Les entraîneurs ont diminué le temps de jeu du capitaine, Ryan Culkin, mercredi contre l'Armada, histoire de le ménager pour les rendez-vous contre Shawinigan et Chicoutimi.

Ryan Culkin ne veut pas partir

Que peut-on souhaiter à Ryan Culkin en 2014? «De rester ici», répond le capitaine des Remparts au retour de l'équipe à l'entraînement, jeudi après-midi, au Colisée Pepsi. Après la pause du Nouvel An, la valse des transactions reprendra de plus belle au cours des prochains jours, mais le numéro 7 espère ne pas être invité à la danse.
Les Remparts ont effectué quelques mouvements de personnel au lendemain de Noël, mais le 1er janvier n'a pas amené son lot de nouveaux joueurs, et ce, même si le directeur général Philippe Boucher se trouve au Défi mondial des moins de 17 ans, à Cap-Breton, avec ses homologues de la LHJMQ.
«Il y a pas mal de monde, ça jase. On ne sait jamais ce qui peut se produire. Certains joueurs nous intéressent et nous sommes à l'écoute pour quelques-uns», disait Boucher, qu'on a joint à Sydney en après-midi.
Conforme à sa philosophie, il n'a pas vendu la mèche sur ses intentions à venir d'ici à la fin de la période des transactions, mardi à midi. À la limite, il se permet de dire qu'il y aura un surplus d'attaquants lorsque tout le monde sera en santé, ce qui peut laisser présager quelques changements. Il semble toutefois hors de question de briser le noyau actuel.
«Nous avons un bon club, et avec des joueurs en santé, on peut être difficiles à battre. Les gars y croient, et nous aussi. On peut jouer contre n'importe qui», avouait celui qui estime que le difficile début de saison a eu un effet bénéfique sur l'équipe, forçant tout le monde à redoubler d'ardeur au travail et à établir son identité.
Le capitaine des Remparts reconnaît avoir jasé avec Boucher, mais ne brisera pas le sceau de la confidentialité des conversations. N'empêche, il confirme ne pas vouloir changer d'uniforme.
«Ça fait quatre ans que je suis ici, j'ai joué plus de 200 matchs avec les Remparts, j'aimerais bien terminer ma carrière à Québec. Mais ce n'est pas moi qui décide et ça fait assez longtemps que je suis dans la LHJMQ pour savoir comment ça fonctionne. Les prochains jours seront un peu stressants, j'ai hâte que ça finisse», répondait celui qui a le pressentiment qu'on ne l'échangera pas.
La réponse bientôt!
*******************
Grigorenko a le meilleur sur Erne
Dans un match entre les anciens coéquipiers Mikhail Grigorenko et Adam Erne, la Russie a eu le dessus sur les Américains, jeudi, au Championnat mondial junior. La défaite de 5-3 des États-Unis a donc mis fin à leur rêve de grimper à nouveau sur la première marche du podium, comme ils l'avaient fait, l'an dernier. Dans ce match de la ronde quart de finale, Grigorenko a marqué son quatrième but du tournoi - il a aussi trois passes - tandis qu'Erne a été blanchi de la feuille de pointage.
À la fin du match, les joueurs russes ont été critiqués par leurs adversaires pour avoir manifesté leur joie un peu trop, ce qui a fait dire à Grigo «qu'on devrait s'excuser auprès des Américains, ce n'était peut-être pas approprié». Pour ce qui est de l'avenir de Grigorenko, il a mentionné au collègue Stéphane Leroux, qui se trouve à Malmö pour le Réseau des Sports, qu'il voulait retourner à Buffalo à la fin du tournoi et qu'un renvoi dans la LHJMQ serait un pas un en arrière. Après Erne, Grigorenko affrontera Nick Sorensen et la Suède, en demi-finale.