Une Américaine maintenant âgée de 34 ans soutient avoir été agressée dans une chambre d’hôtel en juin 2009 par Cristiano Ronaldo, des allégations que la vedette de la Juventus de Turin nie catégoriquement.

Réouverture d'une enquête sur Ronaldo pour un présumé viol

LOS ANGELES — La police de Las Vegas a annoncé lundi avoir rouvert l’enquête sur des accusations de viol portées par une Américaine de 34 ans contre la star mondiale du football Cristiano Ronaldo, qui a catégoriquement démenti toute agression sur la jeune femme dans sa chambre d’hôtel en juin 2009.

«Fake news», a affirmé dimanche l’attaquant du club italien de la Juventus Turin, dans une courte vidéo en anglais sur son compte Instagram. La plaignante, Kathryn Mayorga, affirme dans une plainte déposée dans l’État du Nevada que Ronaldo l’a sodomisée de force le 13 juin 2009 et a exercé des pressions pour lui faire signer un accord financier la contraignant au silence.

La plaignante avait bien dénoncé un viol présumé à la police de Las Vegas et fait l’objet d’un examen médical. «Mais à l’époque où la déposition avait été prise, la victime n’avait pas fourni aux enquêteurs ni le lieu de l’incident, ni la description du suspect», a souligné lundi la police de Las Vegas.

Crainte d’être humiliée

D’après la plainte, la jeune femme s’était en effet abstenue de citer nommément Ronaldo, se contentant d’évoquer «un joueur de football célèbre», et la procédure avait tourné court. Elle avait eu peur d’être «humiliée publiquement» et de subir des mesures de «rétorsion» de la part de Ronaldo, explique la plainte au civil déposée le 27 septembre.

Selon son récit, Mme Mayorga avait rencontré Ronaldo au Palms Hotel de Las Vegas, chacun faisant partie d’un groupe. Ronaldo l’aurait alors invitée, ainsi qu’une amie et d’autres personnes, dans sa suite. Là, il aurait demandé à la jeune femme, 24 ans à l’époque, de se joindre au groupe dans un jacuzzi. 

Celle-ci n’ayant pas de maillot de bain, il lui aurait proposé un short de sport et un tee-shirt, la menant à la salle de bains pour qu’elle puisse se changer. Selon ses dires, c’est pendant qu’elle se déshabillait que le footballeur a fait irruption dans la salle de bain, sexe apparent, pour lui demander une fellation. Mme Mayorga dit avoir refusé et demandé à quitter les lieux.

Au moment où elle sortait de la salle de bain, elle accuse Ronaldo de l’avoir poussée sur un lit, pour tenter d’avoir une relation sexuelle avec elle. Et c’est parce qu’elle se protégeait le sexe de ses mains pour éviter d’être pénétrée qu’il l’aurait sodomisée, tandis qu’elle criait «non, non, non». Après l’agression, Ronaldo l’aurait laissée partir, «affirmant être désolé et qu’il se comportait d’habitude comme un gentleman».

375 000 $ contre son silence

Après cette soirée, une «médiation privée» aurait été organisée entre des représentants de Ronaldo, la plaignante et son avocat. Une transaction financière avait alors été conclue, accordant un versement de 375 000 $ en échange d’une confidentialité absolue sur les faits présumés ou l’accord, ainsi que l’abandon de toute procédure.

Pour les avocats de Mme Mayorga, cet accord est nul et non avenu, notamment en raison de l’état psychologique de leur cliente à l’époque et des pressions exercées à son encontre. Une équipe de «spécialistes de la protection de la réputation» engagée par Ronaldo aurait notamment menacé de diffuser des informations selon lesquelles la jeune femme avait sciemment eu une relation sexuelle avec le footballeur dans le but de le faire chanter.

Cet argument a été utilisé dimanche par Ronaldo sur son compte Instagram. «Ils veulent se faire de la publicité sur mon nom. C’est normal. Ils veulent devenir célèbres», avait-il écrit, en réponse à une entrevue de Mme Mayorga publiée par le journal allemand Der Spiegel.