Le Suédois Nick Sorensen

Une déception d'argent pour Nick Sorensen

Après un voyage interminable de 45 heures, marqué par plusieurs vols retardés, le Suédois Nick Sorensen est finalement rentré à Québec mercredi soir, avec une deuxième médaille d'argent au cou en autant d'années, au Mondial junior. «Je les échangerais toutes les deux pour une médaille d'or», a-t-il toutefois soutenu jeudi, incapable de cacher sa déception.
Dans un tournoi où il n'y a pas de place à l'erreur, la puissante formation suédoise n'a pas été en mesure de triompher devant les siens, à Malmö. «C'était énorme comme événement et vraiment agréable de jouer devant la famille et les amis. Avec la formidable équipe que nous avions, c'était incroyable. On a gagné tous nos matchs jusqu'à la finale. Et puis, nous avions un bon groupe de gars. Je vais me souvenir de ça toute ma vie», a raconté Sorensen, qui prenait part à l'entraînement sur glace des Remparts jeudi, en vue de disputer le match d'aujourd'hui contre l'Océanic.
La ténacité des Finlandais, qui ont remporté l'ultime rencontre 3-2 en prolongation, a toutefois mis un terme au rêve des Suédois. «Ils étaient très intelligents. Ils n'avaient pas les meilleurs joueurs, mais ils avaient 20 joueurs qui jouaient dans la même direction. Contre nous, ils ont su profiter de chacune de leurs chances. Il n'y avait pas de doute que le match aurait pu être de 5-0 en notre faveur. Mais nous n'avons pas marqué et ils ont marqué...»
Sur le plan personnel, Sorensen a rempli ses objectifs, inscrivant deux buts et quatre passes en sept matchs, pendant le tournoi. «J'avais un rôle plus important dans l'équipe que l'année dernière. J'ai eu plus de temps de glace, pas tant sur l'avantage numérique, mais surtout en désavantage numérique. Ç'a été une bonne expérience pour moi.»
L'ailier droit de 19 ans se dit maintenant prêt à reprendre le boulot avec les Remparts, qui disputent ces jours-ci une éreintante séquence de quatre matchs en cinq soirs. «Ce n'est pas dur de revenir avec l'équipe. J'aime mes coéquipiers, les entraîneurs et l'organisation. C'est sûr que je suis encore sur l'émotion de la défaite en finale. Mais on doit être professionnel. Il y a un match [aujourd'hui]. Je dois me concentrer sur ça. Lorsque j'aurai quelques jours de congé, je pourrai réfléchir à tout ça.»