En dépit de sa blessure à la main, Dereck Baribeau était devant le filet des Remparts, vendredi.

Plusieurs tuiles sur la tête des Remparts

Plusieurs tuiles sont tombées sur la tête des Remparts de Québec, vendredi, alors qu’ils ont appris qu’ils seraient privés des services de l’ailier Louis-Filip Côté et du gardien Dereck Baribeau pour le prochain mois.

Et jamais deux sans trois, dit-on, car l’attaquant de 17 ans Pierrick Dubé a été rayé de l’alignement pour le match contre le Titan d’Acadie-Bathurst parce qu’il ne s’est pas levé à temps pour assister à la réunion de l’équipe, vendredi matin.

Côté a subi une entorse au troisième degré à la cheville droite en fin de troisième période, jeudi, contre les Saguenéens de Chicoutimi. Ne restait qu’à connaître la gravité de la blessure et la durée de son absence, qui s’échelonnera sur une période de quatre à six semaines.

La surprise était plutôt dans le cas de Baribeau, qui était pourtant devant le filet des Remparts, vendredi. La veille, il s’était entraîné avec Patrick Roy et tout semblait bien aller. Mais vendredi matin, tout s’est compliqué au bout de cinq minutes.

«Il joue parce que la blessure ne peut pas s’aggraver avec sa prothèse, mais après le match, ça va être assez. On espérait que l’os se replacerait, mais ce n’était pas le cas. Il va subir une opération [samedi], car ça ne prend pas le bon bord», notait l’entraîneur-chef à propos du gardien numéro 1 de l’équipe.
lourdes pertes

«Il s’agit de deux lourdes pertes, ça va nous faire mal. Louis-Filip en menait large sur le premier trio et Dereck connaissait un bon début de saison. Mais une équipe, c’est ça, cela va permettre à Anthony [Morrone] de jouer plus souvent», notait Roy, qui a rappelé l’ailier Thomas Caron du junior AAA de Granby.

Côté faisait flèche de tout bois depuis le début de la campagne. Il était le meilleur compteur de l’équipe avec sept buts et 15 points en 11 matchs. Il formait un trio redoutable avec Philipp Kurashev et Aleksei Sergeev.

«Il faut que je l’accepte, c’est sûr que c’est un peu dur à prendre. Mais c’est fait, je n’y peux rien. Il s’agit de la première fois que je subis une telle blessure. Je l’ai senti sur le coup, je me doutais que ça allait être assez grave. J’étais hors d’équilibre, je suis mal tombé, ma cheville n’a pas trippé», disait-il sur la séquence ayant mené à sa blessure.

Dans une semaine, Côté devrait passer une autre radiographie pour s’assurer qu’il n’y a pas de fracture. Celle de vendredi n’en indiquait pas. «Je pense que ça va être encore là quand je vais revenir», prédisait-il à propos de ses récents succès.

Dubé retranché

Montré du doigt, la veille, Pierrick Dubé a été retranché de l’alignement, vendredi, après avoir raté la réunion d’équipe en matinée. «Je suis déçu de son rendement. La porte est ouverte pour lui, mais qu’il n’attende pas qu’elle se ferme. Il veut avoir de la glace, c’est à lui de venir la chercher . On n’abandonne pas dans son cas, mais on veut lui passer le message», soulignait Roy avant le match.

Pour ce qui est Caron, un ailier de 18 ans qui avait quitté l’équipe de sa propre initiative pendant le camp, Roy l’a inséré sur le premier trio, en compagnie des deux joueurs d’expression russe.
«Il avait beaucoup souffert de ne pas avoir eu beaucoup de glace, l’an passé, et son idée était faite. Je lui avais dit de garder la porte ouverte. Je l’ai appelé, jeudi, pour lui offrir de jouer avec Kurashev et Sergeev», racontait l’entraîneur-chef, qui pourrait aussi rappeler Samuel Dickner pour le match de samedi, à Boisbriand, si jamais Dubé était toujours laissé de côté.