Ailier originaire de Laurier-Station, dans Lotbinière sur la Rive-Sud de Québec, Louis-Filip Côté, des Huskies, a bouclé, avec la conquête de la Coupe Memorial, une saison rocambolesque qui était sa quatrième dans la LHJMQ, amorcée avec les Remparts de Québec, où il évoluait depuis 2016.

Un peu de Remparts chez les Huskies

Belle journée pour un défilé. Les champions de la Coupe Memorial ont paradé dans les rues de Rouyn-Noranda, mardi, avant de tenir un grand souper d’équipe. Louis-Filip Côté n’avait pas encore complètement repris ses esprits, près de 48 heures après le triomphe des Huskies en grande finale du hockey junior canadien.

«On était considérés comme l’équipe à battre, tout le monde nous voyait là. Mais d’y parvenir, d’atteindre ça et d’être à la hauteur de ces attentes très élevées, c’est incroyable de le vivre», a affirmé Côté au Soleil, joint au téléphone quelques heures avant les festivités.

Ailier originaire de Laurier-Station, dans Lotbinière sur la Rive-Sud de Québec, le numéro 10 des Huskies boucle une saison rocambolesque. Sa quatrième dans la LHJMQ, amorcée avec les Remparts de Québec, où il évoluait depuis 2016.

Mi-octobre, il s’est blessé. Sévère entorse à la cheville qui l’a tenu à l’écart 19 matchs. Puis le directeur général et entraîneur-chef Patrick Roy, de retour à la barre des Remparts après cinq ans d’absence, l’a échangé aux Fêtes, à Rouyn. Équipe qui en avait fait son premier choix en 2015, huitième au total.

«J’ai été surpris d’être échangé, mais Patrick voulait du changement. Et je retournais à Rouyn, où j’avais eu une très belle expérience à mes débuts dans le junior, à 16 ans», explique celui qui a alors retrouvé ses anciens coéquipiers Jacob Neveu, Samuel Harvey, Peter Abbandonato et la physio Lucie Grandmont, parmi d’autres.

Côté est même retourné habiter chez la même famille de pension qui l’avait accueilli trois ans plus tôt, les Gauthier.

Sainte Trinité

Avec les Huskies, les triomphes se sont accumulés. Championnat de saison et le trophée Jean-Rougeau. Championnat des séries et sa Coupe du Président. Championnat canadien et sa prestigieuse Coupe Memorial, dimanche soir. La Sainte Trinité du hockey junior majeur.

«On était stressés, surtout quand on perdait 2-0», admet-il, à propos de l’ultime affrontement. «Mais quand on a compté le premier but [en milieu de deuxième période], on savait que le momentum venait de changer et qu’on serait capables.»

«On s’est dit qu’il fallait prendre plaisir à jouer la finale, que ça n’arrive pas souvent», poursuit Côté, au sujet de l’état d’esprit chez les Huskies avec un recul au pointage.

Il s’agissait d’un huitième match en 25 jours entre ces deux formations de la LHJMQ, aussi finalistes de ligue. Côté et les Huskies en ont gagné six, dont quatre sur la patinoire néo-écossaise.

Car le tournoi de la Coupe Memorial avait lieu au domicile des Moosheads. «C’était la grosse différence d’avec la Coupe du Président. Les amateurs de Halifax ne voulaient vraiment pas qu’on gagne!» indique celui qui a essuyé des huées toute la semaine avec ses coéquipiers.

Mais comme ses parents étaient dans les estrades pour la Coupe Memorial et qu’ils avaient raté la conquête de la Coupe du Président, «je n’avais pas le choix de gagner pour eux!» lance Côté, en riant. 

Content pour Bibeau

Secret de Polichinelle, on peut maintenant annoncer que la transaction de Côté des Remparts aux Huskies cachait un élastique. Son coéquipier à Rouyn Félix Bibeau, membre de l’équipe d’étoiles du tournoi de la Coupe Memorial, prend la route de Québec pour conclure cet échange où les Remparts ont aussi mis la main sur le jeune défenseur Romain Rodzinski et un choix de deuxième ronde le 8 juin prochain.

«On le savait déjà pas mal. Je suis content pour lui, il va adorer Québec. Les Remparts et les gens de Québec vont aussi l’aimer», assure Côté.


« On s’est dit qu’il fallait prendre plaisir à jouer la finale, que ça n’arrive pas souvent »
Louis-Filip Côté

Il se permettra quelques semaines de congé, avant de reprendre l’entraînement à Québec sous les ordres du préparateur physique des Remparts, David Rodrigue, au gym le Chalet de Sainte-Foy.

Préparation pour sa saison de joueur de 20 ans, qu’il vient d’avoir le 2 mai. Bibeau aussi a 20 ans.

+

LAPERRIÈRE EN CHEF AU MONDIAL U-17

Martin Laperrière grimpe les échelons des programmes de Hockey Canada. L’entraîneur adjoint des Remparts de Québec sera aux commandes des Rouges, l’une des trois formations canadiennes qui prendront part au Défi mondial des moins de 17 ans, en novembre, en Alberta et en Saskatchewan. Laperrière a mené l’équipe du Québec à la médaille d’or des Jeux du Canada, en février, une première en 32 ans. Il a été entraîneur-chef dans le midget AAA deux ans, avec le Séminaire Saint-François (2016 à 2018), et deux dans le junior majeur, avec Baie-Comeau (2003 à 2005). Deux autres entraîneurs de la LHJMQ seront derrière un banc comme adjoints dans ce tournoi, soit Sylvain Favreau, adjoint avec Halifax, et Steve Hartley, entraîneur-chef à Drummondville. Hartley et Dylan Hunter, fils aîné de Dale, épauleront Jody Hull à la tête des Noirs.

+

OUVERTURE LOCALE CONTRE LES HUSKIES

Les Remparts de Québec lanceront leur saison locale 2019-2020 contre les champions des coupes Memorial et du Président. Les Huskies de Rouyn-Noranda seront les premiers à se pointer au Centre Vidéotron, et deux fois plutôt qu’une, les 27 et 28 septembre. Les Remparts auront alors déjà disputé deux rencontres, dont leur premier match le 20 septembre, à Victoriaville. Le calendrier de 68 parties de saison s’étend sur six mois, jusqu’au 21 mars, et comprend deux voyages dans les Maritimes, les 3-4-6 octobre et 4-6-7 mars. On remarque trois séquences de trois matchs en trois soirs, les 22-23-24 novembre, 3-4-5 janvier et 17-18-19 janvier, ce dernier triplé en Abitibi. Janvier sera particulier avec quatre matchs consécutifs à domicile suivis de cinq de suite à l’étranger. Les Remparts livreront 78 % de leurs matchs la fin de semaine, soit les vendredis (19), samedis (16) et dimanches (18). Quant au camp d’entraînement présaison, il s’amorcera le 14 août avec au menu cinq rencontres préparatoires au programme, mais une seule à Québec.