De bonne humeur, souriant et toujours aussi rapide sur la patinoire, Duclair a participé vendredi à son premier entraînement avec les Diables rouges en prévision du match disputé en soirée contre Sherbrooke.

Remparts: Anthony Duclair intéressé par le rôle de capitaine

Anthony Duclair ne retrouve pas seulement son numéro 10 avec les Remparts, il reprendra aussi le surnom qui l'identifie dans l'entourage de l'équipe depuis son arrivée à Québec, à 16 ans. «Je vais retourner à Tony D, le Duc est resté à New York», disait en riant celui qui accepterait volontier le titre de capitaine si on le lui remettait.
De bonne humeur, souriant et toujours aussi rapide sur la patinoire, Duclair a participé à son premier entraînement avec les Diables rouges en prévision du match disputé en soirée contre Sherbrooke. Après avoir goûté aux richesses de la LNH et vécu la conquête d'une médaille d'or, il rentre en ville sans amertume.
«C'est bon d'être de retour, de revoir les gars, autant les anciens visages que les nouveaux. Pour mon développement, c'est mieux que je termine la saison à Québec et je suis motivé d'être d'ici», assurait-il dans un point de presse au Colisée Pepsi.
De New York, Duclair a suivi la progression des Remparts depuis le début de la saison. Il a aussi noté les nombreux changements effectués par le directeur général, Philippe Boucher. Son retour à Québec se voulait la dernière pierre à déposer dans le sentier menant jusqu'à la grande danse printanière du hockey junior canadien.
«Je pense qu'on a une bonne équipe pour aller jusqu'au bout et gagner la Coupe du Président. Sans regarder trop loin dans le futur, la Coupe Memorial est aussi dans les plans. Je vois mon retour comme étant une source de motivation [et non pas comme une déception]. Je suis ici pour que l'on gagne la Coupe du Président et la Coupe Memorial, et si on le fait, ce serait la cerise sur le gâteau», avouait l'auteur de 50 buts avec les Remparts, l'an dernier.
Il ne s'en cache pas, la présente saison s'avère fort satisfaisante pour lui. À 19 ans, il a percé l'alignement des Rangers, disputé 18 matchs dans la LNH, y a inscrit son premier but et il vient de remporter la médaille d'or d'un championnat mondial disputé dans son pays. Et voilà que d'autres objectifs importants pointent à l'horizon d'ici à la fin du mois de mai.
«Je suis content de voir comment la saison se déroule. J'ai vécu l'expérience de la LNH et du Mondial junior, j'ai acquis de la maturité sur la glace et à l'extérieur, j'ai amélioré mon jeu dans les trois zones et appris à jouer de la bonne façon. Alain Vigneault [l'entraîneur-chef] et les Rangers savent ce qu'ils font avec moi et je reviens sans regret. J'ai mis le pied dans le vestiaire [des Rangers], je me suis fait un nom, mais il n'y a rien d'acquis pour l'an prochain, je devrai travailler fort pour mériter à nouveau ma place.»
Futur capitaine?
En plus d'enfiler l'uniforme des Remparts, Duclair pourrait fort bien voir la lettre emblématique du capitaine fixée à son chandail dans un avenir rapproché. Hier, il ne cachait pas son intérêt pour ce poste symbolique.
«Ouais, c'est sûr [que ça l'intéresse]. Je regardais les Remparts de New York et je voyais qu'ils n'avaient pas encore de capitaine. J'ai parlé à Philippe à ce sujet, il est important d'avoir du leadership dans le vestiaire. Il y a des joueurs qui sont ici depuis trois ou quatre saisons, on a de bons vétérans. J'ai eu de bons exemples de leadership à New York, on m'a beaucoup aidé, car ce n'était pas évident pour un jeune de 19 ans de rentrer dans la LNH et de bien faire. J'ai beaucoup appris, je vais appliquer ça à Québec.»
L'entraîneur-chef Philippe Boucher admet que Duclair est un sérieux candidat pour ce rôle, mais il n'est pas encore prêt à en faire l'annonce.
«On va le laisser jouer son premier match et on se penchera là-dessus dans les prochaines semaines. Il y a plusieurs joueurs qui peuvent l'être, mais oui, Tony peut être capitaine des Remparts de Québec», indiquait Boucher.