Même s'il est identifié comme défenseur, c'est à l'attaque que Raphaël Maheux a apporté sa contribution ces derniers temps, notamment dans la série contre les Huskies.

Raphaël Maheux, un attaquant qui dérange

Si les Remparts alignent quelques as marqueurs facilement identifiables, ils ont aussi des cartes cachées qui peuvent mettre du piquant dans le jeu. Raphaël Maheux est l'un de ces joueurs de soutien qui donnent tout ce qu'ils ont pour la cause de l'équipe.
Même s'il est encore identifié comme un défenseur, c'est à l'attaque que le joueur de Beauport apporte sa contribution depuis un certain temps. Utilisé sporadiquement dans le premier match contre les Huskies, il a joué un rôle plus accru dans le second affrontement et il veut poursuivre dans la même veine pour les rencontres suivantes, à commencer par celle de mardi (19h30).
«J'ai un rôle précis, il faut que je dérange l'autre équipe. Comme je l'ai fait samedi, j'ai dérangé [Liam] O'Brien, on a eu un jeu de puissance et on a marqué. Après, ils ont tous essayé de me courir après, et c'est tant mieux, parce que dans ce temps-là, ils ne le font pas auprès de [Mikhail] Grigorenko et [Nick] Sorensen», a expliqué Maheux après l'entraînement des siens.
Le numéro 5 ne s'en fait pas avec son transfert à l'avant. Tout au long de la saison, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a dû jongler avec ses huit arrières pendant que les attaquants tombaient comme des mouches. Ces temps-ci, il compte sur l'apport physique de Maheux - et de Tyler Brown - afin de rivaliser avec le style de jeu des Huskies.
«C'est plus le fun de faire ça que d'être dans les estrades. Dans les séries, ça en prend, des gars de même. [Adam] Chapman ne peut pas faire ça tout seul. Il dérange tellement l'autre équipe, c'est incroyable. Je le regarde et dans le fond, il me montre qu'on peut prendre des coups pour la cause. Nous sommes dans les séries, on veut gagner. L'autre soir, j'ai reçu un coup de poing sur la gueule, ça ne me dérangeait pas. Je trouve même ça le fun de voir l'autre club pogner les nerfs après moi.»
Un transfert sans tracas
À 214 livres, le jeune homme de 17 ans est le joueur le plus lourd chez les Remparts. Il possède aussi l'un des lancers les plus pesants, d'où sa présence occasionnelle à la pointe en avantage numérique. Chose certaine, Maheux se plaît à l'attaque et ne se sent pas perdu à sa nouvelle position.
«J'ai joué à l'avant jusque dans le pee-wee AA, j'avais encore des repères, je savais quoi faire. Quelqu'un qui n'aurait joué qu'à la défense toute sa vie aurait été un peu mêlé, mais ce n'était pas une grosse adaptation pour moi. Il faut juste garder les choses simples... et faire attention pour ne pas être frappé dans le dos.»
Selon lui, la double fonction pourrait être un atout dans son développement. Il cite en exemple l'ex-hockeyeur de la LNH, Mathieu Dandenault, qui passait de l'arrière à l'avant selon les besoins de ses employeurs.
«L'important, pour moi, c'est d'aider l'équipe peu importe que je sois à la "def" ou à l'attaque. Mon but, c'est de rester dans l'alignement. Si je peux l'être en faisant ce job-là, je vais continuer à le faire. Je prends cela du bon côté, il y a du positif à être utilisé de cette façon. Les troisième et quatrième lignes ne sont pas les plus offensives, il faut s'impliquer, déranger, finir nos mises en échec», énumérait le choix de deuxième ronde de Shawinigan en 2012.