L’attaquant Mikaël Robidoux a hâte à jeudi et à son premier match régulier depuis le 2 mars.

Robidoux veut se tenir loin du préfet de discipline

Lorsqu’on appelle le préfet de discipline par son prénom, il s’agit peut-être d’un signe qu’on l’a rencontré un peu trop souvent!

Sa récente suspension de deux matchs étant terminée, l’ailier droit Mikaël Robidoux pourra finalement faire sa rentrée avec les Remparts, jeudi à Québec. Et le joueur de 19 ans n’a pas l’intention de devenir aussi familier avec Éric Chouinard, le nouveau responsable de la sécurité des joueurs, qu’il l’était avec l’ancien shérif de la LHJMQ, Raymond Bolduc.

«Quand c’était Raymond, on se parlait, mais cette fois, je ne l’ai pas rencontré. Il a fait son travail, c’est bien correct», disait Robidoux à propos de la décision de Chouinard de lui imposer une réflexion de deux matchs pour un coup de genou survenu en fin du calendrier préparatoire.

Robidoux n’en était pas à sa première suspension. Depuis ses débuts, en 2015-2016, il a été sanctionné six fois pour un total de 10 parties, en plus d’avoir écopé d’une amende de 500 $ pour un comportement inapproprié, l’an passé.

L’entraîneur-chef Patrick Roy, qui se réjouissait de son retour dans l’alignement, a quand même eu une bonne discussion avec le numéro 18 depuis son dernier geste. «Je trouve qu’il a patiné en masse depuis quatre jours. Mikaël doit savoir qu’on ne veut pas qu’il joue ce type de hockey, et on endosse la Ligue, car on ne veut pas voir nos joueurs blesser les adversaires et on ne veut pas que ça nous arrive à nous aussi.

«On veut qu’il soit agressif, intense et complète ses mises en échec, mais il n’a pas à se placer dans des situations où ça peut causer une blessure ou une suspension», expliquait Roy, mardi, au retour de l’équipe à l’entraînement au Pavillon de la jeunesse.

Robidoux était parfaitement d’accord avec le nouveau coach, ne lui reste qu’à faire la démonstration qu’il peut pratiquer son style sans dépasser la limite permise. «Patrick a été clair. Je suis un joueur marqué et il veut que je fasse attention. Pat est comme ça : lorsqu’il a quelque chose à te dire, il le dit, et après, il n’est plus fâché. Il a patiné avec moi, ça le prouve», notait le joueur de 19 ans.

Son modèle : Tom Wilson

Il s’agira du premier match régulier de Robidoux depuis le 2 mars, une sortie écourtée à une période en raison d’une blessure au genou ayant mis fin à sa saison. Il revenait alors au jeu à la suite d’une absence de deux mois causée par une splénectomie (ablation de la rate).

«Je suis vraiment content d’enfin pouvoir jouer, mon dernier match remonte au 2 mars, je suis excité, j’ai hâte», soulignait Robidoux, qui en est à sa quatrième saison dans la LHJMQ.

Il complétera un trio avec Matthew Grouchy et Andrew Coxhead. «Coxhead et moi, on a joué ensemble à 16 et 17 ans, on a été envoyé ensemble contre les gros trios, on a toujours bien fait ça. Sans dire que c’est un naturel, je me doutais que ça allait arriver qu’on revienne ensemble. Grouchy va ajouter une petite touche offensive sur notre trio», prétendait l’ailier droit.

Il dit s’inspirer de Tom Wilson, l’ailier qui accompagne Alex Ovechkin et Evgeny Kuznetsov sur le premier trio des Capitals de Washington. Il était d’ailleurs un spectateur attentif, jeudi dernier, lors du match hors concours de ceux-ci contre le Canadien, au Centre Vidéotron.

«Je n’ai pas son physique, je ne mesure pas 6’4”, mais c’est mon modèle. Il sait jouer au hockey, il évolue avec Ovechkin et Kuznetsov, mais en même temps, il frappe et dérange. Je regarde ce gars-là et je me dis que je veux être comme lui.»

+

EN VITESSE...

- Au lendemain d’un congé, Patrick Roy traçait un bilan positif du week-end, où les siens ont divisé les honneurs des deux matchs. «Après avoir vu ce que Rimouski a fait le lendemain contre Victoriaville [victoire de 9-0], j’étais encore plus content», notait celui dont la troupe avait perdu 6-2 contre l’Océanic, en ouverture, samedi, et rebondi le lendemain avec un gain de 4-2 contre Sherbrooke.

- Les Remparts disputent trois matchs en trois jours à compter de jeudi contre les Tigres, au Centre Vidéotron, et sur la route à Sherbrooke et Drummondville.

- Roy a l’intention de jumeler les jeunes Pierrick Dubé, Olivier Mathieu et Xavier Cormier au sein d’un même trio qu’il surnomme la kid line.

- Natif de Pont-Rouge, Cormier savourait encore son premier but dans la LHJMQ, samedi. «C’était spécial, en plus, j’avais pas mal de famille et d’amis dans les gradins, ç’a été un beau moment. Au début, je ne le réalisais pas, c’est dur à décrire, mais c’était le fun», notait le produit du Séminaire Saint-François.