Nathan Légaré (il a eu 18 ans en janvier) compte maintenant 42 buts, lui qui en a ajouté deux lors du massacre des siens 9-4 aux dépens de Sherbrooke vendredi.

Un défi de taille attend les Remparts contre le Drakkar

BAIE-COMEAU — Ce dimanche après-midi au Centre Vidéotron, les Remparts feront face à la puissante machine offensive du Drakkar de Baie-Comeau, qui a enfilé 25 buts à ses 4 dernières sorties, toutes des victoires. Il ne faut pas oublier que le meilleur buteur de la formation nord-côtière est un jeune de 17 ans admissible au prochain repêchage de la LNH.

Nathan Légaré (il a eu 18 ans en janvier) compte maintenant 42 buts, lui qui en a ajouté deux lors du massacre des siens 9-4 aux dépens de Sherbrooke vendredi. Il n’avait jamais espéré en début de saison toucher la cible de façon si régulière, «mais 40 buts, c’est sûr que c’est un plateau qui est le fun à atteindre, mais ce qui est le plus le fun, c’est que l’équipe s’est replacée dans les derniers matchs», a-t-il lancé.

Classé au 64e rang nord-américain par la centrale de recrutement de la LNH, mais placé beaucoup plus haut sur bien des listes de dépisteurs, l’ailier droit de six pieds et 201 livres ne se préoccupe pas de ce classement. «J’essaie de garder les choses simples : mettre des rondelles au filet, finir mes mises en échec et avoir de bons replis défensifs. Les bonnes choses vont suivre après ça.»

Pour engraisser sa fiche, Légaré a eu l’opportunité d’évoluer une bonne partie de la saison avec les prolifiques Ivan Chekhovich et Gabriel Fortier. Il est aujourd’hui jumelé à Jordan Martel depuis que l’entraîneur-chef Martin Bernard a formé quatre paires d’ailiers qui jouent tour à tour avec trois joueurs de centre.

Content pour Lafrenière

Nathan Légaré jette parfois un œil sur ce qui se passe de l’autre côté du fleuve. C’est en effet là que se trouve son bon ami Alexis Lafrenière, avec qui il a fait la pluie et le beau temps dans le midget AAA avec les Vikings de Saint-Eustache. Existe-t-il une rivalité entre les deux?

«Je ne pense pas, car chacun aime bien voir le succès de l’autre. Je suis content pour lui, car il va bientôt atteindre les 100 points (il en avait 99 avant le match de l’Océanic dimanche contre Shawinigan). S’il parvient à me dépasser aussi au chapitre des buts, je vais aussi être heureux pour lui, mais c’est sûr qu’on va se taquiner là-dessus cet été.»

Avec six matchs à jouer pour Lafrenière et un de plus pour Légaré, ce dernier a une priorité de six buts. Si la tendance se maintient, l’attaquant du Drakkar aura le dessus dans les taquineries estivales.

Les pensées de Légaré sont présentement concentrées sur la course au premier rang de l’Association Est. Le Drakkar n’est qu’à deux points des actuels détenteurs de ce premier échelon, les Mooseheads d’Halifax. Toutefois, les troupiers d’Éric Veilleux avaient disputé un match de moins au moment d’écrire ces lignes. «C’est sûr qu’on veut être premiers dans la conférence. Si on y parvient, ça va être quelque chose de gros et ça va nous procurer un bon avantage pour les séries.»

Justement, si le Drakkar parvient à accrocher ce premier échelon, son adversaire en première ronde des séries sera vraisemblablement les Diables rouges. Pour Nathan Légaré, la rencontre de dimanche après-midi revêt de l’importance «car on a des chances d’affronter Québec en première ronde et on va essayer de passer un message». 

Toujours sur le plan collectif, rappelons qu’au début du mois de février, le Drakkar a connu un passage à vide, au terme de sa séquence record de 13 victoires consécutives. La formation est cependant parvenue à regonfler ses voiles après une rencontre fructueuse avec le psychologue sportif des Canadiens de Montréal. «Après cette rencontre, on s’est parlé entre joueurs et on s’est dit les vraies affaires. Maintenant, on regarde vers l’avant», a conclu le marqueur doté d’un excellent tir sur réception.