Karine Malenfant attend une réponse de Sports Québec à la demande de report d'un an de la 56e Finale des Jeux du Québec à Rivière-du-Loup.
Karine Malenfant attend une réponse de Sports Québec à la demande de report d'un an de la 56e Finale des Jeux du Québec à Rivière-du-Loup.

Report de la finale des Jeux du Québec 2021 à Rivière-du-Loup: en attente d'une décision

Le comité organisateur de la 56e Finale des Jeux du Québec, dont la tenue était prévue à l'hiver 2021 à Rivière-du-Loup, attend toujours une réponse de Sports Québec à sa demande de report d'un an. «On va avoir des nouvelles d'ici la fin du mois de juin», s'attend Karine Malenfant du comité organisateur.

Devant l'incertitude causée par la pandémie, le conseil d'administration de la Finale des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup 2021 a adopté une résolution, à la mi-mai, demandant à Sports Québec de pouvoir reporter l'événement prévu en février 2021 à février 2022.

«À ce moment-là, il n'y avait pas du tout de déconfinement sportif, explique la directrice générale du comité organisateur de la Finale des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup 2021, Karine Malenfant. Une finale des Jeux du Québec, ce sont les meilleurs athlètes de partout au Québec qui se réunissent. On veut que les jeunes puissent s'entraîner, faire des qualifications, que leurs parents puissent assister aux compétitions et qu'il y ait des spectateurs dans les estrades. C'est autant pour les jeunes que pour les retombées économiques du milieu.»

Retombées

Si la pratique de certains sports peut graduellement reprendre, celle des sports de combat qui sont à l'horaire de la finale des Jeux du Québec, soit le judo, la boxe et le taekwondo, n'est pas près de recommencer. Aussi, les conséquences pourraient être lourdes sur le plan économique si les parents ne peuvent pas venir encourager leurs enfants lors des compétitions. «Si on n'a pas de visiteurs, on n'a pas de retombées, en déduit Karine Malenfant. On est allé chercher un peu plus d'un million$ auprès de partenaires privés en leur vendant des retombées économiques pour le milieu. Si les visiteurs ne sont pas là, on passe à côté!»

Si plusieurs partenaires financiers se demandent ce qu'il va arriver de leur entreprise, Mme Malenfant croit que la majorité a les reins solides. «C'est sûr que l'avenir est incertain, reconnaît-elle quand même. Il faudra voir ce qui va se passer. Que l'on reporte d'un an ou que l'on maintienne en 2021, c'est la même chose.» Selon elle, les partenaires de l'événement sont tout à fait favorables au report d'un an. «Ils sont conscients et voient ce qui se passe. Ils ont la même vision que nous de ce que devrait être la finale: un événement historique où on accueille les gens de l'extérieur.»

Les mesures de distanciation sociale posent aussi tout un défi à l'organisation. «Comment on héberge les jeunes dans les écoles?, s'interroge-t-elle. Comment on les nourrit dans les cafétérias?» Aussi, plusieurs bénévoles parmi les 2 500 nécessaires à la tenue de la finale étaient confinés à la maison parce qu'ils sont âgés de plus de 65 ans.

Si la réponse de Sports Québec s'avérait négative, le comité organisateur devrait accélérer la cadence à partir de maintenant et engager beaucoup de dépenses. «Mais, tout le monde annonce une deuxième vague», fait aussi remarquer Karine Malenfant.

Conséquence

L'éventualité d'un report de l'événement ne sera toutefois pas sans conséquence. «Pour la prochaine année, le comité organisateur va être au ralenti, prévoit la directrice générale. On était dans un crescendo de la mobilisation du milieu. Ça allait bon train! Le recrutement de nos bénévoles et le plan de communication seront à revoir. Il faudra presque repartir à zéro!» Aussi, comme la finale des Jeux du Québec 2020 qui devait se tenir cet été à Laval a été reportée en 2021, la mission d'observation du comité organisateur des Jeux de Rivière-du-Loup tombe à l'eau.

Un report aura aussi des impacts financiers. Cela signifiera une année supplémentaire de frais fixes, de loyer et de salaires. «Ce qu'on a de la difficulté à évaluer en ce moment, ce sont les choses qui vont peut-être coûter plus cher, indique Karine Malenfant, qui fournit comme exemple le prix d'une boîte de gants qui est passé de 8$ avant la crise sanitaire à 22$ actuellement. Juste le budget pour l'alimentation, c'est 600 000$ pour la finale. C'est sûr que les coûts vont augmenter! En même temps, il y aurait des coûts si on maintenait la finale en 2021, dont pour le transport. À cause des mesures de distanciation sociale, on n'est plus capables d'asseoir deux jeunes sur une même banquette d'autobus.»

Comme Sports Québec a accepté de reporter la finale de Laval, l'organisation de Rivière-du-Loup est confiante que sa demande puisse être favorablement accueillie. «Dans le contexte actuel, ce serait très surprenant qu'ils aillent à l'encontre de la volonté du milieu», croit Mme Malenfant.