La victoire des Remparts est en grande partie attribuable à la performance de leur gardien de but Thomas Sigouin.
La victoire des Remparts est en grande partie attribuable à la performance de leur gardien de but Thomas Sigouin.

Une victoire des Remparts signée Sigouin [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – Les Remparts ont mis fin à une séquence de douze revers consécutifs contre l’Océanic à qui ils rendaient visite dimanche au Colisée Financière Sun Life. Malgré la victoire de 3-1 contre son grand rival de toujours, Patrick Roy n’était pas satisfait de la performance de ses hommes. «Sans une grosse performance de notre gardien, c’est certain qu’on n’aurait pas gagné ce match-là», a analysé l’entraîneur-chef de Québec.

Bien que mis à l’épreuve à plus d’une reprise, Thomas Sigouin a fait des arrêts spectaculaires. Pourtant, les locaux ont bien joué et ont eu de belles occasions de marquer, mais le cerbère adverse, qui était dans une forme exceptionnelle, a toujours fermé la porte. Patrick Roy était évidemment bien fier de son gardien qui, selon lui, s’en voulait un peu pour la défaite de la veille contre les Tigres. «Il a rebondi de belle façon.»

Roy insatisfait de ses hommes

Outre Sigouin, l’entraîneur-chef des Remparts considérait néanmoins que son équipe avait mal joué. «Notre gardien de but a été un peu l’histoire du match de notre côté. On a fait de meilleures choses en troisième période, où on a gardé nos présences plus courtes, chose qu’on n’a pas bien faite dans les deux premières périodes. C’est à l’honneur de nos joueurs de trouver une façon de gagner un match où ils considèrent qu’on n’aurait pas dû gagner! J’avoue que l’Océanic a fait un bon travail pour garder et bouger la rondelle dans le territoire.» 

Roy s’attendait à une bonne performance de la part de son adversaire, d’autant plus que son vis-à-vis n’était pas content de la performance des siens lors du match de vendredi à Victoriaville, où l’équipe a été blanchie 4 à 0. «Ce n’est jamais facile de gagner des matchs à Rimouski», a admis le pilote de Québec.

Beausoleil satisfait de ses joueurs

Si son homologue n’était pas satisfait de ses ouailles, Serge Beausoleil était, quant à lui, content du jeu des siens. «J’ai beaucoup aimé ce match-là, a fait savoir celui qui amorce le début d’une décennie derrière le banc de l’Océanic, témoignant d’une constance peu habituelle à ce poste dans le monde du hockey. Je pense qu’on peut donner une part de crédit à Sigouin. C’est un bon match de hockey, un match de 2 à 1. On a eu 18 chances de marquer contre 13, mais on n’a pas enfilé l’aiguille. Ça n’a pas débloqué.» 

«Il y a quelques fois où j’aurais aimé qu’on envoie plus la rondelle au filet que de faire des jeux de finesse, a poursuivi Beausoleil. Mais dans l’ensemble, je dirais que je ne peux pas faire la fine gueule là-dessus. On a fait de très, très bonnes actions. On a déployé de très beaux efforts. C’était fluide dans nos sorties. C’est un match qui aurait pu basculer d’un bord comme de l’autre, mais les Remparts ont été plus opportunistes que nous autres. On était vraiment sur la rondelle et on aurait pu gagner ce match-là.»

En marge d’une très sobre cérémonie d’ouverture pour sa 26saison dans un amphithéâtre vide, sans la foule traditionnellement bruyante de Rimouski, l’Océanic a accordé une minute de silence à la mémoire des trois personnes disparues au cours des derniers mois : le journaliste Réal-Jean Couture, une employée de grande expérience de l’Océanic, Pauline Couillard, et l’ex-députée et grande partisane de l’Océanic, Suzanne Tremblay.

Un jeu serré

À 6:03 de la première période, les visiteurs ont profité d’une bourde d’une recrue à la défense qui a échappé la rondelle. Il n’en fallait pas plus pour que Mikael Huchette s’en empare et marque seul son premier but en carrière et donne les devants aux hommes de Patrick Roy. Raphaël Audet n’a eu aucune chance. 

En début de l’engagement médian, une blessure au visage de Nicolas Savoie qui, du fait qu’elle saignait abondamment, a forcé une pause afin de nettoyer la glace, a freiné le rythme des Bas-Laurentiens qui, selon Serge Beausoleil, avaient le vent en poupe. Le temps de quelques points de suture, le numéro 14 de Québec est revenu sur la patinoire en portant la visière complète. 

Par un tir dans la partie supérieure du filet, la recrue Alexandre Lefebvre a su redonner le ton à la performance des siens en créant l’égalité en désavantage numérique à mi-chemin de la période, inscrivant par le fait même le premier but de la saison de l’Océanic. Pour son premier but dans la LHJMQ, c’en était tout un! «Jusqu’à maintenant, il comprend très bien comment jouer et il va prendre du gallon rapidement sur la glace et dans les zones de turbulence parce qu’il est intelligent, a prédit son entraîneur. Le calme avec lequel il a couché Sigouin, c’était de toute beauté!»

Mais, la riposte n’a pas tardé à venir du côté des Diables rouges qui, 3:13 plus tard, ont embouteillé le trio rimouskois avec le premier but en carrière de Peter Amanatidis qui a redonné l’avance aux siens. Beausoleil n’a vraiment pas aimé ce but accordé par sa troupe. «C’est un retour dans notre zone qui était inutile. C’était le quatrième trio de l’autre côté et on avait notre premier trio sur la glace. On est censés être capables de jouer de la bonne façon! Ça nous a coûté le match.» Un but d’Evan Nause (1er) dans un filet désert à 21 secondes à écouler à la rencontre a anéanti l’espoir des troupiers de Serge Beausoleil de pouvoir niveler le pointage. 

+

ROY PRÉOCCUPÉ PAR LA POSSIBILITÉ D'INTERDICTION DE JOUER EN ZONE ROUGE

L’entraîneur-chef des Remparts admet être préoccupé devant la possibilité qu’il puisse être interdit à sa formation de jouer du fait que Québec soit situé en zone rouge, soit l’alerte maximale en vertu du système d’alertes régionales de la COVID-19. C’est ce que Patrick Roy a laissé entendre lors du point de presse d’après-match à Rimouski dimanche.

«On est très inquiets parce qu’on travaille très fort pour essayer d’avoir aucun cas de COVID, puis je pense que nos joueurs sont très disciplinés. Ce serait vraiment dommage qu’après un mois d’effort et de protocole serré, de se voir empêchés de jouer. Mais, ce n’est pas moi qui prends les décisions.»

Interrogé pour connaître son point de vue si jamais l’Océanic devait être privé de jouer contre les Remparts, Serge Beausoleil a indiqué ne pas avoir d’opinion sur le sujet. «Pour le moment, on n’est pas là. Jusqu’à maintenant, toutes les formations du circuit Courteau font ça de très belle façon, avec des protocoles stricts. Les joueurs sont appliqués et je suis vraiment fier de tout le monde. Ensuite, ce qui va se passer, on ne le contrôle pas.»

Entre-temps, Patrick Roy se croise les doigts dans l’attente de la décision qui est attendue lundi.