Le seul but du match a été l’oeuvre de Harry Novillo, son premier dans l’uniforme de l’Impact, durant la 55e minute de jeu à l’aide d’un superbe tir décoché d’une vingtaine de mètres.

Rentrée montréalaise réussie pour l'Impact, victoire de 1 à 0

MONTRÉAL — Peut-être que les joueurs de l’Impact de Montréal auraient voulu livrer un match parfait à leurs partisans, samedi, en cette journée de rentrée au stade Saputo. Ça n’a pas été le cas, mais ça ne les a pas empêchés d’ajouter trois précieux points au classement.

Les hommes de Rémi Garde ont amorcé sur une note positive leur calendrier local en défaisant le Crew de Columbus par le score de 1-0 devant 18 634 spectateurs.

La victoire, la première sans Ignacio Piatti dans l’alignement, vient conclure une semaine fort occupée pour l’Impact (3-2-2), avec trois matchs depuis samedi dernier.

Surtout, elle devrait aussi faire oublier une fois pour toutes la cinglante défaite de 7-1 à Kansas City le 30 mars dernier, dont Garde et ses joueurs continuent d’entendre parler.

«Depuis, je pense, on a remis les choses à l’endroit. Pas toutes, mais au point de pouvoir battre aujourd’hui Columbus dans une semaine où on avait trois matchs, où on avait des déplacements, où on n’a pas pu préparer ce match avec autant de temps que l’adversaire», a déclaré l’entraîneur-chef de l’Impact.

«Tout n’a pas été réussi, loin de là, mais il y a des matchs dans la saison où il faut savoir gagner comme ça, surtout contre des adversaires qui sont solides et difficiles à manoeuvrer.»

Le seul but du match a été l’oeuvre de Harry Novillo, son premier dans l’uniforme de l’Impact, durant la 55e minute de jeu à l’aide d’un superbe tir décoché d’une vingtaine de mètres.

«C’est toujours bien de marquer. Le premier est toujours le plus dur. Après, j’espère que ça va suivre. Mais le plus important pour moi, c’est que le groupe ramène trois points», a déclaré Novillo, dont le but était le premier par un joueur de la formation montréalaise en quelque 236 minutes de jeu.

L’autre vedette de la rencontre a été le gardien Evan Bush, qui a bloqué les cinq tirs auxquels il a fait face, dont deux particulièrement dangereux en première demie, pour signer un troisième blanchissage consécutif.

Maintenant qu’ils ont renoué avec leurs partisans et leur domicile, les joueurs de l’Impact retourneront à l’étranger pour leurs deux prochains matchs, à commencer par samedi prochain à Philadelphie.

Des chances de part et d’autre

Le match a offert du jeu assez partagé pendant la première demie, bien que le Crew ait dominé au chapitre de la possession.

Bush, qui n’avait pas eu besoin de réaliser un seul arrêt mardi face au D.C. United à Washington, a sauvé la face deux fois plutôt qu’une lors des 45 premières minutes de jeu. Dans un intervalle de quatre minutes en milieu de demie, il a réalisé deux arrêts de qualité, d’abord contre Federico Higuain, puis contre Robinho.

Il a aussi joué un peu de chance lorsqu’un tir de Gyasi Zardes, durant la 39e minute de jeu, a roulé tout doucement à côté du poteau gauche.

«Ça nous met en confiance, parce que même si on est un peu sur les talons, on a quelqu’un derrière nous qui peut rattraper nos erreurs, a déclaré Samuel Piette au sujet de l’importance de compter sur un gardien capable de réaliser de tels arrêts. Ça donne la confiance de jouer un peu plus libéré. Bush a connu une saison exceptionnelle l’an dernier et il est une pièce importante de l’équipe.»

Toutes ces chances ratées par le Crew sont venues le hanter 10 minutes après le début de la deuxième mi-temps, lorsque Novillo a complété le travail de Maximiliano Urruti à l’aide d’un tir bas qui s’est faufilé à la droite du gardien Zack Steffen.

Urruti avait profité d’une erreur de Jonathan Mensah en zone centrale pour amorcer la séquence. Une erreur qu’Urruti a provoquée par la pression qu’il a imposée sur le défenseur central du Crew, a noté Novillo.

«Le pressing, c’est une spécialité de Max Urruti. Des fois, même nous on n’arrive pas à le suivre. Il court tellement. Il est parti presser tout le monde. Après un pressing gagnant, le groupe a suivi derrière, il arrive à contrôler le ballon, se retourner et me le décaler parfaitement pour que je puisse enchaîner. Tout le crédit s’en va à Max et au reste de l’équipe», a loué Novillo.

Une douzaine de minutes plus tard, les visiteurs sont passés à un cheveu d’égaler la marque, à la suite d’un corner de Higuain qui s’est rendu dangereusement devant le filet de Bush. Sur la séquence, Daniel Lovitz est venu très près d’inscrire contre son camp avec un coup de tête, mais le ballon a frappé la barre horizontale sans traverser la ligne des buts.