Philipp Kurashev a marqué le premier but des Remparts, en deuxième. C’était alors 2 à 1 pour les Voltigeurs.

Voltigeurs 4/Remparts 1: des lancers à améliorer

Au départ, le duel s’annonçait inégal : un club n’avait pas perdu en temps régulier à ses 11 derniers matchs, l’autre venait de battre difficilement la pire équipe de la Ligue. En bout de ligne, les Remparts de Québec n’avaient pas à rougir de leur défaite de 4-1 encaissée aux dépens des Voltigeurs de Drummondville, mardi, au Centre Vidéotron.

Le hic, c’est que les Remparts n’ont pas été en mesure de marquer le but qui aurait pu changer l’allure du match, ce que les visiteurs, qui occupent le deuxième rang au classement général de la LHJMQ, ont réussi à faire en milieu de troisième pour s’assurer de la victoire.

«J’ai trouvé qu’on avait bien travaillé, autant défensivement qu’offensivement. Mais il faut admettre que la qualité de nos tirs n’est pas là. On lance beaucoup dans le logo ou sur les culottes, et sous pression, on ne prend pas de bons lancers. C’est l’une des raisons pour laquelle c’est difficile pour nous. En début de match, on a deux chances extraordinaires pour prendre les devants, on manque le filet, et eux s’en viennent de l’autre côté et marque un but. C’est dommage, car on a eu des chances. Si tu marques, le momentum n’est pas le même», résumait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Les siens ont lancé 27 fois sur Anthony Morrone, contre 30 pour les visiteurs vers l’autre Anthony, Pagliarulo celui-là. À la fin du match, c’était l’égalité au niveau des lancers dangereux avec six de chaque côté.

«Je ne veux rien lui enlever, mais on l’a aidé à bien paraître. Si on peut améliorer la qualité de nos lancers sous pression, on va devenir désagréable à jouer contre», ajoutait Roy.

Les Voltigeurs en avant

Les Voltigeurs ont pris les devants 2-0 en début de deuxième, mais Philipp Kurashev a réduit l’écart à 2-1 avec cinq minutes à faire à celle-ci. En troisième, les Remparts n’ont pas encore capitalisé, tandis que les visiteurs ont profité de deux occasions pour creuser l’écart.

«On ne va pas dire qu’on a joué un mauvais match, à part des petites erreurs dans les cinq dernières minutes. On a eu des chances, mais contre une équipe comme ça, le manque d’opportunisme ça peut coûter une victoire. Manquer le net et lancer dans le logo, tu ne compteras jamais de là, mais on ne peut pas dire qu’on n’a pas eu de chances non plus», affirmait l’attaquant Pierrick Dubé.


« On lance beaucoup dans le logo ou sur les culottes, et sous pression, on ne prend pas de bons lancers.  »
L’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy

Même son de cloche de la part du défenseur Dylan Schives.

«Il y a des choses qu’on peut améliorer pour les séries. On a eu nos chances, mais il faut les finir, évidemment. Il nous reste un match contre Drummondville et deux contre Baie-Comeau, ça va nous aider pour les séries. On va voir, je pense qu’on peut bien faire», notait l’arrière ontarien de Tilbury, dans l’une de ses premières mêlées de presse en français.

Les Voltigeurs avaient donné congé à leur gardien numéro 1, confiant la défense du filet à l’ex-portier des Remparts.

«Quand tu es derrière Olivier Rodrigue, tu ne joues pas tant que ça, mais quand tu le fais, tu dois performer. Quand ils ont eu de bonnes occasions de marquer, ils me l’ont mis souvent dans la poitrine», confirmait Morrone au sujet des lancers des Remparts.

Brandon Skubel, Xavier Simoneau, Marc-Olivier Duquette et Pavel Koltygin ont marqué pour les Voltigeurs, tandis que Joseph Veleno a obtenu deux passes.

NOTES: Les Remparts ont tenu un moment de silence en hommage à Helder Duarte, dont le décès a secoué la communauté de soccer et sportive de Québec... Blessé à un poignet, le défenseur Nicolas Savoie n’a pas joué pour les Remparts, mais devrait revenir au jeu, vendredi... Blessé, l’ancien des Remparts Gregor MacLeod a raté le rendez-vous à Québec... Les Remparts reçoivent les Olympiques de Gatineau, vendredi...

+

COMTOIS SUSPENDU TROIS MATCHS

Maxime Comtois a raté le rendez-vous contre les Remparts, mardi, en raison d’une suspension de trois matchs écopée à la suite d’un assaut sur Jérémy Groleau, qui ratera quelques semaines d’action avec les Saguenéens. Le capitaine de l’équipe nationale junior avait touché la cible 15 fois à ses sept derniers matchs avant d’être puni pour son geste par le préfet de discipline Éric Chouinard. Mardi, les Huskies étaient quand même à la recherche d’un 12e match de suite sans défaite en temps régulier. «On embrasse le fait qu’on a une bonne équipe. Ils sont venus nous chercher pour une raison, on ne voit pas cela comme de la pression», ajoutait le défenseur Pierre-Olivier Joseph, l’un des gros morceaux acquis à la période des transactions à propos des attentes élevées envers l’équipe.

+

UN DUEL AU SOMMET

Le match de la semaine dans la LHJMQ aura lieu vendredi, à Rouyn-Noranda, lorsque les Huskies seront les hôtes des Voltigeurs. Les deux équipes sont pratiquement invincibles depuis la fin de la période des échanges. Il s’agit d’une reprise de la rencontre du 25 janvier remportée 3-2 par les Huskies, qui occupent le premier rang du classement général... devant les Voltigeurs. «Le monde parlait de ce match-là comme si c’était l’Armée rouge contre les étoiles de la LNH. On n’a jamais parlé de classement. Le but, c’est de remporter la Coupe, mais elle se gagne en mai, pas vendredi, ça ne doit rien changer à notre préparation. L’important, c’est de ne rien laisser à la chance», disait l’entraîneur-chef des Voltigeurs, dont l’un des objectifs est de voir sa troupe finir la saison dans le top 3 des équipes ayant accordé le moins de buts. 

+

LAPERRIÈRE AU COEUR DE L'HISTOIRE

Martin Laperrière était de retour derrière le banc des Remparts, mardi, après avoir délaissé le club junior quelque temps pour diriger la formation championne des Jeux du Canada, à Red Deer, en Alberta. Là-bas, l’équipe du Québec U-16 y a remporté sa première médaille d’or depuis 1987.

Une expérience enrichissante pour l’entraîneur associé des Remparts, qui sera appelé à prendre le poste occupé par Patrick Roy quand ce dernier mettra fin à son second passage comme entraîneur-chef des Remparts.

«Le résultat fait en sorte que ce fut une réussite, mais même s’il avait été différent, ç’a aurait été une très belle expérience. Le tournoi dure à peine deux semaines, mais ça faisait deux ans qu’on était engagé dans le processus, entraîneurs et joueurs», confiait-il en marge du match contre les Voltigeurs.

Le Québec a connu un tournoi du tonnerre, remportant tous ses matchs. La délégation fleurdelysée a commencé à croire en ses véritables chances lors du troisième match contre l’Ontario.

«On les avait littéralement plantés 7-1. Ils n’avaient pas touché à la rondelle. À partir de là, on a réalisé que nos chances étaient bonnes. En finale, l’Ontario a mieux joué, on s’y attendait, mais on réussi à l’emporter en prolongation après le notre gardien, William Blackburn, a volé le match en notre faveur lors d’un désavantage numérique en prolongation où il a réussi plusieurs arrêts clé. Ensuite, Zachary L’Heureux a inscrit le but vainqueur.»

Sur le coup, les jeunes de 15 ans sous sa direction ignoraient l’impact qu’aurait leur victoire, une première après 32 ans d’attente.

«On ne le réalisait pas dans les minutes ayant suivi la victoire, mais c’est tout un exploit qu’ils ont accompli. Ils s’en sont rendu compte en revenant. Ce fut une belle aventure d’équipe, on va tous avoir un lien pour la vie même si la plupart sont déjà des adversaires dans le midget AAA. Les gars de Lévis et de Magog sont en rivalité, ils sont dans de bonnes équipes, mais à Red Deer, ils ne faisaient qu’un, ils ont mis ça de côté», ajoutait Laperrière, qui sera honoré avant le deuxième match de la série 3 de 5 du Blizzard du Séminaire Saint-François, mercredi, à Saint-Augustin. La première ronde des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA se mettait d’ailleurs en branle, mardi, autant pour SSF que les Chevaliers de Lévis, auteurs d’une fiche de 41-1 en saison.

Chose certaine, Laperrière sera bien placé pour donner de l’information aux dépisteurs des Remparts quand viendra le temps du repêchage.

«Il y aura de très bons joueurs à repêcher, plusieurs équipes seront contentes de leur choix.»