Les Remparts n'ont pas été en mesure de freiner la séquence victorieuse de l'Océanic.

Victoire convaincante de l'Océanic sur les Remparts

RIMOUSKI — Les 3610 spectateurs réunis au Colisée Financière Sun Life de Rimouski ont eu droit, vendredi, à une autre belle tranche de la bataille du Saint-Laurent, alors que l’Océanic amorçait son premier match d’une série de trois parties en cinq jours à domicile en recevant les Remparts de Québec. Le défi des locaux, qui revenaient d’un voyage fructueux de quatre gains d’affilée, étaient de poursuivre sur leur élan victorieux à la maison, ce qu’ils ont réussi avec brio en battant leurs invités 5-1.

«En revenant d’un voyage, c’est toujours plus difficile, a reconnu l’entraîneur-chef local, Serge Beausoleil. Les gars se sont bien préparés et ont fait preuve de professionnalisme.»

«C’est un bon match, a poursuivi le pilote de Rimouski. J’ai aimé notre vitesse, notre niveau de compétition. Les gars ont bien récupéré, ont pris soin d’eux. On ne s’est pas adaptés à Québec. J’ai aimé l’appui des défenseurs et notre jeu en zone offensive. On a bien joué en désavantage numérique aussi.»

L’entraîneur-chef des Diables rouges a dû donner raison à son adversaire. «L’Océanic a joué un bon match, a été forcé d’admettre Patrick Roy. C’était la meilleure équipe sur la glace. Je n’ai pas aimé notre exécution. La qualité de nos passes n’était pas là. Je n’ai pas aimé notre présence devant le filet adverse. On a joué mollement le long des bandes et ça a causé plusieurs revirements. Sur les trois premiers buts, on a perdu des couvertures qu’on n’avait aucune raison de perdre. Contre une équipe comme l’Océanic, c’est certain qu’ils en ont profité!»

MacKinnon frappe tôt

C’est Carson MacKinnon (13e) qui a ouvert le pointage tôt dans le match à partir d’un puissant lancer frappé, après une superbe passe d’Anthony Gagnon. Encore une fois tôt en deuxième période, une autre magnifique passe de Gagnon a permis à Cédric Paré (12e) de marquer en avantage numérique dans la partie béante du filet. À 4:06, D’Artagnan Joly (14e) a enfilé l’aiguille pour la troisième fois depuis qu’il a joint les rangs du club rimouskois.

À 4:10 du dernier tiers, Jimmy Huntington (29e) a battu Carmine-Anthony Pagliarulo, que Patrick Roy a qualifié de nerveux. À 8:19, Charle-Édouard D’Astous a déjoué son ancien gardien de réserve avec un homme en plus. À 15:28, Pierre-Olivier Lacombe (11e) a empêché Bérubé de signer un jeu blanc lorsqu’il a récupéré la rondelle tombée derrière lui. « Il aurait mérité son blanchissage, a souligné Beausoleil. Il était vif, il était sur les rebonds. Il a gardé un très bon match. C’est un bon gardien. On est contents de l’avoir avec nous!»

À l’issue de la rencontre, Roy reconnaît que son club est devenu avare de buts. «On ne marque pas beaucoup et les derniers qu’on a marqués, je me demande si ce ne sont pas plus nos défenseurs qui les ont marqués, réfléchissait-il. Il faut avoir une meilleure implication devant le filet adverse. On est faciles à jouer. Il faut trouver une façon d’être meilleurs autour du filet et de ramasser des rondelles libres.»