L'entraîneur-chef des Remparts demande à ses joueurs de s'affirmer et de ne pas bouder quand certains sont préférés à d'autres lorsque la situation le commande.

Rôles à trouver et à accepter

La période des transactions étant chose du passé, le temps est venu pour chacun de se trouver un rôle précis dans la formation. Mais plus important encore, de l'accepter. Voilà ce qui attend les joueurs des Remparts de Québec au cours des prochaines semaines. Pour l'instant, la chance est aux coureurs. Ne reste plus qu'à la saisir!
Si l'on prenait une photo de l'équipe actuelle à comparer à celle de la majorité des matchs de la première moitié de saison, on retrouverait six nouveaux visages dans le vestiaire du club.
«Ce que je trouve dommage du dernier match, c'est que "Geno" [Evgeny Kiselev] nous a donné une chance, mais on a plus ou moins répondu. Il faudra que les gars se trouvent un rôle, qu'ils l'acceptent, et on s'en ira avec ça. Les bouts où l'on a travaillé, jeudi, on a rivalisé avec l'une des meilleures équipes de la Ligue, mais c'était sporadique, on a eu trop de passagers», constatait l'entraîneur-chef Philippe au lendemain de la défaite de 4-1 contre l'Armada de Blainville-Boisbriand.
Sans repartir à zéro, Boucher a rafraîchi la mémoire de ses joueurs et expliqué les bases de son système de jeu, vendredi après-midi, lors d'un entraînement au Pavillon de la jeunesse. Selon lui, son club est capable de créer des chances de marquer lorsque les joueurs font bien les choses et respectent la manière de jouer.
«L'Armada n'a que deux nouveaux joueurs, d'autres clubs en ont beaucoup plus, comme Saint-Jean et Charlottetown. Ils sont tellement talentueux, ils vont se replacer. Nous aussi, on a beaucoup de nouveaux, et s'ils ne le sont pas, ils sont très jeunes. L'acceptation des rôles, c'est important dans une équipe.»
Un tableau qui dérange
Boucher ne voulait pas nommer ceux qu'il estimait avoir joué le rôle de passagers, l'autre soir. Il pense que certains se préoccupent trop de la composition des trios sur le grand tableau, dans le vestiaire.
«Combien de joueurs marquent régulièrement des buts depuis deux ans avec nous? Matthew Boucher et Derek Gentile. Pour le reste, ce sont des opportunités qui se présentent. Si ça va bien, tu vas en avoir une. Si celle-ci se termine, il faut quand même rester le même joueur si tu es un travaillant, un joueur physique, un jeune en progression, etc.»
En fait, ils demandent à ses protégés de s'affirmer et de ne pas bouder si certains sont préférés à des spécialistes offensifs ou défensifs quand la situation le commande.
«On ne pourra pas gagner sans notre gardien de but, sans que Raphaël Maheux et Matthew Boucher assument leur rôle, sans que Philipp Kurashev prenne une ligne en charge. Jeudi, à 10-1 dans les lancers, il y a des gars qui pouvaient faire quelque chose pour que le match vire de bord, mais on ne l'a pas vu. Présentement, on a un alignement qui offre plein d'opportunités.»
Il songe à réunir ses trois piliers offensifs, soit le capitaine Boucher, le vétéran Mathieu Ayotte et le Suisse Kurashev. «Ce qu'on veut, c'est de se trouver une constance, soit une bonne ligne offensive, un trio défensif et des gars qui vont déranger et changer le ton lorsqu'on en a besoin. On les connaît, et peu importe la combinaison de nos lignes, nous avons des éléments qui peuvent contribuer sur chacun», rappelle celui qui ne coule jamais ses trios dans le ciment depuis qu'il dirige les Remparts.
Un adjoint au commissaire
À l'instar de la LNH, la Ligue de hockey junior majeur du Québec comptera dorénavant un adjoint au commissaire dans son organigramme à la suite de la nomination de Martin Lavalllée dans cette nouvelle fonction administrative. Lavallée a été président de la Ligue de hockey préparatoire scolaire et était directeur des services à l'élève au Collège Notre-Dame. Il entrera en fonction le 23 janvier.
«Je suis ravi que Martin ait accepté de se joindre à notre Ligue. Pour être en mesure de bien remplir notre mission d'améliorer constamment l'encadrement de nos joueurs tout en maximisant leur développement, et afin de répondre aux exigences des différentes formations du circuit, la venue d'une nouvelle ressource était une nécessité», faisait savoir le commissaire Courteau par communiqué. Fier de se joindre à la LHJMQ, le principal intéressé se disait prêt à faire avancer les différents dossiers qui lui seront confiés.
Les souvenirs AAA de Boucher
Plusieurs joueurs des Remparts prévoyaient assister au match du Blizzard, vendredi soir, qui visait la 1000e victoire de l'histoire de la franchise. Ancien membre des Gouverneurs de Sainte-Foy, Philippe Boucher avait plutôt opté pour le match de basketball de sa fille. «J'ai bien failli ne jamais jouer pour les Gouverneurs, j'avais été repêché junior majeur en étant repêché du bantam CC. Ç'a été une étape importante dans ma carrière, et j'ai adoré jouer pour Jean-Louis Létourneau et Fred Dixon, que je vois encore à l'occasion. Mais la première personne qui m'a vraiment impressionné dans le hockey, ce fut Bob Chevalier. Plusieurs bons joueurs sont passés par là au fil des ans, mon fils y a joué, ils ont toujours eu une organisation de première classe, autant à l'époque de Bob, des Remparts et du SSF», soulignait l'entraîneur-chef des Remparts.
Le mea culpa d'Ayotte
Au lendemain de la défaite contre l'Armada, le vétéran Mathieu Ayotte s'en voulait encore d'avoir écopé d'une mauvaise punition en fin de deuxième période, ce qui a permis aux visiteurs de marquer en avantage numérique dès le début de la troisième. Ça venait ternir sa récolte d'un cinquième but à ses sept premiers matchs avec les Remparts. «La défaite, c'est un peu de ma faute. On était encore dans le match à 3-1, mais j'ai écopé d'une punition assez stupide. Je n'ai jamais vraiment eu de misère à ce niveau, mais je vais essayer que ça ne se reproduise plus», disait l'ailier droit de 20 ans, qui n'a pas perdu sa touche près du filet en s'amenant de Victoriaville. Il est convaincu que l'équipe aura du succès lorsque chacun aura trouvé et accepté son rôle. «On ne se le cachera, on n'a pas l'équipe avec le plus de talent sur papier. Il faut toujours travailler plus fort que l'adversaire, et à mon premier match avec les Remparts, on l'avait démontré en gagnant justement contre l'Armada.»