Pierre Karl Péladeau (à droite), qui était présent lors de l'annonce du retour de Patrick Roy avec les Remparts, a réaffirmé que Québecor continuait à travailler pour ramener une franchise de la LNH à Québec.

Retour de la LNH : Québecor garde le cap

Au moment où la ville de Las Vegas vibre au rythme du hockey et que celle de Seattle se prépare à recevoir la 32e équipe de la LNH, le dossier de Québec est toujours rangé dans un tiroir du bureau de Gary Bettman, et ce, même si Québecor a réaffirmé son désir de voir aboutir son projet de ramener les Nordiques.

«Comme le dit la fameuse formule : [tout] vient à point à qui sait attendre», a lancé Pierre Karl Péladeau, en marge de la conférence de presse confirmant l’embauche de Patrick Roy comme entraîneur-chef et directeur général des Remparts.

Sa présence et celle de Roy dans l’amphithéâtre construit, notamment, pour accueillir une équipe de la LNH, se voulaient une occasion idéale pour faire le point sur le dossier de la LNH à Québec.

La question a d’abord été posée à Roy. «Je pense qu’elle est plutôt dirigée à Pierre Karl qu’à moi», a-t-il répondu en riant, passant ainsi la rondelle à l’homme d’affaires.

«Aujourd’hui, c’est la journée de Patrick Roy. Mais sachez que Québecor a la même volonté et détermination qui prévalaient au moment où nous nous sommes engagés dans les négociations concernant la construction de l’amphithéâtre. Nous avons des contacts avec la Ligue, et je vais répéter ce que j’ai eu l’occasion de dire à plusieurs reprises, on ne négociera jamais en public», a répondu le président et chef de la direction de Québecor.

Lors du processus d’expansion ayant mené à l’ajout de Las Vegas à titre de 31e franchise de la LNH, le coût d’entrée était fixé à 500 millions $ en devises américaines. La candidature de Québec n’avait pas été retenue. Même chose dans celui qui devrait permettre à Seattle d’avoir son équipe, car seule cette ville a obtenu le droit de présenter son dossier.

«Soyez assurés que la capacité financière de Québecor est encore meilleure qu’elle ne l’a jamais été. Alors tous les ingrédients sont réunis pour que nous puissions poursuivre dans ce qui était notre but au départ. Et nous allons continuer avec la patience nécessaire en cette matière», a ajouté Pierre Karl Péladeau avant que Martin Tremblay, chef de l’exploitation de Québecor Groupe Sport et divertissement n’intervienne pour ramener la discussion sur le sujet du jour.

Situation «gagnant-gagnant» 

Questionné après coup par Le Soleil sur l’impact que pourrait avoir le retour de Patrick Roy dans les démarches auprès de la LNH, Péladeau était ravi de l’avoir dans son équipe. «C’est tout un personnage, on es-tu d’accord? Cela envoie clairement un message que Québec est un marché de hockey, on l’a toujours dit. Toutes les considérations de cette nature aident et on va continuer à travailler avec énergie et détermination.»

Plus tôt, Martin Tremblay avait déclaré que la venue de Roy était une situation «gagnant-gagnant» pour les Remparts et Québecor. D’autant plus que son arrivée coïncide avec une baisse d’achalandage dans les gradins.

«Nous sommes très heureux d’avoir Patrick, et c’est clair qu’il y aura des répercussions sur le plan affaires. Déjà, le téléphone sonnait cette semaine et il n’y avait pas de confirmation. Les Remparts ont encore l’équipe LA plus populaire au Canada, et si la présence de Patrick amène plus de monde au Centre Vidéotron, c’est une bonne chose.»

Il ajoute ne pas avoir forcé la main de Jacques Tanguay pour dénicher un gros nom pour prendre place derrière le banc.

«On est chanceux d’avoir un président avec l’envergure de Jacques Tanguay, alors tu le laisses présider. À la fin, lorsqu’il me dit que son candidat est Patrick Roy, tu lui dis vas-y, let’s go

LIRE AUSSI : PATRICK ROY S'OFFRE UN «CADEAU» EN REVENANT AVEC LES REMPARTS

LIRE AUSSI : ROY DÉJÀ AU TRAVAIL