Dereck Baribeau, qui s’est amené en relève après qu’Olivier Chabot ait accordé deux buts sur trois lancers, a répondu à l’appel en bloquant les 33 lancers dirigés contre lui.

Saint-Jean 3/Québec 2: même scénario, même résultat

Même scénario, même résultat! Pour un deuxième match de suite, les Remparts de Québec ont perdu 3-2 en tirs de barrage, dimanche, devant 8205 spectateurs au Centre Vidéotron, cette fois-ci contre les Sea Dogs de Saint-Jean.

Et comme la veille, contre Charlottetown, les Remparts ont été forcés de jouer du hockey de rattrapage pour forcer la tenue d’une prolongation. Il s’agissait de la 10e fois qu’ils devaient se farcir quelques minutes de temps supplémentaire, dont lors des quatre derniers matchs.

Les Remparts tiraient de l’arrière 2-0 dès les premiers instants de la rencontre. Le gardien Olivier Chalifour a accordé deux mauvais buts sur trois lancers, sa journée de travail prenant fin hâtivement.

«Ça n’a pas été le départ qu’on voulait, mais il ne fallait pas que les gars baissent la tête. Ça devient redondant, mais on a trouvé le moyen de revenir. Ça fait plusieurs fois que c’est 1-0 après un lancer, 2-0 après deux tirs; il faut corriger ça. Je ne lance jamais la pierre à personne, mais quand un défenseur est -3 ou que Boucher et Garneau ne jouent pas bien, on leur dit. Je vais laisser Ghislain [Rousseau, l’entraîneur des gardiens] lui parler et lui remonter le moral, parce c’est un bon jeune et il veut bien faire», a expliqué l’entraîneur-chef Philippe Boucher à propos de Chalifour.

Baribeau répond présent

Heureusement, le gardien numéro 1 a répondu à l’appel en relève. Dereck Baribeau a bloqué les 33 lancers dirigés vers lui par la suite, permettant aux siens de combler l’écart. Il a aussi brillé en prolongation avant de céder une fois devant Anthony Boucher, de Lévis, qui a inscrit le but décisif dans la ronde des tirs.

«Quand je suis l’auxiliaire, ma préparation est pareille. Le plus dur, c’est d’arriver froid. En prolongation, il y a une motivation de plus pour faire l’arrêt, sinon le match est fini. Je dois toujours être prêt comme je l’étais, j’ai eu un bon meeting avec Ghislain après le match à Blainville-Boisbriand et j’ai un petit accrochage avec Phil qui m’a fait comprendre qu’il fallait que je travaille et qu’il n’y a rien d’acquis ici», a confié Baribeau.

Le Tchèque Tomas Dajcar a marqué son premier but dans la LHJMQ pour faire 2-1 en première et Philipp Kurashev a créé l’égalité 2-2 en fin de deuxième. Kevin Gursoy et Robbie Burt avaient envoyé Chalifour au banc, en début de match. Chaque équipe a obtenu 36 lancers, Alex D’Orio étant aussi bon que Baribeau.

«Baribeau a été solide, comme il l’est depuis plusieurs matchs. Ça été un duel de gardiens lorsqu’il est embarqué. Dans le midget, ils étaient les deux meilleurs gardiens de leur groupe d’âge, ils l’ont prouvé. J’aurais aimé qu’on soit plus opportuniste», a admis l’entraîneur-chef des locaux.

Les Remparts n’ont que trois victoires à leurs 10 derniers matchs, mais ils ont amassé un point dans leurs trois récentes défaites en prolongation et tirs de barrage.

«Pourquoi gagnait-on ces matchs [serrés] en début de saison? Parce qu’on payait le prix et qu’on prenait des décisions plus logiques. Il y a des gars qui se cherchent. Je suis tanné de voir trois joueurs derrière le but, ce n’est pas de là que tu vas marquer…», disait-il alors que le capitaine Matthew Boucher avouait que «six buts à nos trois derniers matchs, ce n’est pas assez».

Pour ce qui est du Boucher du clan adverse, il savourait sa touche payante en tirs de barrage devant une quinzaine d’amis et membres de sa famille de la rive-sud. «C’est toujours une motivation supplémentaire pour moi de jouer ici», soulignait-il.

NOTES : Les Remparts tenteront de retrouver le chemin de la victoire, mercredi, en recevant le Drakkar de Baie-Comeau... Un total de 3189 toutous ont été lancés sur la glace lors du but de Dajcar. Ils seront remis à des enfants lors d’interventions policières.

+

ATTEINT À LA CHEVILLE, LE CAPITAINE A CRAINT LE PIRE

Déjà, samedi soir, les radiographies n’avaient révélé aucune fracture. Au réveil, dimanche, Matthew Boucher a enfilé son casque d’écoute et il est sorti marcher, comme il le fait avant chaque match disputé en après-midi. Quelques heures plus tard, le capitaine des Remparts sautait sur la glace en compagnie de ses coéquipiers.

Pourtant, on craignait le pire dans son cas. La veille, il avait reçu un puissant lancer de Luke Kirwan sur la cheville au moment où il se trouvait devant le filet. «J’ai été blessé aux deux chevilles, l’an passé, et cette fois, c’était la gauche. Quand j’étais couché sur la glace [samedi], je me disais, ah non, pas encore. J’étais un cas incertain avant le match, mais je me sentais bien dans l’échauffement. Il y a eu plus de peur que de mal, et je peux vous dire que Luke a un bon lancer», disait-il en riant après le match.

L’entraîneur-chef des Remparts ne pensait pas miser sur les services du numéro 91. «Sur le coup, j’étais sûr que c’était cassé. On connaît tous la force du lancer de Kirwan. J’en avais un très bon, mais j’en ai rarement vu un aussi pesant que le sien. L’autre jour, il a frappé le poteau et le but a levé. Il doit sûrement avoir déjà brisé un pied ou un doigt à quelqu’un», a raconté Philippe Boucher.

La perte à long terme de Boucher aurait été néfaste pour les Remparts, impliqués dans une lutte serrée au sommet du classement général de la LHJMQ. «On parle de Matthew, présentement, mais nous avons beaucoup de joueurs de caractère dans l’équipe. Olivier Garneau est déjà arrivé ici en béquilles, et il jouait quand même», a noté l’entraîneur-chef.

Le capitaine des Remparts a été l’un des meilleurs des siens, dimanche, malgré son état. «Il était l’un de nos gars qui avait du gaz et il y en a d’autres qui peuvent en faire plus. Il ne faut pas attendre d’avoir 20 ans pour tout donner», a indiqué le coach.