«Ils ont beaucoup de profondeur.Mais c'est sûr qu'il va falloir porter une attention particulière à Jonathan Drouin» - Phillipe Boucher

Québec c. Halifax: un match baromètre

Si la victoire de 4-3 des Remparts en tirs de barrage à Halifax en décembre avait permis aux Diables rouges de gagner en confiance, malgré le controversé coup d'Adam Erne sur Jonathan Drouin, la visite des Mooseheads jeudi au Colisée Pepsi sera l'occasion pour la troupe de Philippe Boucher de mesurer les progrès réalisés depuis ce jour-là.
Se trouvant dans une portion de calendrier particulièrement exigeante, les Remparts entament une séquence de trois matchs à domicile contre les trois équipes de tête de la LHJMQ, qui verra les Mooseheads (2es), l'Armada (3e) et le Drakkar (1er) s'amener coup sur coup dans la capitale jeudi, vendredi et mardi.
«Ç'a bien commencé avec le dernier voyage, mais Halifax, [n'est pas à prendre à la légère]. Tout est là. Il y a des gagnants dans ce club-là. Ils ont des gars qui ont gagné la Coupe Memorial, des gars qui savent ce que ça prend pour gagner. Ç'a été tout un match de hockey là-bas en décembre. Les gens se rappellent peut-être plus de l'incident d'Erne, mais il nous restait peut-être une douzaine de joueurs à la fin sur le banc pour bloquer des lancers et faire tout ce qu'on avait à faire. Ç'a été une de nos bonnes games, cette année», a estimé le pilote Philippe Boucher, à la suite d'une pratique menée rondement, mercredi.
Le sérieux affiché par les Diables rouges à l'entraînement en dit long sur l'importance que les joueurs accordent au duel de jeudi contre les champions en titre de la Coupe Memorial. Ces derniers (67 points) ne possèdent présentement qu'un seul point de priorité sur les Remparts (66 points) au classement général de la LHJMQ.
«On n'a pas vraiment besoin de leur dire. C'est ça qui est le fun. Les gars le réalisent. On leur a parlé de la séquence difficile qui s'en venait, il y a une couple de semaines. Les gars réalisent ce que veulent dire ces deux games-là. Ce n'est pas comme si on était obligés d'en parler. C'est sûr que [jeudi] on va se pencher plus spécifiquement sur Halifax avec la vidéo, mais on n'a pas besoin de leur rappeler l'importance des games qu'on a à jouer», a constaté Boucher.
Selon l'entraîneur-chef, les Remparts ne pourront pas se permettre beaucoup d'erreurs défensives contre la dangereuse attaque des Mooseheads, à commencer par leurs deux vedettes offensives Jonathan Drouin (18 buts et 48 passes en 29 matchs) et Nikolaj Ehlers (28 buts et 39 passes en 45 matchs). D'autant plus qu'à l'autre bout de la patinoire, le talentueux Zach Fucale (25-7-0-1), qui affiche une moyenne de buts alloués de 2,30 et un taux d'efficacité de ,907, n'est pas reconnu pour sa générosité!
Stratégies défensives
«Drouin, si tu te concentres juste sur lui, il y a Ehlers, qui joue du bon hockey. [MacKenzie] Weegar, c'est l'un des bons défenseurs de la ligue. Ils ont beaucoup de profondeur. Mais c'est sûr qu'il va falloir porter une attention particulière à Jonathan Drouin...» a laissé entendre Philippe Boucher.
Ce dernier a déjà sa petite idée de la façon qu'il entend essayer de contrer l'espoir du Lightning de Tampa Bay. Lui opposera-t-il toujours le même joueur?
«On a pensé de le faire pour Mantha à Val-d'Or avec Adam [Erne]. Le jumelage qu'on fait beaucoup plus, c'est à la défense. On veut certains défenseurs sur la glace contre lui. À l'attaque, il ne faudrait toutefois pas se surprendre si Sorensen est en santé de le voir évoluer contre [Drouin] avec Erne et Chapman.»
*********************
Erne ne se préoccupe pas de Drouin
Suivant la directive d'équipe émise à la suite de l'incident l'opposant à Jonathan Drouin en décembre, le très volubile Adam Erne  est devenu monosyllabique, mercredi, lorsqu'on lui a demandé de commenter ses retrouvailles avec l'autre espoir du Lightning.
Quand on l'a questionné à savoir s'il s'attendait à des représailles lors du match face aux Mooseheads de jeudi, l'Américain de 18 ans s'est contenté de répondre «non». A-t-il reparlé à Drouin depuis l'incident? «Non.» Échangé un texto? «Un seul après le match. Je voulais seulement m'assurer qu'il était correct.» Est-il inquiet que les événements refassent surface au cours du match de ce soir? «Non.»
Dans les faits, les deux joueurs se sont recroisés une fois, lorsque le Canada et les États-Unis se sont affrontés, en fin de ronde préliminaire, au Mondial junior. Le contexte était toutefois différent. L'enjeu aussi. «Le match de demain [jeudi] sera important. Ce serait stupide de me préoccuper de ça. Le match est important pour chacune des deux équipes. On devrait se concentrer là-dessus», a tranché Erne, qui aura vraisemblablement la responsabilité de surveiller le trio formé par Darcy Ashley, Drouin et Philippe Gadoury (commotion cérébrale), qui pourrait effectuer un retour au jeu.
L'ailier de puissance des Remparts ne cache pas que chaque affrontement contre les Mooseheads, qui avaient mis un terme au parcours des Remparts dans les séries de 2012 lors d'un septième match où Drouin (un but et deux passes) avait brillé au Colisée, possède un petit quelque chose de spécial.
«On n'est pas prêts d'oublier qu'ils ont gagné ce match en supplémentaire ici. C'était dur à avaler. Mais c'est dans le passé. Depuis ce temps, ç'a toujours été une bonne rivalité. [...] C'est une équipe contre qui nous aimons jouer, ce sont de grands rivaux. Beaucoup sont nos amis en dehors de la patinoire, mais sur la glace, c'est une grande rivalité. Ce sont toujours des matchs que j'ai hâte de jouer. Je suis sûr que c'est la même chose pour eux», a estimé Erne, qui a été repêché en deuxième ronde par les Mooseheads en 2011.
Pour le reste, l'attaquant ne croit pas qu'une grande stratégie soit nécessaire pour venir à bout des visiteurs. «Il suffit de passer plus de temps dans leur zone que dans la nôtre et ça devrait aller!»