Patrick Roy apprécie la vitesse et le sens de la compétition du Japonais Yu Sato, attaquant recrue de 17 ans, repêché au niveau international.

Remparts: Roy emballé par ses recrues

À sa deuxième saison de retour au deuxième étage et derrière le banc des Remparts de Québec, Patrick Roy continue d’être emballé par les recrues que son équipe a sélectionnées lors des repêchages de 2019.

«J’espérais être emballé et je le suis», a déclaré Roy après l’entraînement matinal des Remparts, lundi. «Souvent, on repêche des gars en première ou en deuxième ronde et, des fois, on se dit qu’on va les garder parce qu’on les a repêchés là. Cependant, on aime beaucoup mieux les garder en raison de ce qu’ils donnent sur la glace et c’est ce qui arrive aujourd’hui avec (Nathan) Gaucher, (Jacob) Melanson et (Charle) Truchon», a-t-il poursuivi en énumérant les deux choix de première ronde et le choix de deuxième ronde des Diables rouges au dernier encan.

Roy a également eu de bons mots pour le Japonais Yu Sato, sélectionné en première ronde du dernier repêchage international. «Sato va très bien lui aussi et j’aime beaucoup sa vitesse et son sens de la compétition sur la patinoire», reprend-il à propos de l’attaquant nippon de 17 ans qui a évolué en Finlande et en Russie au cours des deux dernières saisons.

La saison qui approche amènera aussi l’entraîneur à placer certaines attentes envers les joueurs qui ont une plus grande expérience dans la ligue, par exemple les trois joueurs de 20 ans, l’attaquant Félix Bibeau et les arrières Darien Kielb et Pier-Olivier Lacombe ainsi que l’attaquant Édouard Saint-Laurent, âgé de 19 ans et arrivé avec les Remparts à la mi-saison l’an dernier.

«Avec Édouard, on va continuer comme l’an passé, je pense encore qu’il a un super beau potentiel. On veut le faire entrer encore plus au niveau du système de jeu. L’an passé, ça a été un gros changement, on trouvait qu’il était un peu trop généreux avec la rondelle, alors on travaille là-dessus», a-t-il déclaré à propos de celui qui a été le choix de première ronde du Drakkar de Baie-Comeau en 2016 avant de passer au Phoenix de Sherbrooke à l’été 2018, puis d’être échangé aux Remparts lors de la dernière période des Fêtes.

Grands frères

«Quant à Kielb, Bibeau et Lacombe, on s’attend à ce qu’ils soient des grands frères et des leaders auprès des jeunes. L’éthique de travail de ces gars-là a toujours été irréprochable et ils répondent toujours à nos attentes», poursuit Roy, qui a d’ailleurs annoncé que Bibeau et Kielb seraient en uniforme pour le match hors concours de mardi soir contre l’Océanic de Rimouski au complexe multidisciplinaire de L’Ancienne-Lorette.

Nathan Gaucher, qui n’était pas en uniforme mardi matin en raison d’une légère blessure à une fesse, devrait aussi être de la partie.

Le pilote des Remparts a cependant retranché encore six joueurs au camp d’entraînement lundi matin. Les ailiers gauches Jonathan Béland, William Chabot et Daryk Plouffe-Dubé, le centre Loick Bégin et le défenseur Jonathan Ferland ont ainsi été cédés à leurs équipes junior ou midget respectives.

L’ailier droit ontarien Spencer Blackwell, qui avait passé la dernière saison à Québec, a aussi été libéré.

«Spencer a 19 ans et on ne se voyait pas l’envoyer comme 13e attaquant. Ce ne serait pas fair pour lui. On préfère faire jouer des jeunes à la place. Spencer sera offert aux autres équipes et soumis au ballotage si personne ne le réclame», a commenté Roy. Les dernières coupes portent à 30 le nombre de joueurs toujours au camp des Remparts.

***

UNE NOUVELLE ÉTAPE POUR PAGLIARULO

Après avoir passé une première saison complète dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) l’an dernier, le cerbère Anthony Pagliarulo se prépare à entamer sa première saison comme gardien de but numéro un au hockey junior.

«C’est la première fois que je commence une saison à titre de numéro un, alors c’est un mindset différent», précise l’athlète de 19 ans qui a toujours été dans l’ombre d’Alexandre Lagacé, Jimmy Lemay et Colten Ellis alors qu’il évoluait pour l’Océanic de Rimouski.

«Par contre, il n’y aura aucun changement dans mon éthique de travail. Je ne prends pas le fait de devenir le numéro un comme une pression supplémentaire, mais plutôt comme un nouveau défi qui s’offre à moi. Pour le reste, la game reste pareille», poursuit-il.

Pagliarulo a finalement été le gardien qui a disputé le plus de matchs et le plus de minutes devant la cage des Remparts l’an dernier, méritant la confiance de Patrick Roy devant Kyle Jessiman, obtenu du Drakkar de Baie-Comeau en échange de Dereck Baribeau. «C’est en donnant mon 100 % à chaque match que j’ai réussi à me démarquer l’an passé et je continue dans cet état d’esprit.»

Il sait également qu’il aura un rôle de mentor à jouer auprès des jeunes Thomas Boucher et Emerick Despatie, qui bataillent pour le poste d’adjoint. «Moi, c’est mon troisième camp majeur, alors je suis conscient qu’il y a des attentes à ce niveau. Je ne suis pas un gars qui parle beaucoup, mais je prêche par l’exemple», poursuit-il, ajoutant qu’il croit à l’édition 2019-2020 des Diables rouges. «Nos jeunes défenseurs de l’an dernier sont maintenant plus expérimentés et je crois que ça paraît déjà sur la glace. On va y aller un match à la fois», termine-t-il.