En troisième période, Mikhail Grigorenko (1-3), Fabrice Herzog (1-3) et Nick Sorensen (2-2) ont totalisé 12 points dans les 11 dernières minutes de l'engagement final.

Shawinigan 2/Québec 7: la bonne combinaison

Les Remparts ont amorcé l'avant-dernière fin de semaine de leur calendrier régulier sur une bonne note, vendredi au Colisée.
Réunis en troisième période, Fabrice Herzog (1-3), Mikhail Grigorenko (1-3) et Nick Sorensen (2-2) ont totalisé 12 points dans les 11 dernières minutes de l'engagement final et mené les Diables rouges à une victoire de 7-2 aux dépens des Cataractes de Shawinigan.
«Quand les trois jouent comme ça, c'est difficile de les séparer, c'est certain», a mentionné l'entraîneur-chef Philippe Boucher qui a expliqué qu'il avait pris la décision de rassembler ses trois hockeyeurs européens dans le même trio parce ses deux joueurs qui effectuaient des retours au jeu, Adam Chapman et Olivier Archambault, étaient un peu rouillés.
Il a ajouté qu'il était fort possible que Herzog, qui a amassé cinq points (2-3), Grigorenko et Sorensen (2-3) se retrouvent de nouveau réunis dimanche alors que les Remparts croiseront le fer avec le Phoenix de Sherbrooke.
Analysant la rencontre, Boucher a expliqué le lent départ de ses hommes par le fait que ses joueurs n'avaient pas respecté le plan de match. Le but inscrit par les visiteurs après seulement 65 secondes de jeu a toutefois secoué sa troupe, qui avait par la suite un peu joué sur les talons.
«Les Cataractes étaient prêts. Ils ont travaillé plus fort que nous et mieux joué pendant presque toute la première période. Mais par la suite, ça a bien été pour nous autres.»
Arrêt important
Boucher n'a pas manqué de souligner l'arrêt réalisé par Callum Booth aux dépens de Nicholas Welsh en première alors que les Cats étaient en avantage numérique. «Le pointage aurait pu être 2 à 0 en faveur de Shawinigan. Et nous n'étions pas là. À ce moment-là, si nous avions tiré de l'arrière par deux buts, le match aurait alors pu être complètement différent. Je pense que l'arrêt de Booth nous a peut-être ramenés dans la rencontre.»
Tirant de l'arrière 0-1 tard en première et incapables de s'imposer, les Remparts ont fait tourner le vent de bord lors d'un avantage numérique quand ils ont réussi à créer l'égalité avec un but compté par Chapman dans la 18e minute de jeu de la période. Puis, 1:40 plus tard, alors qu'il ne restait que 27,4 secondes à faire dans l'engagement, Fabrice Herzog a donné les devants 2-1 aux Remparts.
La troupe québécoise a complètement dominé sa rivale lors de l'engagement médian. Les Remparts ont réussi 14 tirs contre seulement cinq pour Shawinigan, mais le gardien Storm Phaneuf s'est montré intraitable, lui qui a notamment frustré Herzog et Chapman.
En avance par seulement un but, les Remparts ont explosé pour cinq filets en troisième, dont les quatre marqués dans les 11 dernières minutes de l'engagement par Herzog, Grigorenko et Sorensen (2). Marc-Olivier Groleau avait inscrit le troisième filet des siens en début de période.
NOTES : Les Diables rouges ont honoré avant la rencontre la skieuse acrobatique Kim Lamarre (slopestyle), médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Sotchi, et le biathlonien Jean-Philippe Le Guellec. Ils ont été chaudement applaudis.
****************
Fabrice Herzog généreux
Auteur d'une soirée de cinq points, Fabrice Herzog aurait pu, s'il s'était montré moins généreux envers ses coéquipiers, réussir un tour du chapeau. Mais après avoir compté son deuxième but du match, c'est sans hésiter qu'il a refilé le disque à Nick Sorensen et à Mikhail Grigorenko au lieu de prendre la chance de réaliser le lancer qui aurait pu lui permettre d'ajouter un troisième filet à sa fiche. «Je n'ai jamais marqué trois buts dans un match dans la LHJMQ», a indiqué le Suisse. «Et j'ai pensé que c'était peut-être pour arriver ce soir [vendredi]. Mais ce qui comptait avant tout, c'était que nous inscrivions le plus de filets possible, et ce, peu importe qui les marquerait. Mais c'est certain que ça aurait été plaisant de réussir mon premier tour du chapeau en carrière avec les Remparts.»
De son côté, Grigorenko n'a pas caché qu'il avait beaucoup de plaisir à évoluer entre Herzog et Sorensen. «On a tenté de jouer différemment. En transportant la rondelle dans le territoire des Cataractes plutôt qu'en la lançant dans le fond de la zone et en se passant beaucoup le disque entre nous. Et nous avons obtenu du succès.»