Brent Turnbull et ses coéquipiers de l'Océanic se sont butés au gardien des Remparts François Brassard, qui a bloqué les 47 tirs dirigés vers lui, samedi, à Rimouski.

Québec 2/ Rimouski 0: du grand Brassard

Les Remparts ont conclu la saison régulière avec une victoire de 2-0, samedi, chez l'Océanic de Rimouski. Gros merci à François Brassard, auteur de 47 arrêts. Le gardien devra encore être à son meilleur vendredi, pour le début des séries contre les Huskies de Rouyn-Noranda.
L'Océanic amorce la ronde éliminatoire contre les Saguenéens de Chicoutimi. Les Rimouskois entrent en séries sur un revers, après avoir soutenu une séquence de 16 triomphes consécutifs. Les Remparts, avec une fiche de 39-17-5-7, finissent à court des 40 victoires en saison régulière pour la première fois en six ans.
«On va rejouer ce match-là 50 fois, on va le gagner 49 fois», a affirmé l'entraîneur-chef Serge Beausoleil, après la défaite des siens. «Je suis autant fier de mes gars qu'hier», a-t-il assuré, faisant référence au gain de 4-3 de vendredi, à Québec. Deux matchs en deux jours, une victoire chacun chez l'autre.
«Leur séquence était impressionnante et c'est plaisant de l'arrêter, même si ce n'était pas notre objectif premier. Si les séries sont comme les affrontements contre Rimouski, ça va être bon», a prédit le patron des vainqueurs, Philippe Boucher.
À propos du jeu hermétique offert par sa troupe, entre autres à cause de neuf infériorités numériques, Boucher a lancé: «La trappe, ç'a l'air que ça fonctionne! Ils en ont gagné 16 avec ça.»
Non seulement les Remparts ont été parfaits avec un homme en moins, mais ils ont inscrit leurs deux buts avec l'avantage d'un patineur. D'abord Nick Sorensen, au premier tiers, puis Zachery Moody, en troisième. Olivier Archambault récolte deux aides.
Record égalé
Mais l'étoile du jour s'appelait François Brassard. Avec un sixième jeu blanc cette saison, le 31 égale un record d'équipe établi par Charles Lavigne, en 2008-2009.
«C'est un de mes plus gros matchs où j'ai eu à faire le plus de gros arrêts», a reconnu Brassard, qui a même obtenu une «mention spéciale» de la part de l'annonceur du Colisée de Rimouski, après les trois étoiles décernées aux locaux.
«Le dernier match de la saison, c'est celui qui nous prépare pour les séries. Je vais essayer de répéter cette performance à tous les soirs dans les séries», a souhaité le portier.
Refusant de dire que Brassard avait gagné celle-là à lui seul, Boucher a insisté sur le fait qu'au-delà de lancer un message à ses prochains adversaires, son gardien numéro un s'était «donné un bon message à lui-même». «On n'a jamais douté de lui, mais on disait que certains vétérans pouvaient nous en donner plus et Brass est l'un de ceux-là.»
Son vis-à-vis Beausoleil a qualifié la performance de Brassard d'«extraordinaire». «On a frappé des poteaux, mais il a fait sa chance et c'est lui l'étoile incontestée du match», s'est incliné le chef de l'Océanic.
NOTES: Avant leur dernière partie régulière à Rimouski dans le junior, les joueurs de 20 ans de l'Océanic ont été honorés. Touchant de voir le défenseur Jimmy Oligny tenir sa fille Stella-Rose dans ses bras. La petite a eu deux ans mercredi. La maman était aussi sur le tapis rouge. Les deux autres finissants sont les attaquants Peter Trainor et Sébastien Sylvestre... Après avoir arrêté la rondelle avec sa bouche en première période, le défenseur des Remparts David Hunter est revenu au jeu avec une visière complète, en deuxième... 5062 spectateurs ont assisté au match.
*****
Beausoleil fustige Boucher
Samuel Morin n'a pas affronté les Remparts, samedi. Le défenseur vedette de l'Océanic était suspendu. Un match dans les estrades pour un coup de genou porté à l'endroit de Mikhail Grigorenko, la veille, à Québec. Sur le jeu, les arbitres Éric Charron et Marc Muylaert n'avaient pas trouvé matière à pénalité. Mais le patron des Remparts, Philippe Boucher, a porté plainte à la ligue après la rencontre de vendredi, fournissant la pièce à conviction sur vidéo. Le préfet de discipline, Raymond Bolduc, a sévi après avoir visionné l'incident.
«J'ai reçu l'appel à 10 heures moins quart [samedi matin]», a révélé l'entraîneur de l'Océanic, après le revers. «C'était un coup de genou, ça méritait deux minutes», admet d'abord Serge Beausoleil, assurant ne pas remettre en cause la décision de Bolduc. Avant d'enchaîner: «Mais je suis pas mal plus déçu que Philippe envoie une séquence là-dessus, dans un match qui ne voulait pas dire grand-chose pour personne. Je trouve ça triste un peu qu'on ait besoin de ça pour gagner un match», fustige Beausoleil.
Du côté des Remparts, Boucher avouait ne pas avoir vu le coup, dans le feu de l'action. Mais après s'être assis avec ses adjoints, il semble que le verdict était unanime. «Il y a des coups cette année contre Rimouski qu'on n'a pas envoyés [à la ligue], comme un de Jan Kostalek. On n'est pas des envoyeux de clips. Mais je veux rappeler qu'on a perdu Anthony Duclair et qu'on aurait pu perdre encore un de nos meilleurs joueurs.
«Je connais Sam depuis longtemps et je sais que ce n'est pas plaisant d'avoir un clip de même. Mais c'était à la ligue de décider et si la ligue donne une suspension, ça doit être parce que c'était mérité», résume Boucher. Avant de remplacer Patrick Roy comme directeur général et entraîneur-chef des Remparts, l'été dernier, Boucher a travaillé comme directeur général de l'Océanic durant deux ans. Beausoleil était son entraîneur-chef et occupe dorénavant la double fonction.
Premier choix des Flyers de Philadelphie au dernier repêchage, Morin aura écopé un total de cinq matchs de suspension durant la saison et termine le calendrier régulier avec 31 points et 121 minutes de punition en 54 matchs.