Maintenant que tous ses joueurs sont revenus du Championnat mondial junior, l'entraîneur Philippe Boucher a hâte de voir ce que son équipe fera avec un alignement complet.

Visages différents, même rivalité avec l'Océanic

Même si les visages des Remparts et de l'Océanic ont changé depuis l'enlevante série aller-retour entre les deux équipes à la fin décembre, l'entraîneur-chef des Diables rouges, Philippe Boucher, s'attend à une rencontre tout aussi relevée lors de la visite de la troupe de Serge Beausoleil, vendredi, au Colisée Pepsi.
Il s'agira du premier d'une série de trois matchs en trois jours pour les Remparts, qui accueilleront les Sea Dogs demain et visiteront le Phoenix dimanche. Pour l'occasion, l'attaquant Nick Sorensen effectuera un retour dans l'alignement des locaux. Quant à François Brassard, il défendra de nouveau la cage de Québec.
Dans le camp adverse, il s'agira d'une première occasion de voir évoluer le transfuge Brent Turnbull dans son nouvel uniforme, ainsi que certaines nouvelles acquisitions telles que Sébastien Sylvestre, William Couture et Félix-Antoine Savage. Les Tchèques Jan Kostalek et Patrik Zdrahal, de retour du Mondial junior, reprendront également leur place dans l'alignement.
«On amorce une bonne séquence de trois matchs en trois jours. On va espérer continuer sur la bonne lancée sur laquelle on est partis. C'est sûr que ce sera un bon test [aujourd'hui]. Pas sûr que si on joue comme on a joué mercredi à Victoriaville, qu'on va avoir le meilleur résultat. Il va falloir être plus responsable et prêt pour un bon challenge. Rimouski, c'est l'une des meilleures équipes de la Ligue», a rappelé Philippe Boucher, jeudi.
Les retours progressifs dans l'alignement des Adam Erne, Fabrice Herzog et Nick Sorensen permet au moins aux Remparts de compter sur un peu plus de ressources que lors de leur visite du 29 décembre à Rimouski, où ils s'étaient inclinés 3-2 en fusillade, faute de munitions.
Trouver la chimie
«Herzog, on a vu ce qu'il pouvait nous amener, même fatigué, mercredi. Il y a aussi Sorensen qui va être là. Au courant de la fin de semaine, il va falloir s'assurer de bien répartir le temps de glace entre tout le monde et de trouver une certaine chimie entre les joueurs. Quand on a joué avec des trios réguliers cette saison, on a été beaucoup plus dangereux», a noté Boucher.
Loin d'avoir mis une croix sur la saison de son équipe, ce dernier est impatient de voir comment, dans un contexte de parité, les siens vont se mesurer aux meilleures formations de la LHJMQ en deuxième moitié de calendrier. «À part Val-d'Or contre qui on a eu de la difficulté cette année, ce sont des clubs contre lesquels on a été capable de bien compétitionner...» a-t-il laissé entendre.
*****
Un recul pour Caron-Roy
Après avoir suivi avec succès le protocole de retour au jeu en cas de commotion cérébrale, l'attaquant des Remparts Alexandre Caron-Roy pensait bien s'être débarrassé de ses vilains symptômes. De retour au jeu les 3 et 5 janvier, le Montréalais, qui s'était cogné la tête sur la glace dans un match contre le Drakkar le 15 décembre, a toutefois eu la désagréable surprise de les voir ressurgir. Cette fois, les maux de tête ont laissé la place à des étourdissements et à une vision trouble. «Je n'ai rien fait aujourd'hui et je vois double», a-t-il laissé entendre, l'air dépité. Un constat suffisamment inquiétant pour qu'il soit retiré de l'alignement. L'ailier gauche de 18 ans subissait des examens médicaux visant à préciser sa condition, jeudi. En 39 matchs cette saison, le joueur énergique a inscrit trois buts et cinq passes. Outre Caron-Roy, Yannick Turcotte (genou), Hubert Lamarre (rotule) et Alexandre Boivin (mononucléose) sont eux aussi toujours sur la touche.
Jamais sans ma bavette!
Le terrible accident dont a été victime Brandon Whitney (Tigres de Victoriaville) à l'entraînement mardi a fait réagir toute la confrérie des gardiens de but dans la LHJMQ. Atteint par une rondelle au larynx, le portier de 19 ans a subi une quadruple fracture de la pomme d'Adam. Opéré dans les heures qui ont suivi, il est depuis gardé endormi par sédation, pour éviter qu'il bouge. La date de son retour au jeu demeure indéterminée. L'accident relance le débat du port de la bavette, de plus en plus abandonnée par les gardiens en raison du design amélioré des masques. À Québec, Callum Booth, malgré son jeune âge, porte le fameux protecteur. «J'ai tout le temps porté la bavette. Whitney, ça devait faire longtemps qu'il n'en portait pas. C'est un accident effrayant. C'est dommage pour lui. Ça n'arrive pas souvent. Un lancer sur 10 000 arrive dans le cou. Il n'a vraiment pas été chanceux. J'espère qu'il va récupérer vite. C'est un excellent gardien», a commenté le cerbère de 16 ans. Plus que jamais, ce dernier est convaincu de l'importance de la pièce d'équipement, qui n'entrave pas son travail. «Je me sens confortable avec une bavette. Ça ne me dérange pas devant le filet, mais il y en a que ça dérange. Pourquoi pas avoir une protection supplémentaire si on le peut?»