«On n’avait que deux défaites, là, c’est maintenant trois de suite. Il faut arrêter ça. Pour cela, il faut sortir les pelles pour ne pas laisser la neige s’accumuler», commente l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Patrick Roy: «On affronte un méchant blizzard, il faut s’accrocher»

«Il faut passer à travers la tempête», illustre l’entraîneur-chef Patrick Roy à propos du vent de face qui souffle présentement sur le visage des Remparts de Québec.

Battus à leurs trois derniers matchs, les Remparts connaissent leur plus difficile séquence de la jeune saison de la LHJMQ. Jumelée à l’absence de quelques éléments, l’utilisation à outrance de certains autres ont mené à ce passage à vide amorcé dans la série aller-retour contre l’Océanic de Rimouski, la semaine dernière, et poursuivi à l’occasion de la visite du Drakkar de Baie-Comeau au Centre Vidéotron, mercredi.

«On affronte un méchant blizzard, il est arrivé avant l’été des Indiens, comme à Winnipeg… Il faut s’accrocher et trouver une manière s’en sortir sans trop se faire mal», illustrait le Diable rouge en chef.

Les siens étaient privés de trois défenseurs et de deux attaquants, mercredi. Si les arrières Nicolas Savoie et Dylan Schives reviennent au jeu, vendredi, pour le match contre les Voltigeurs de Dtummondville, un autre attaquant se retrouve à l’écart du jeu, soit Xavier Filion, victime d’une commotion cérébrale. Et les choses n’iront pas en s’améliorant, la semaine prochaine, puisque les recrues James Malatesta et Nathan Gaucher s’en vont au Défi mondial des moins de 17 ans.

«Il va nous manquer cinq attaquants, mais pire encore, quatre joueurs de centre. On pensait avoir de la profondeur à cette position, mais on s’en reparlera. Le plus difficile, présentement, ce que notre profondeur n’était pas encore prête pour cela, mais c’est comme ça», ajoutait celui qui a déjà vu neiger…

«On n’avait que deux défaites, là, c’est maintenant trois de suite. Il faut arrêter ça. Pour cela, il faut sortir les pelles pour ne pas laisser la neige s’accumuler.»

Tel que promis, Roy avait accordé un congé à sa troupe, jeudi. Trois joueurs en processus de retour au jeu et le jeune gardien Émerik Despatie ont sauté sur la glace, les autres étant invités à se tenir loin de l’aréna.

Pas de panique

«Il faut juste être patient et leur donner la chance de se regrouper. Mais on ne panique pas pour autant, on en a déjà vu, et ce n’est pas parce qu’on a perdu trois matchs de suite qu’ils sont rendus pas fins, pas beaux et pas bons.»

Il notait que les siens avaient eu les chances de marquer dans la défaite de 5-1 contre Baie-Comeau, mais qu’ils n’avaient pas réussi à capitaliser sur celles-ci à part Édouard St-Laurent, auteur d’un but sur un lancer de punition au terme d’une séquence où il avait obtenu deux échappées.

«C’est notre première épreuve difficile de la saison, espérons qu’elle ne durera pas longtemps. Il faut s’accrocher et nos leaders doivent être fort», précisait celui que ne s’attend pas à une partie de plaisir contre Drummondville, qui se pointe en ville avec une séquence de huit victoires d’affilée.

«Avec les trois derniers matchs qu’on vient de jouer, il n’y en aura pas de facile», ajoutait celui dont la troupe montre un dossier cumulatif de 8-5 en 13 matchs.

Jeudi, Roy songeait à rappeler Jérémy Lafromboise, maintenant dans le Junior AAA. Des espoirs du midget AAA pourraient aussi recevoir un appel dans les prochains jours. Si tout va bien, les blessés Andrew Coxhead et Aleksei Sergeev pourraient revenir le 8 novembre. L’absence de Filion sera de 10 à 12 jours.

+

SAVOIE DE RETOUR

Absent depuis trois semaines, Nicolas Savoie retrouvera sa place sur la première paire de défenseurs en compagnie de Darien Kielb. Jeudi, Savoie a poussé la machine à fond de train avec Schives et Aleksei Sergeev et il promettait de revenir vite au niveau où il était avant de se blesser à un genou. «Ça fait une semaine que je patine full pine, je n’ai plus de douleur. Je voulais m’assurer d’avoir assez d’endurance, je veux être capable de jouer dans toutes les situations et même de bloquer des lancers», disait celui dont le retour au jeu permettra à certains de retrouver un rôle plus à leur mesure dans l’alignement. Carl Tardif