Philippe Boucher s’attend à un autre match intense contre l’Océanic.

Remparts/Océanic: un enjeu, même en novembre

Un petit point sépare les deux équipes au sommet de la division Est. Et même si la saison de la LHJMQ est encore jeune, il revêt déjà son importance.

«Qu’on le veuille ou non, personne ne va nier qu’il s’agit d’un match pour le premier rang», admet l’entraîneur-chef de l’Océanic Serge Beausoleil à propos de l’affrontement de jeudi (19h30) contre les Remparts de Québec au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

L’Océanic s’est rapproché des Remparts au classement en raison d’une bonne séquence qui a suivi leur dernière défaite en temps régulier. Elle avait eu lieu… à Québec, le mercredi 25 octobre. Depuis, Rimouski a gagné cinq de ses six derniers matchs et amassé 11 points sur une possibilité de 12.

«On n’a qu’une défaite en temps régulier à nos 10 derniers matchs? Bien franchement, je ne sais pas… Je vois qu’on monte au classement, cependant, c’est parce qu’on joue du bon hockey. Notre plus mauvais récent match, c’était contre les Remparts. Il y a quelques semaines, nous étions une dizaine de points derrière eux au classement, on doit faire quelque chose de bien», notait Beausoleil, ajoutant à la blague qu’il regardait le classement surtout lorsque son équipe l’emportait…

En fait, les deux équipes causent la surprise depuis le début de la saison. «Sur une course de 42 km, je dirais qu’on est rendu au 10e, alors la route risque d’être longue si on pense que c’est fini. Nous ne sommes qu’en novembre, je préfèrerais qu’on soit premier à la fin de la saison, reste qu’on est toujours content lorsqu’on joue du bon hockey.»

Beausoleil constate que l’Océanic et les Remparts représentent de belles surprises pour leurs partisans respectifs. «Les Remparts connaissent une saison époustouflante, aucun observateur ne les mettait là [en tête], mais ils jouent du hockey systémique. Dans la Ligue, personne ne vole de points à personne, et aucune équipe ne t’en donne non plus.»

Boucher terre à terre

Dans le clan québécois, on restait aussi terre à terre face au succès de l’équipe. «Ce n’est pas à moi de dire si l’on cause des surprises, mais les deux équipes ont de bonnes saisons», indiquait Philippe Boucher, après l’entraînement, mercredi, et tout juste avant le départ des Remparts pour Rimouski.

Il s’attend à un autre match intense contre l’Océanic. La rivalité y est pour quelque chose, mais le classement aussi. «Un match pour la première position, on en a joué quelques-uns la semaine dernière», notait celui dont la troupe pointe au sommet depuis plus d’une semaine. Mais peu importe l’enjeu, il sait que l’intensité sera au rendez-vous.

«J’ai demandé à Sam Dunn s’il connaissait le sens de la rivalité même s’il vient juste d’arriver. Dès que tu as joué un match Québec/Rimouski, ce n’est pas long que tu as compris ce que c’était. Personnellement, je me souviens des derniers matchs contre eux, que ce soit dans une saison de Coupe Memorial ou dans une année de reconstruction.»

Selon lui, les matchs contre l’Océanic auront toujours un cachet particulier. «Quand j’étais jeune, les matchs Canadien/Nordiques, c’était spécial. Quand j’étais dg à Rimouski, c’était spécial de jouer contre Québec, je sais que Serge préparait bien son équipe contre les Remparts quand j’étais là, c’est encore la même chose. La rivalité vient chercher tout ce qu’on a en dedans. Une saison de 68 matchs, c’est long, mais je vais être déçu [jeudi] si on n’est pas prêt. Et je suis certain que c’est la même chose pour Serge.»

+

DUNN A VITE NOTÉ UNE DIFFÉRENCE

Dès le premier match contre l’Océanic, Sam Dunn des Remparts a découvert la rivalité entre les deux équipes.

Dès le premier match contre l’Océanic, Sam Dunn a découvert la rivalité entre les deux équipes. Le défenseur des Remparts a vité noté qu’il y avait une différence à comparer à des matchs contre d’autres équipes de la LHJMQ. «J’en avais entendu parler de l’histoire de la rivalité par ma famille de pension, à quel point c’était excitant de jouer contre eux. Le jeu y est plus physique, ça me rappelle des rivalités qu’on avait quand j’étais en Ontario, il y avait aussi certains clubs qu’on aimait un peu moins. À ce niveau, c’est similaire. La différence entre la LHJMQ et le junior A, où je jouais avant, c’est qu’ici, tout le monde peut gagner n’importe quand. Pour ce qui est du match [jeudi], on connaît le classement, mais il faut juste être à notre meilleur. Si on le fait, ce sera correct, et ça aiderait aussi si on ne les laissait pas gagner du rythme au fur et à mesure que la rencontre progresse», notait le défenseur ontarien de 19 ans.   

+

EN VITESSE

L’Océanic sera privé d’Alexis Lafrenière et Chris Inniss, tous deux partis au Défi mondial des moins de 17 ans disputé en Colombie-Britannique. Ils rateront aussi le match de samedi, à Rimouski, contre Chicoutimi... En raison de l’absence de quelques joueurs blessés, l’entraîneur-chef et directeur général Serge Beausoleil fera appel pour le week-end à deux joueurs de la Ligue midget AAA, soit le défenseur Jacob Bernard (Lévis) et l’attaquant Ludovic Soucy (Notre-Dame)… Les blessés des Remparts Andrew Picco et Tomas Dajcar s’entraînaient toujours avec un chandail vert, mercredi… Après leur match à Rimouski, les Remparts reviennent à Québec pour affronter Val-d’Or, vendredi, et Rouyn-Noranda, samedi.