Échangé aux Remparts le 17 décembre, le gardien Anthony Pagliarulo affrontera ses anciens coéquipiers de l’Océanic.

Un beau défi pour Pagliarulo face à Rimouski

Échangé aux Remparts le 17 décembre, le gardien Anthony Pagliarulo affrontera ses anciens coéquipiers de l’Océanic pour la première fois, vendredi, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

À la veille du jour de l’An, il avait accompagné sa nouvelle équipe dans le Bas-Saint-Laurent, mais avait servi de réserviste à Kyle Jessiman dans une défaite de 7-1 face à la formation dirigée par Serge Beausoleil.

«J’ai hâte de les affronter, ce sera un beau défi. J’ai beaucoup d’amis de l’autre bord, j’ai passé six mois avec eux, et l’année passée, je montais souvent et j’ai appris à les connaître. C’est le fun, c’est excitant», admettait le gardien des Remparts.

Le système d’alternance devant le filet pourrait être revu au terme de la séquence de trois matchs en trois jours qui attend les Remparts. Mais pour l’instant, elle plaît au gardien de souche italienne.

«Pour moi, c’est parfait comme ça. À Rimouski, je ne jouais pas beaucoup, alors je gagne en confiance chaque fois que je suis devant le filet. J’ai presque joué autant de matchs depuis mon arrivée à Québec qu’en première moitié de saison à Rimouski», disait celui qui participera à une septième rencontre avec les Remparts et qui en avait disputé huit avec l’Océanic.

Pagliarulo s’impose depuis sa venue à Québec. Il montre une fiche de 2-4 et une moyenne de buts alloués de 2,07. En cette période de disette offensive, Pagliarulo sait que le rendement des gardiens doit être à la hauteur, mais ne se laisse pas distraire par cela.

«Même si on passe un moment plus difficile à l’attaque, notre job ne change pas, à Kyle et moi. Il faut arrêter des rondelles, et ce serait la même chose si on marquait plus régulièrement», soutenait le gardien de 18 ans.

Les Remparts n’ont pas gagné à leurs trois derniers matchs, tandis que l’Océanic a retrouvé sa vitesse de croisière avec quatre victoires d’affilée.

«On n’a pas vraiment le goût de pavoiser sur cette séquence, car ce ne furent pas de beaux matchs à Gartineau. L’aspect positif de cela, c’est qu’il s’agissait du genre de matchs qu’on perdait avant. Pour l’instant, on focalise beaucoup plus sur notre club que sur l’adversaire, il nous reste encore des choses à peaufiner», soulignait l’entraîneur-chef de l’Océanic Serge Beausoleil.

Comme plusieurs entraîneurs, il redoute toujours le premier match d’un retour à domicile. Non seulement l’Océanic a-t-il passé la semaine dernière sur la route, il a été forcé de se taper une nuit de plus à l’hôtel à Québec, dimanche sur le chemin du retour, en raison de la tempête.

«Je m’attends à un match plus serré que la dernière fois contre les Remparts», soutenait celui qui précise que le gardien Colten Ellis sera présent «mais pas en fonction» après sa participation au Match des meilleurs espoirs de la LCH, mercredi, en Alberta.

Équipe d'étoiles 

En marge du match du 1er février pour souligner le 50e anniversaire de la LHJMQ, les Remparts ont dévoilé l’équipe d’étoile de la deuxième génération (1997 à aujourd’hui) après l’avoir fait pour la première de 1969 à 1985, la semaine dernière. Patrick Roy a été le choix des amateurs comme entraîneur-chef; les attaquants sont Simon Gagné, Alexander Radulov, Éric Chouinard et Jonathan Marchessault, ces deux derniers ayant obtenu le même nombre de votes. En défensive, on y retrouve Marc-Édouard Vlasic et Mikaël Tam, tandis que les gardiens Maxime Ouellet et Cédrick Desjardins y sont nommés en raison d’une égalité dans le nombre de votes.