Pierrick Dubé n’a pas laissé de chance aux Foreurs avec un tour du chapeau, notamment avec son deuxième but, marqué en deuxième période.

Tour du chapeau de Pierrick Dubé

L’an passé, il n’avait réussi que trois buts. Dimanche, il en a marqué autant dans le même match. Auteur de son premier tour du chapeau dans la LHJMQ, Pierrick Dubé a joué un rôle important dans la victoire de 5-2 des Remparts de Québec aux dépens des Foreurs de Val-d’Or.

Il s’agissait d’une deuxième victoire de suite pour les Remparts, qui ont touché la cible 11 fois dans ces deux rencontres disputées au Centre Vidéotron. «Je trouvais qu’il avait plusieurs chances de marquer dernièrement, on avait hâte que ça tourne pour lui. Pour nous, c’est une bonne nouvelle», soulignait l’entraîneur-chef Patrick Roy à propos de la première étoile du match.

Dubé (12e, 13e et 14e) a compté les trois premiers buts des siens. Philipp Kurashev (21e) et Jérémy Laframbois (7e) ont également fait scintiller la lumière rouge pour les Remparts, qui battaient les Foreurs une première fois en quatre matchs, cette saison.

«Ç’a été un bon match pour notre trio, ça fait trois parties qu’on joue bien ensemble, Caron, Coxhead et moi. On n’avait pas été capable de concrétiser avant, mais ç’a sorti dans les deux derniers matchs», disait Dubé, sans prendre le crédit pour ses réussites.

Ses trois buts n’ont pas été l’effet du hasard, puisqu’il a réussi de belles pièces de jeu sur chacune. Pour son troisième, il a frappé la rondelle dans les airs.

Bon joueur de baseball? «J’essaye, ç’a fonctionné. Ça fait du bien [de marquer de beaux buts], mais c’est aussi avant tout une question de bien travailler les cinq ensemble», ajoutait-il avec la même humilité.

Les Remparts avaient connu un bon début de match, mais un désavantage de deux joueurs en première a ralenti leur cadence et les Foreurs ont retraité au vestiaire avec une avance de 1-0. Après deux périodes, c’était l’égalité 2-2, les Remparts inscrivant trois buts sans réplique en troisième.

«Quand je suis rentré dans le bureau des entraîneurs après la première, c’était 9-1 dans les lancers et 0-0 au pointage [à un certain moment], c’est là qu’on aurait aimé en mettre un ou deux dedans. Après, l’adversaire en marque un et on ne sait plus quel genre de match ce sera. Surtout qu’eux, ils avaient déjà eu trois victoires contre nous avant celui-ci. J’ai dit aux gars de ne pas changer notre façon de jouer, qu’il fallait revenir aussi fort», ajoutait Roy, en rappelant que les deux équipes disputaient un troisième match en autant de jours.

Classement

Il ne s’en fait pas trop avec le classement de l’association de l’Est, et dans sa tête, il voit son club terminer au huitième rang. Mais cela pourrait changer un peu, les siens n’étant qu’à six points des Wildcats.

«Je suis obligé de dire que Moncton est à notre portée, je ne sais pas ce qui va arriver dans les 19 derniers matchs qui nous reste, on verra, mais pour l’instant, il faut se concentrer sur la manière dont on joue», précisait celui qui aime la cohésion de ses nouveaux trios.

Dans le clan adverse, l’entraîneur-chef Pascal Rhéaume n’était guère ravi de cette défaite où Félix Boivin et Jacob Gaucher ont déjoué Anthony Pagliarulo.

«Ça fait deux voyages de trois matchs qu’on revient chez nous sans aucun point. On avait trois victoires contre eux, on savait qu’ils sortiraient fort. Ils ont travaillé plus que nous, on a vu le résultat», notait celui dont la troupe affronte la meilleure équipe de la Ligue, mercredi.

«On joue 10 fois contre Rouyn-Noranda, cette année, on donne tout ce qu’on peut. On est quand même l’une des rares équipes à les avoir battus deux fois, cette saison», ajoutait-il pour motiver sa troupe.

+

EN VITESSE

Après avoir disputé trois matchs en trois jours, les Remparts joueront leur prochaine rencontre vendredi prochain contre les Sea Dogs de Saint-Jean. Il s’agira surtout de la soirée en hommage à Maurice Filion, qui rejoindra les grands des Remparts, des Nordiques et de l’histoire du hockey à Québec dans les hauteurs du Centre Vidéotron. Ce sera aussi le retour en ville de l’ex-capitaine Benjamin Gagné... Victime d’une blessure à la clavicule, vendredi, l’Ontarien Luke Kutkevicius n’a pas joué pour les Remparts, tout comme Spencer Blackwell, Romain Rodzinski et Louis Jr Tardif... Natif de Charlesbourg, l’entraîneur-chef des Foreurs Pascal Rhéaume dirigeait son équipe devant ses parents et son frère, Martin. Il est aussi le frère de Manon Rhéaume, célèbre gardienne de but... Les Remparts ont eu le dessus 30-23 aux lancers.