Remparts

Dylan Shives à l'école de Vlasic

Le hasard fait parfois drôlement les choses! Deux jours après avoir vu sa situation être comparée à celle de Marc-Édouard Vlasic à ses débuts avec les Remparts de Québec, le défenseur ontarien Dylan Shives patinait en compagnie du vétéran défenseur de la LNH, mardi.

Dimanche, l’entraîneur-chef et directeur général Patrick Roy avait confirmé que la recrue de 17 ans avait percé l’alignement, mais que son utilisation serait minime dans les premiers mois de la saison 2018-2019 de la LHJMQ. En 2003, Vlasic était aussi passé par là.

«Il est même en avance sur moi, parce que je n’avais pas fait l’équipe, moi. J’avais été retourné dans le midget AAA à 16 ans, mais j’y jouais moins souvent qu’à 15 ans. J’avais appelé Patrick pour lui dire que je voulais être avec eux. Il m’avait dit OK, mais qu’il ne pouvait rien me promettre», rappelait celui qui disputé trois saisons avec les Remparts de 2003 à 2006 avant de faire le saut dans la LNH, où il entamera bientôt sa 13e saison.

Tout ce que voulait Vlasic, à l’époque, c’était patiner et s’entraîner quotidiennement avec de meilleurs joueurs que lui. Et quand les Remparts lui ont donné sa chance, à la période des Fêtes, il n’a jamais regardé en arrière.

«À 16 ou 17 ans, c’est mieux d’être dans la LHJMQ qu’ailleurs parce que tu apprends plus vite. Surtout ici, avec Patrick et Martin [Laperrière], qui sont ensemble depuis longtemps et qui connaissent ça. C’est sûr qu’il [Shives] veut jouer, mais il va finir par prendre sa place. S’il démontre qu’il peut jouer, Patrick va l’utiliser parce qu’il n’a pas de préférés, il met l’alignement qui peut le faire gagner. Lorsqu’il jouera, ce sera à lui de garder son poste, comme moi je l’ai fait», expliquait l’arrière de 31 ans, qui retourne à San Jose dans deux semaines et qui s’entraîne avec son ancienne équipe junior, pour l’instant.

Shives était ravi de se retrouver en compagnie de Vlasic, le temps d’un entraînement. «Il a tellement de classe et d’expérience, m’entraîner à ses côtés ne peut qu’être bénéfique. J’ai parlé un peu avec lui, pas spécifiquement sur le fait qu’un rôle similaire m’attend, mais de tout et de rien, et j’essaie d’apprendre le plus possible», confiait l’arrière droitier.

Invité au camp des Remparts, il devait faire bonne impression auprès des entraîneurs qui ne le connaissaient pas. Il débarquait de l’Ontario, où il a joué dans le junior A, l’an passé. Il a repoussé une invitation au camp des Otters d’Erie pour s’amener à Québec.

«Les Remparts m’ont surveillé toute la saison dernière, je voyais qu’ils étaient intéressés. Et d’avoir la chance de jouer à Québec, c’est un honneur. Ça m’intrigue aussi d’évoluer devants les partisans. Je suis bilingue, je ne suis pas très bon, je vais pouvoir améliorer mon français et visiter l’est du pays», racontait le natif de Tilbury.

Le cœur à Québec

L’option des collèges américains représentait le plan B de Shives au début du camp d’entraînement. Ses parents avaient d’ailleurs payé son hébergement lors des 48 premières heures afin de ne pas perdre son éligibilité. Il y a renoncé depuis. «Mon cœur était avec les Remparts, ils m’avaient suivi toute la saison dernière, mais je voulais me garder un plan B. Quand j’ai su que je faisais l’équipe, ça m’a enlevé un poids.»

Il s’adepte à la vitesse du jeu. Il pense avoir mérité son poste en gardant les choses simples, en ne se compliquant pas la vie.

«J’avais connu une bonne première saison dans le junior A, ça me donnait confiance pour suivre la cadence. Maintenant, peu importe sa place dans la formation, il faut travailler pour obtenir du temps de jeu. Que je sois quatrième ou neuvième défenseur, je veux monter dans l’alignement.»

+

BLESSÉ À LA HANCHE, BARIBEAU VEUT PARTIR EN PAIX

Même s’il est en attente d’une imagerie par résonance magnétique pour déterminer l’origine du mal, Dereck Baribeau s’est entraîné avec ses coéquipiers, mardi. Le gardien des Remparts espère que le diagnostic à venir ne l’éloignera pas de la patinoire à l’approche du camp du Wild du Minnesota et du début de la saison régulière de la LHJMQ.

«C’est plate un peu d’avoir cette blessure en début de saison, c’est frustrant. Mais je n’ai pas de contrôle là-dessus, je vais savoir jeudi où je m’en vais avec ça», disait le gardien numéro 1 de l’équipe.

Baribeau s’est blessé lors du deuxième match inter-équipe en tout début de camp d’entraînement. Il s’est fait mal à la hanche et, depuis, il est limité sur certains mouvements qui peuvent créer une inflammation.

«J’ai une petite douleur, je ne suis pas à 100 %, mais je ne suis pas à 40 % non plus. J’espère que ce n’est pas grave, mais si ça l’était, on travaillera en conséquence pour je me remette vite.»

L’ancien choix de première ronde (Val-d’Or) quitte pour le Minnesota, au retour de la fête du Travail, afin de participer au camp des recrues du Wild, à Traverse City. Les thérapeutes du Wild ont été mis au parfum de son état de santé.

«Ils le savent, Steve [Bélanger] les a mis au courant. On préférait passer les tests ici avant de partir, il vaut mieux savoir ce qu’il en est. De toute manière, je devrai aussi passer un examen médical à mon arrivée là-bas», ajoutait celui dont la douleur se situe à l’intérieur de la hanche.

En raison de cette blessure et de son départ pour le camp de l’équipe de la LNH, les Remparts ont gardé un gardien de plus, soit Marc-Antoine Bérubé-Jalbert. L’autre portier est Anthony Moronne, acquis des Tigres de Victoriaville en début de camp. La saison dernière, Baribeau a conservé une fiche de 22-16 en 43 matchs devant le filet, affichant une moyenne de buts alloués de 2,90 et un taux d’efficacité de ,887. Il a aussi signé quatre jeux blancs.  

Remparts

Un bris mécanique force les Remparts à annuler le match contre Baie-Comeau

Le voyage aller-retour que les Remparts de Québec devaient se farcir, dimanche, a été réduit à sa plus simple expression. À défaut de pouvoir disputer le match préparatoire à l’horaire contre le Drakkar, à Baie-Comeau, l’entraîneur-chef et directeur général a profité du congé forcé pour finaliser l’alignement qu’il aura sous la main, cette saison.

Un bris mécanique a forcé l’autocar des Remparts à rebrousser chemin après avoir difficilement monté la Côte de la Miche, à Beaupré. Il était alors impossible au partenaire motorisé de l’équipe d’amener un autre véhicule en renfort, d’où l’annulation de leur quatrième match préparatoire à la veille de la date limite pour remettre la liste de joueurs à la LHJMQ.

«Comme Baie-Comeau devait avoir un alignement complet, ç’a aurait été une belle façon de voir comment nos jeunes allaient se débrouiller face à une meilleure équipe que nous et faire une évaluation finale. J’étais vraiment curieux de voir où l’on se situe au niveau de la structure et de notre façon de travailler», expliquait Roy, quelques minutes après avoir retranché les sept derniers joueurs à sa formation.

Le couperet est tombé pour Marc-Olivier Alain, qui avait terminé la dernière saison avec les Remparts dans un rôle hybride de défenseur/attaquant. Il aura été victime de l’émergence de certains jeunes à la ligne bleue. Le gardien Kevyn Brassard, repêché en juin, les défenseurs Maxime Lavoie, Tristan Gagné, Édouard Cournoyer et les attaquants Émile Hagerty-Aubin et Darik Plouffe-Dubé ont aussi été retranchés vendredi, l’ailier Thomas Caron avait avisé Roy qu’il quittait l’équipe de lui-même afin de poursuivre sa carrière dans le Junior AAA. En raison de l’état de santé de Dereck Baribeau et de quatre joueurs de 20 ans, on compte présentement 25 joueurs dans la formation.

«Nous avons eu des discussions avec quelques équipes pour nos joueurs de 20 ans, mais il n’y a pas d’offre qui valait la peine de lâcher le morceau. Pour l’instant, je vais en utiliser trois à l’arrière, ce qui va permettre à nos jeunes de se développer. Il pourrait aussi y avoir une petite rotation», expliquait Roy à propos de Benjamin Gagné, Sam Dunn, Étienne Verrette et Gregor MacLeod, le seul attaquant du lot.

Nouveaux visages

Les Remparts aligneront plusieurs recrues. Parmi les nouveaux visages, on pense à Aleksei Sergeev, Gabriel Montreuil, Xavier Cormier, Nicolas Savoie, Félix-Olivier Chouinard et Félix Tremblay.

«On a un bon mélange de vétérans et de jeunes, ce qui me permet de croire qu’on peut connaître une bonne saison. Est-ce que j’aimerais avoir un attaquant supplémentaire dans notre top 9? Oui, c’est peut-être le morceau qui nous manque», précisait Roy, qui a encore jusqu’à ce matin, 10h, pour bouger. Il peut échanger le 20 ans de surplus en tout temps.

Samedi, Roy avait fait l’acquisition de l’attaquant Brandon Frattaroli, de Gatineau, en retour d’un choix de 8e ronde. Une transaction rendue nécessaire par le départ volontaire de Caron. Blessé, l’ailier Spencer Blackwell est présentement le 13e attaquant.

«J’aime notre attaque, je trouve qu’on a un bel équilibre sur nos quatre trios, ça va permettre à Montreuil et Cormier d’avoir du temps de glace. Ce que j’aime de mon équipe, c’est la réceptivité et l’éthique de travail des gars. Au niveau de la structure de jeu, on est croche, on n’est pas où j’aimerais que l’on soit, mais on va travailler là-dessus.»

Les Remparts ont encore deux matchs hors-concours à disputer, les 7 et 15 septembre contre Victoriaville, avant d’ouvrir leur saison le 22 septembre, au Centre Vidéotron, contre Rimouski.

***

UNE IMAGERIE POUR BARIBEAU

Le gardien Dereck Baribeau passera une imagerie par résonance magnétique, jeudi, afin d’en savoir un peu plus sur la blessure à la hanche qui le tenaille depuis le début de camp d’entraînement. Ça explique la présence de trois gardiens de but pour l’instant dans la formation, les deux autres étant Anthony Morrone, acquis de Victoriaville et Marc-Antoine Bérubé-Jalbert, un produit du collège Notre-Dame (midget AAA). «J’ai bon espoir que ça ira bien pour Baribeau, mais on va en avoir le coeur net, et jeudi, on pourra plus répondre sur le statut de Jalbert», expliquait Patrick Roy. 

***

UN CAPITAINE DE 20 ANS

D’ici au premier match de la saison régulière, le 22 septembre, les Remparts auront un nouveau capitaine. Il n’y aura pas d’élections dans le vestiaire, la décision reviendra au Diable rouge en chef. «J’ai une bonne idée de ce que je veux, ça va être l’un de nos joueurs de 20 ans et c’est moi qui vais le choisir. La raison est fort simple, je vais y aller avec ceux avec qui je me sens à l’aise d’échanger, ceux qui pourront amener le message dans le vestiaire», notait Roy. 

***

SCHIVES COMME VLASIC

Même s’il ne prévoit pas l’utiliser souvent pour l’instant, Patrick Roy a confirmé un poste de «neuvième» défenseur à Dylan Schives, un défenseur ontarien de 17 ans. «Il s’agit d’une belle découverte pour nous. On voulait garder 23 joueurs, mais j’ai demandé à Jacques [Tanguay] s’il était à l’aise à ce que j’en garde 24. Le jeune sait que son temps de jeu sera minime. En fait, ça va ressembler à ce que j’avais fait avec Marc-Édouard Vlasic à sa première saison. Il n’avait pas joué beaucoup au début, mais après, on lui a donné sa chance. J’ai dit à Schives de nous montrer ce qu’il peut faire, on verra par la suite.» 

Remparts

Xavier Cormier «moins stressé que l'année passée»

Xavier Cormier a hâte au dernier match préparatoire des Remparts, dimanche, contre le Drakkar, à Baie-Comeau. Il s’agit pour lui et d’autres joueurs de la dernière chance d’impressionner le personnel d’entraîneurs et de les convaincre de leur laisser une place dans la formation 2018-2019 du club.

Cormier, qui a joué lors des trois matchs précédents, est satisfait de ce qu’il a montré jusqu’à présent, mais reconnaît avoir connu un petit passage à vide en milieu de camp d’entraînement. Il croit par contre que son dernier match a été le meilleur des trois en ayant amassé une mention d’aide.

Le centre de 5 pieds 11 pouces n’en est pas à son premier passage avec les Remparts. L’an dernier, il avait participé au camp des recrues, en plus de disputer un match de saison régulière et deux matchs éliminatoires.

«J’étais beaucoup moins stressé que l’année passée», avoue le jeune homme de 17 ans. «J’avais un peu côtoyé les gars donc ça m’a un peu moins stressé, mais il y avait encore un petit stress qui restait. À tous les camps, tu as toujours hâte de recommencer et je pense que c’est la même chose cette année.

«L’année passée, j’ai un peu vu le niveau de jeu, donc je pense que j’ai compris ça. Cet été, j’ai essayé d’améliorer ma vitesse pour être encore meilleur cette année.»

De son côté, l’entraîneur Patrick Roy estime être «bien content de lui à date. C’est un gars que je vois jouer sur une trois ou sur une quatre cette saison, dépendamment de son développement, tout comme [Gabriel] Montreuil.»

Originaire de Pont-Rouge, Cormier ne «peut pas demander mieux» que porter l’uniforme des Remparts. «Je me souviens d’être allé aux Remparts, d’avoir joué au mini match. C’est des beaux souvenirs.»

D’ailleurs, une certaine importance est accordée au fait d’aligner des joueurs de la région de Québec pour Patrick Roy. «T’as une certaine appartenance qui se crée avec ces joueurs-là. […] Cette année, ça a fait de quoi de laisser aller un gars comme [Olivier] Garneau, qui vient de la région et qui a joué depuis l’âge de 16 ans. Mais des fois on n'a pas d’autres choix et on doit prendre les décisions qui sont les mieux pour l’organisation. En principe, c’est sûr que les locaux, on aime ça en avoir».

Sélectionné par les Remparts en troisième ronde du repêchage de 2017, Xavier Cormier a passé l’essentiel de la dernière saison avec le Blizzard du Séminaire Saint-François où il a amassé 53 points, dont 19 buts, en 40 matchs de saison. L’attaquant a aussi aidé son équipe à atteindre la deuxième ronde des séries éliminatoires, où elle s'est inclinée contre Châteauguay en trois parties.

«Un bon test»

La formation du match de dimanche contre Baie-Comeau risque fort de ressembler à sa composition finale, mais aucun poste n’est encore assuré, selon le pilote, qui estime que «le portrait commence à se dessiner par lui-même».

Roy juge que ce sera un bon test pour les joueurs et intéressant de voir comment ils se comporteront contre l’équipe «presque complète» du Drakkar.

«Ça va être un bon test pour moi aussi de voir, dans les structures qu’on est en train de développer, ceux qui l’assimilent et en même temps comment l’adversaire va se comporter face à ces situations-là.»

Le système de jeu des Remparts est principalement bâti autour de l’intensité et de la pression rapide sur la rondelle. «On a commencé à introduire notre échec-avant en zone offensive et en zone neutre. Ça va être important de voir ceux qui l’assimilent», juge l’entraîneur.

Roy effectuera ses dernières coupures dans les prochains jours. Des 32 joueurs restants, celui-ci désire en garder 24. De ce nombre, quatre seront âgés de 20 ans pour commencer la saison. L’alignement sera composé notamment de deux gardiens de but et de neuf défenseurs au lieu de huit.

+

BRANDON FRATTAROLI S'AMÈNE AVEC LES REMPARTS

Les Remparts ont confirmé, samedi en fin d'après-midi, qu'ils avaient mis la main sur l'attaquant Brandon Frattaroli des Olympiques de Gatineau en retour d’un choix de huitième ronde au prochain repêchage. 

Le droitier de 5 pieds 11 pouces et 195 livres avait été invité au camp des Huskies de Rouyn-Noranda en 2017, avant d'être acquis par les Olympiques en janvier 2018. Il a disputé six rencontres avec Gatineau.  

La saison dernière, Frattaroli a passé l'essentiel de sa campagne avec les Lions du Lac St-Louis de la Ligue de développement midget AAA. Il a récolté 64 points en 35 rencontres.

Remparts

Roy envoie Sutton aux Sags

Le directeur général et entraîneur des Remparts de Québec, Patrick Roy a continué à résoudre le casse-tête de ses joueurs de 20 ans en expédiant l’ailier gauche Jesse Sutton aux Saguenéens de Chicoutimi.

Sutton et un choix de septième ronde au prochain repêchage acquis des Voltigeurs de Drummondville prennent le chemin de Chicoutimi en échange d’un choix de deuxième ronde au repêchage de 2020, sélection acquise par les Sags du Titan d’Acadie-Bathurst.

La transaction a été réalisée tard mercredi soir et confirmée jeudi matin. «J’ai parlé à Jesse au téléphone et je l’ai rencontré cet après-midi», a déclaré Patrick Roy en conférence téléphonique. «Ça fait toujours de quoi d’échanger un gars qui est depuis longtemps avec l’organisation.»

Sélectionné en troisième ronde de l’encan de 2014, l’attaquant terre-neuvien avait réussi à demeurer avec l’équipe cette année-là, mais n’avait disputé que deux parties en raison d’une blessure. L’an dernier, il avait marqué 22 buts et ajouté 24 aides en 68 parties, sa meilleure saison dans l’uniforme des Diables rouges. 

Roy indique que la transaction ne signifie pas que son unique autre attaquant de 20 ans, Gregor MacLeod, soit à l’abri d’un échange. «La décision n’est pas prise. Hier [mercredi], j’ai joué avec trois 20 ans à l’arrière et je ne vous cacherai pas que j’ai aimé ça», a-t-il déclaré au sujet des défenseurs Sam Dunn, Benjamin Gagné et Étienne Verrette.

«On y va selon les offres qu’on reçoit. On avait six joueurs de 20 ans et je les aimais les six. Il n’y avait pas assez de différence entre eux pour que je fasse un choix, alors je suis allé aux offres», a-t-il expliqué pour commenter le départ de Sutton vers les Saguenéens et d’Olivier Garneau vers l’Océanic de Rimouski.

Roy n’est cependant pas pressé de transiger de nouveau, compte tenu du fait que Dunn participera au camp d’entraînement des Blue Jackets de Columbus et MacLeod, à celui des Sénateurs d’Ottawa. «Je vais prendre mon temps et faire ce qui est le mieux pour l’équipe», a déclaré celui qui dit n’avoir pour l’instant pas d’offre formelle sur la table même s’il a entamé des discussions avec plusieurs formations.

Retour du 33

Par ailleurs, les Remparts tiendront une promotion spéciale lors de leurs trois premiers matchs à domicile les 22, 23 et 27 septembre pour souligner le retour de Roy derrière le banc de l’équipe. Un forfait famille (deux adultes et deux enfants) à 33 $ par match et un forfait individuel à 33 $ pour deux matchs sont offerts pour ces trois parties dans les niveaux 200 et 300 du Centre Vidéotron afin de fêter le retour de l’ancien numéro 33 du Canadien de Montréal et de l’Avalanche du Colorado.

Lors de chacun de ces trois matchs, des activités se tiendront également dès midi sur la place Jean-Béliveau. Les billets pour ces trois parties contre l’Océanic de Rimouski, le Phoenix de Sherbrooke et les Tigres de Victoriaville seront disponibles dès midi vendredi, alors que ceux des autres matchs du calendrier régulier seront mis en vente dès le 4 septembre.