Joshua Roy et Olivier Nadeau se sont produits devant les recruteurs à Boisbriand, au cours des derniers jours.

Repêchage de la LHJMQ: le meilleur reste Joshua Roy, croit son coach [VIDÉO]

Justin Robidas s’est démarqué jusqu’en finale canadienne midget, dimanche, et pourrait maintenant ravir le premier rang au repêchage junior à Joshua Roy. «Aucun doute pour moi que le meilleur joueur disponible demeure Joshua Roy», tranche néanmoins l’entraîneur de Roy.

Pilote des Chevaliers de Lévis, Mathieu Turcotte a vu Robidas et les Cantonniers de Magog s’incliner 2-1 en finale de la Coupe Telus contre Toronto, en prolongation, allongeant la disette québécoise à 18 ans. Robidas a quand même fini meilleur pointeur et a été nommé meilleur joueur du tournoi.

«Si tu veux être repêché, c’est toujours bon de rester dans la vitrine le plus longtemps possible et Justin Robidas l’a fait. C’est une possibilité qu’il soit choisi avant Joshua, selon le besoin de l’équipe. Mais il n’y a aucun doute pour moi que le meilleur joueur disponible demeure Joshua Roy», a commenté Turcotte, lundi, lors du bilan de saison des Chevaliers.

Les Sea Dogs de Saint-Jean détiennent la première sélection au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), présenté le 8 juin, à Québec. Il est admis depuis longtemps que Roy, joueur exceptionnel de sa génération, sera appelé en premier sur la scène du Centre Vidéotron.

Mais Robidas, fils de l’ancien défenseur de la LNH Stéphane Robidas, a brouillé les cartes dans le dernier mois. Pendant ce temps, Roy se contentait du rôle de spectateur après l’élimination-­surprise de ses Chevaliers pourtant auteurs d’une saison record d’une seule défaite en 42 rencontres et de 34 victoires consécutives. Ce seul revers de Lévis en saison est survenu contre Magog, Robidas inscrivant deux buts dans ce match.

Faire sa marque

Avec 38 buts et 88 points en 42 parties de saison, Roy a dominé les marqueurs de la ligue. Exploit encore plus impressionnant pour un joueur de 15 ans. Robidas a pour sa part cumulé 53 points en 35 matchs de saison. Ils ont gagné la médaille d’or ensemble aux Jeux du Canada, début février.

«Je n’ai entendu que de bons commentaires sur Saint-Jean, mais peu importe je suis choisi à quel rang et par quelle équipe, mon seul objectif est de faire ma marque au camp», commente de son côté Roy.

«J’ai hâte et je suis nerveux en même temps. J’attends ça depuis que je suis tout petit», poursuit le natif de Saint-Georges de Beauce. «Il me reste une touche physique à améliorer, les gars du junior étant plus vieux et plus forts physiquement. Mais sinon, je pense que je suis prêt.»

Turcotte ne tarit pas d’éloges envers son numéro 19, selon lui «le meilleur joueur dans l’histoire de la concession» et «l’un des meilleurs à être sortis de la région». «Facile à diriger», «terre à terre», «travaillant» et «aimé de ses coéquipiers» font aussi partie de ses qualités, en plus d’être juste vraiment bon sur la glace.

Les Chevaliers auront plusieurs joueurs repêchés par la LHJMQ dans moins de six semaines. Six se sont produits devant les recruteurs au Défi d’Excellence tenu de jeudi à dimanche, à Boisbriand : Roy, Olivier Nadeau, Olivier Boutin, Dylan Champagne, Julien Hébert et Elliot Lavoie.

Nadeau arrive aussi dans le haut de la liste, tandis que Hébert et Lavoie ont ouvert des yeux dans les derniers mois.

«Je vais arriver au repêchage la tête froide, sans me faire trop d’idées. Je serai content, peu importe où j’irai. Je vais travailler fort cet été pour arriver prêt au camp junior, où j’aimerais me faire une place», indique Nadeau, de Lac-Etchemin, qui s’entraînera cet été à Saint-Georges avec Roy, Champagne et d’autres Beaucerons.

+

TURCOTTE VEUT AUSSI GRIMPER

La Ligue de hockey midget AAA du Québec est un circuit de développement autant pour les joueurs que pour les coachs. Après une saison record pour sa quatrième campagne à la barre des Chevaliers de Lévis, il est permis de croire que l’entraîneur-chef Mathieu Turcotte est tombé dans l’œil de certaines organisations du junior majeur. «Comme les joueurs, j’ai des envies de monter dans le junior. J’ai quelques discussions, mais rien d’officiel. Il n’y a rien de fait encore», affirme celui qui ne peut garantir son retour à Lévis pour une cinquième année. Il sera quand même sur la patinoire la semaine prochaine pour le camp printanier aux côtés d’une soixantaine d’espoirs des niveaux bantam et midget. «L’an prochain, on n’aura pas une saison comme on a eu cette année, c’est sûr et certain! Je nous vois plus dans le milieu de peloton, entre les positions 7 à 10» sur 15 formations.  

+

RETOUR À l’ARÉNA DE LÉVIS

Aussi incroyable qu’ait pu être la saison des Chevaliers de Lévis avec un seul revers en 42 parties, le fait de jouer les matchs locaux dans un aréna d’emprunt trop petit à Charny y jette une ombre. «Avec le transport, on a perdu plus de 45 heures en salle de musculation. Ce n’est la faute de personne, mais c’est un fait. Quand tu perds en prolongation au cinquième match de la demi-finale, tu y penses», constate l’entraîneur Mathieu Turcotte. Le retour dans un Aréna de Lévis fraîchement rénové, pour le camp présaison d’août, sera donc plus que bienvenu. Turcotte garde aussi en tête qu’après des saisons records, le Lightning de Tampa Bay de 2018-2019 (LNH/62 victoires), les Warriors de Golden State de 2015-2016 (NBA/73 victoires), les Patriots de la Nouvelle-Angleterre de 2007 (NFL/16-0) et les Red Wings de Detroit de 1995-1996 (LNH/62 victoires) n’ont pas gagné leur finale non plus.