Même si ses Remparts n’ont remporté qu’un seul de leurs quatre derniers matchs, l’entraîneur-chef Patrick Roy tente de voir du positif dans la dernière séquence des siens.

Patrick Roy reste zen

Même si ses Remparts ont été rattrapés par les Cataractes de Shawinigan en 14e place du classement général en fin de semaine et qu’ils n’ont remporté qu’un seul de leurs quatre derniers matchs, ne comptez pas sur Patrick Roy pour se démonter et perdre confiance en sa jeune équipe. L’entraîneur-chef et directeur général est resté zen et tente de voir le positif dans la dernière séquence des siens.

«Contre Blainville-Boisbriand, on a perdu en prolongation, contre Saint-Jean, on a gagné, et contre Victo, je crois qu’on aurait mérité un meilleur sort», a commenté Roy mardi, après l’entraînement des siens au Pavillon de la jeunesse, rappelant les trois dernières parties de ses protégés.

«Vous savez, si on regarde les statistiques avancées, notamment quant à la possession de la rondelle, on fait très bien et à cause de ça, je suis convaincu qu’à la longue, ça va finir par aller de notre côté», a analysé Roy, qui se réjouissait également de voir ses joueurs diriger de plus en plus de tirs dangereux vers la cage des gardiens adverses.

Défi

«Il faut maintenant travailler en compétition, avancer davantage vers le filet et amener la rondelle en zone offensive. J’aime toujours la progression de notre équipe même si j’aimerais aussi pouvoir l’amener à un autre niveau», reprend-il en rappelant le calendrier un peu infernal de 15 matchs en 31 jours des Diables rouges en janvier. «Avec autant de parties, la vérité c’est qu’on ne s’est presque pas entraînés. On a fait beaucoup de vidéo, cependant, et ça nous a permis de compenser un peu.»

Roy a encore jeté un œil au calendrier et sait quel défi attend ses Remparts d’ici la fin de la saison. «Dix de nos 17 derniers matchs de la saison régulière sont contre des équipes qui figurent présentement parmi les cinq meilleures de la ligue. Ce sera intéressant de voir comment on va se comporter», poursuit-il à propos de la séquence qui s’amorce vendredi avec la visite des Eagles du Cap-Breton, cinquièmes au classement général, et se poursuit dimanche avec celle des Wildcats de Moncton, troisièmes.

Après avoir beaucoup critiqué le travail des arbitres lors des deux derniers matchs de son équipe à domicile, Roy n’a cependant pas souhaité en remettre mardi. «Je ne parlerai pas des arbitres... jusqu’à la prochaine fois», a-t-il laissé tomber, sourire en coin.

Discussion avec Savoie

D’autre part, Roy a avoué qu’il avait eu une conversation avec son défenseur Nicolas Savoie, qui avait tendance à mettre beaucoup de pression sur ses épaules en cette année où il sera disponible pour le repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH). «Je crois que Nicolas voulait trop en faire. Je lui ai dit de jouer à l’intérieur de sa personnalité et ça se passe très bien depuis», a souligné Roy, ajoutant que son attaquant Théo Rochette avait aussi vécu la même chose. «C’est le cas de tous les joueurs à leur année de repêchage, surtout ceux qui ont eu une bonne année 16 ans. Plusieurs se mettent trop de pression. Nous considérions Théo comme un joueur extraordinaire et nous le considérons encore comme un joueur extraordinaire. Il n’a que 17 ans et je suis certain qu’il sera encore meilleur au cours des prochaines saisons quand on voit toutes les choses qu’il est capable de faire.»

Quant à Nicolas Savoie, il était également heureux de ses résultats depuis sa petite discussion avec son entraîneur-chef. «Je suis revenu à ma game, j’essayais de faire des jeux trop compliqués ou de commencer des choses défensivement avec de grands jeux.», a-t-il déclaré en ajoutant que le fait de ne pas avoir encore marqué de but cette saison ne le préoccupait pas outre mesure.

Savoie considère également que l’arrivée du gardien vétéran Tristan Côté-Cazenave est une bonne chose pour lui et les autres jeunes défenseurs des Remparts. «C’est un bon gardien et il aime communiquer avec nous sur la glace. Il parle beaucoup et il joue souvent la rondelle, ce qui est parfait pour les défenseurs. Il nous aide beaucoup», conclut Savoie.