Les Remparts se sont déchaînés en première période en marquant quatre fois.

Québec 6/Sherbrooke 3: une victoire dans l'incertitude

Malgré l'épée des transactions qui pend au-dessus du vestiaire, les Remparts de Québec ont réduit à trois points l'écart qui les sépare du premier rang de la division Est de la LHJMQ, dimanche après-midi au Colisée Pepsi, en l'emportant 6-3 contre le Phoenix de Sherbrooke dans ce qui a peut-être été le dernier match de certains joueurs dans l'uniforme des Diables rouges.
Avant de sauter sur la patinoire, l'entraîneur-chef Philippe Boucher avait d'ailleurs abordé le sujet avec ses protégés, soulignant leur engagement envers l'équipe et les partisans en dépit de la situation. Ils ont répondu avec une première période de quatre buts, ce qui laissait présager un festival offensif qui aura été moins illuminé que prévu.
«Les matchs à sens unique sont rares dans le junior. Quand tu penses l'avoir facile, ça ne l'est pas, et Sherbrooke a un club qui ne lâche pas. À part les cinq premières minutes, ç'a été l'une de nos bonnes [premières] périodes de la saison. À ce temps-ci de l'année, où les gars sont nerveux et qu'il y a beaucoup de distractions, il faut être content de l'effort. On leur avait demandé de se concentrer sur les deux points, d'oublier le reste, et qu'on verrait mardi ce qui arrivera», résumait Boucher.
Les Remparts ont bombardé le gardien Gabriel Parent de 16 lancers en première, marquant quatre fois à compter de la neuvième minute. Mais surprise, le Phoenix - comme son homonyme - est rené de ses cendres en deuxième en réduisant l'écart à 4-3 avec trois buts sans réplique contre François Brassard. Les locaux ont rebondi avec deux autres filets en troisième pour concrétiser leur victoire.
«On a peut-être été un peu trop confiant en deuxième, mais on a travaillé fort en troisième en revenant à la base, en mettant la rondelle en fond de territoire au lieu d'y aller avec des jeux de finesse», notait Olivier Archambault, l'une des bougies d'allumage de la journée.
Le vétéran de 20 ans a amassé trois points, inscrivant deux (9e et 10e) bijoux individuels même s'il donnait du crédit à ses compagnons de trio. Comme il le fait régulièrement depuis le début du calendrier, Anthony Duclair s'est aussi démarqué avec un but (33e) et une passe, une production identique à celle d'Adam Erne (13e). Zachery Moody (7e) et Adam Chapman (6e), son premier dans l'uniforme des Remparts, ont aussi touché la cible. Auteur de sa 17e victoire, Brassard a cédé devant Simon Desbiens, Tim Weiser et Carl Neill.
Stress collectif
À moins de 48 heures de la fin de la période des transactions, quelques joueurs sont inquiets, tout en sachant qu'ils ne peuvent rien faire pour changer le cours des choses. «Tout peut arriver, oui, on en parle un peu, mais on s'est concentré sur ce qu'on avait à faire sur la glace», soulignait le capitaine Ryan Culkin, l'un de ceux visés par les rumeurs.
«Tout le monde est stressé, convenait Archambault. Ce n'est pas vraiment à moi de dire ce dont on a besoin.» Erne se disait de son côté convaincu qu'«on aura un bon club mercredi», date du prochain match des Remparts à Victoriaville.
****************
En vitesse
Brandon Shea a eu la frousse, en troisième, en étant coupé au cou par la lame d'un rival. «Il a été chanceux, ce n'est pas quelque chose que l'on veut voir», expliquait Philippe Boucher après le match sur un ton rassurant... Grâce à Nicole Bouchard, qui a passé près de trois heures au téléphone pour faire modifier son billet de retour de la Suède, dimanche après-midi, le Suisse Fabrice Herzog sera de retour à temps pour reprendre sa place dans l'alignement, mercredi... Selon Boucher, Nick Sorensen ne devrait pas tarder à rentrer à Québec. «Il disait avoir raté beaucoup trop de matchs depuis deux ans, qu'il voulait en manquer le moins possible»... Blessé en bloquant un lancer, vendredi, Anthony Duclair était de la formation des Remparts... Encore une panoplie d'absents chez les Remparts, les numéros de la loto étant les 9 (Latina), 17 (Turnbull), 23 (Carroza), 30 (Booth), 61 (Herzog), 65 (Hunter), 77 (Lamarre), 91 (Boivin) et 94 (Sorensen). Ajoutez à ce tirage le 71 de Yanick Turcotte, maintenant porté par Tyler Brown en raison d'un manque de chandails disponibles...
*****************
Roy s'impose au Défi mondial
Choix de première ronde (quatrième au total) du Phoenix, le défenseur de 16 ans Jérémy Roy s'est imposé au Défi mondial des moins de 17 ans qui a pris fin, samedi, par une défaite de 6-2 de l'Équipe Québec contre la Russie dans le match de la médaille de bronze au cours duquel Matthew Boucher, fils de l'entraîneur-chef des Remparts, a marqué deux buts. «Vous n'avez pas encore eu la chance de le voir à Québec; à 16 ans, il est déjà l'un de nos gros morceaux et notre meilleur défenseur. Il crée beaucoup d'offensive, il est bon défensivement, effectue une bonne première passe, affiche une bonne attitude. Ça va être un pro. Toutes les équipes recherchent des défenseurs, on va bâtir autour de lui», confiait Judes Vallée, l'entraîneur-chef du Phoenix.
Quelques anciens Remparts
Sherbrooke alignait quelques anciens joueurs des Remparts, soit l'ailier de 20 ans Jason Houde et le gardien de 17 ans Gabriel Parent. En première moitié, le Phoenix misait aussi sur Axel Rioux, mais l'ailier droit n'a jamais été en mesure de remplir le rôle offensif qu'on lui demandait, ce qui a mené à une séparation. En ce qui concerne Daniel Audette, le premier choix de l'histoire de l'équipe en 2012, il remonte la pente après un bon début de campagne suivi d'un petit creux. «Il a vécu un apprentissage difficile, l'an passé, ç'a été dur dans son cas. Le meilleur reste à venir pour Daniel», estimait Vallée, qui peut en dire autant pour son club. «Tant qu'on n'aura pas fait le tour de la boucle avec des joueurs de 19 ans formés chez nous, ça va être tough. À Sherbrooke, on ne parle pas encore de reconstruction parce que la construction n'est même pas finie», ajoutait-il.
Deux médaillés
Nick Sorensen reviendra à Québec avec une médaille d'argent au cou à la suite de la défaite de 3-2 en prolongation de la Suède contre la Finlande, dimanche, en finale du Championnat mondial junior disputé dans son coin de pays, Malmö. En sept matchs, Sorensen a marqué deux buts et amassé quatre passes. Pendant ce temps, son ex-coéquipier Mikhail Grigorenko bouclait le tournoi avec une récolte de huit points - un sommet pour la Russie - et une médaille de bronze grâce à la victoire de 2-1 contre le Canada, dimanche avant-midi. «La Suède avait tout un club, j'étais persuadé que Nick rapporterait l'or à la maison», avouait l'Américain Adam Erne, coéquipier et ami de Sorensen, mais aussi son adversaire le temps du tournoi.