Depuis son arrivée avec les Islanders, Ryan MacKinnon a doublé sa production offensive (50 points, dont 10 buts) par rapport à sa dernière saison à Rimouski, où il avait cumulé 4 buts et 18 mentions d'aide.

Québec/Charlottetown: une série à saveur particulière

Le capitaine des Islanders Ryan MacKinnon l'admet d'entrée de jeu: la série entre Québec et Charlottetown a une saveur particulière pour lui.
Repêché par Philippe Boucher en 2011, MacKinnon a également évolué sous les ordres de Daniel Renaud, entraîneur adjoint des Remparts, au cours de son passage de trois saisons dans le Bas-du-Fleuve. Le banc de l'équipe locale aura donc des airs de déjà-vu pour le défenseur, qui a évolué trois campagnes avec l'Océanic, avant d'être échangé lors des dernières assises de la LHJMQ contre des choix de première ronde (2014) et de cinquième ronde (2015).
«C'était un choc. J'ai passé trois belles années à Rimouski, dans une excellente organisation. Lorsque j'ai reçu l'appel, je ne m'y attendais pas, mais lorsque j'ai su où je m'en allais, je ne pouvais être plus heureux», a indiqué le 46 des Islanders.
Natif de Summerside (Île-du-Prince-Édouard), MacKinnon rentrait ni plus ni moins que chez lui. Une belle façon de coiffer une carrière junior.
«Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas joué à la maison. De pouvoir disputer ma dernière saison junior devant les amis et la famille, ça rend les choses encore plus spéciales», a soutenu le défenseur de 20 ans.
Jeunes talentueux
Avec la jeune organisation des Islanders, MacKinnon s'est rapidement vu confier la fonction de capitaine, qu'il occupait également avec l'Océanic, puis décerner le rôle de guider la jeune brigade défensive des insulaires. «Lorsque l'échange s'est conclu, on s'est parlé longuement au téléphone, Gordie [Dwyer, entraîneur-chef] et moi. Il m'a expliqué comment l'alignement était formé, qu'il y avait beaucoup de jeunes joueurs et beaucoup de talent, ce qui ressemblait à la situation que j'avais connue à Rimouski à mes deux premières saisons.
«Cela dit, nos jeunes ont vraiment beaucoup de talent. Parfois, on en oublie qu'ils sont jeunes! Nous avons connu nos hauts et nos bas cette saison, mais on finit sur une bonne note», a jugé le défenseur de 6 pieds et de 185 livres, qui a été invité au camp des recrues des Sabres de Buffalo, l'été dernier.
En éliminant le Phoenix de Sherbrooke, les Islanders ont d'ailleurs démontré tout le potentiel de leur alignement. Ils s'attaquent maintenant aux Remparts, une autre sorte de défi.
«Tout le monde au Canada sait à quoi s'en tenir quand il s'agit des Remparts de Québec. Ils ont des habiletés incroyables en attaque, un gardien de but qui a joué pour Équipe Canada et une tonne d'expérience. Ce sera difficile», convient MacKinnon.
Le temps d'une série, ce dernier devra donc mettre les amitiés de côté, même si elles ne seront pas oubliées. «Je n'ai rien que de bons mots à dire au sujet de Philippe et Dan. Ils m'ont traité comme un roi lorsque j'étais à Rimouski. Ce sont tellement des bonnes personnes en dehors de la glace! Mais sur la patinoire, j'imagine qu'il n'y a pas d'amis...»