L’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, a quand même vu du bon dans la deuxième défaite des siens dimanche, à Baie-Comeau.

Remparts 2/Drakkar 6: «C’était pire que pire»

BAIE-COMEAU – Après avoir comblé un déficit de quatre buts la veille pour finalement s’incliner dans les dernières secondes de jeu, les Remparts de Québec n’ont pu réaliser le même scénario dimanche après-midi au Centre Henry-Leonard, le Drakkar l’emportant 6-2. Baie-Comeau est toujours invaincu en quatre sorties hors concours.

Patrick Roy a continué ses expériences, avec six joueurs de 16 ans en uniforme et un seul 20 ans, Anthony Gagnon, qui participait à un second match consécutif avec sa nouvelle équipe. Évidemment, comme c’est le cas en camp d’entraînement, la cohésion n’y était pas, «mais là, c’était pire que pire», n’a pu que constater Patrick Roy.

«C’est quand même bien ce genre de match-là parce que ça te permet de savoir où tu es et on réalise qu’on a encore beaucoup de travail à faire», de faire valoir l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts. «Malheureusement, on va avoir des décisions plus difficiles qu’on pensait à prendre car certains de nos vétérans ne semblent pas savoir quand le camp va commencer.»

Roy n’a pas manqué de souligner que les troupiers du Drakkar «ont travaillé beaucoup plus forts que nous. Honnêtement, je suis obligé de te dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas vu une de nos équipes jouer aussi mal.»

Construire sur le positif

«On a vu beaucoup de positif sur lequel on peut construire. J’ai aimé notre effort, notre énergie et notre enthousiasme», a analysé pour sa part le pilote du Drakkar, Jon Goyens. «On a travaillé notre vitesse et le style avec lequel on veut jouer. On veut vraiment avoir une attaque à cinq joueurs et la plupart des buts qu’on a marqué nous ont montré ça. Je donne crédit aux joueurs, ils ont bien bougé la rondelle.»

En faisant dévier le tir-passe de Xavier Bouchard, Thomas Éthier a ouvert le pointage pour le Drakkar, avec 20,9 secondes à faire au premier engagement. Brendan St-Louis et Raivis Ansons, en deuxième, ainsi que Xavier Bouchard, Feliks Morozov et Julien Létourneau, en troisième, ont marqué les autres buts du Drakkar. Devant le filet des Québécois, Emerick Despatie a stoppé 28 rondelles.

À l’autre bout, le portier numéro un du Drakkar, Lucas Fitzpatrick, a été solide, réalisant lui aussi 28 arrêts. Il a fallu un but chanceux d’Édouard Cournoyer, son deuxième en autant de matchs, pour le battre. Édouard St-Laurent, d’un tir imparable en échappée, a été l’autre marqueur.

Transaction

Avant la rencontre, Roy a fait l’acquisition du gardien Philippe Gaudreault des Tigres de Victoriaville, en retour d’un choix de 12e ronde en 2020. Le cerbère de 19 ans évoluait dans le circuit junior AAA l’an dernier. Gaudreault, originaire de Clermont dans Charlevoix, a été un choix de 12e tour des Wildcats de Moncton en 2017.

«(Cette acquisition) est une mesure préventive. On a une décision à prendre entre Despatie et (Thomas) Boucher, mais j’ai bien aimé ce que j’ai vu de Despatie. On l’a laissé carrément seul en perdant toutes les batailles devant le filet», a-t-il conclu. 

Autant du côté des Remparts que du Drakkar, l’heure des dernières coupures est venue. Lundi matin, Roy dévoilera l’identité des joueurs qui quitteront le camp d’entraînement de l’équipe. Même chose pour Pierre Rioux, directeur général du Drakkar.