Les Remparts de Patrick Roy disposent d’un choix de première ronde à l’encan de vendredi et samedi et de deux autres au repêchage de 2021.
Les Remparts de Patrick Roy disposent d’un choix de première ronde à l’encan de vendredi et samedi et de deux autres au repêchage de 2021.

Pas question de liquider la banque de choix au repêchage des Remparts

Même si les Remparts visent encore de présenter la finale de la Coupe Memorial à Québec en 2022, le directeur général et entraîneur Patrick Roy jure qu’il n’a pas l’intention de liquider sa banque de choix au repêchage en prévision de cet événement.

«Rendu là, on essaiera d’avoir le moins de morceaux possible à aller chercher, mais on ne videra pas notre banque de choix pour la Coupe Memorial», a déclaré Roy en vidéoconférence.

«Oui, on veut toujours présenter la Coupe Memorial en 2022, mais dans ma tête ça coïncide aussi avec le plan qu’on s’était fixé d’avoir une équipe très compétitive. On est chanceux d’avoir pu mettre la main sur des jeunes joueurs comme Théo Rochette, Cole Cormier, Nicolas Savoie.»

Les Remparts disposent d’un choix de première ronde à l’encan de vendredi et samedi et de deux autres au repêchage de 2021. 

Mercredi, pour obtenir les services du gardien Thomas Sigouin, les Remparts ont dû céder leur choix de troisième ronde au repêchage de 2022. Roy s’est cependant vite retourné et a obtenu un choix de deuxième ronde la même année en cédant aux Tigres son choix de troisième ronde (45e) au prochain repêchage et son choix de quatrième ronde au repêchage de 2021.

Pas question donc d’échanger le choix de première ronde, cinquième de l’encan de cette année.c «C’est difficile d’échanger un premier choix, car on veut connaître deux ou trois bonnes saisons. Si on le sacrifiait, il faudrait obtenir un joueur qui peut nous donner deux ou trois bonnes saisons», indique Roy.

«Vendredi, nous allons sélectionner le meilleur joueur disponible, que ce soit un gardien, un attaquant ou un défenseur. Comme nous repêchons au cinquième rang, nous avons une idée des joueurs qui nous intéressent, mais contrairement aux équipes qui repêchent premier ou deuxième, on ne peut pas dire qu’on a arrêté notre choix pour l’instant», poursuit-il.

«Ça ne m’est pas arrivé trop souvent d’être dans cette position-là, mais on a de la profondeur partout. Nous avons un noyau de 16 à 17 joueurs qui revient pour les deux prochaines années. On a deux gardiens, sept défenseurs, Olivier Archambault qui s’en vient et probablement aussi un défenseur européen. On a le luxe d’y aller pour le joueur qui nous plaît le plus.»

Des «récalcitrants»

Après avoir réussi à mettre sous contrat James Malatesta, qui avait pourtant dit qu’il ne jouerait pas dans la LHJMQ, Patrick Roy avoue qu’il sera peut-être tenté de repêcher à nouveau des «récalcitrants», mais toujours dans les rondes plus éloignées.

«On n’en repêchera pas au début du repêchage. Si on repêche un joueur au début du repêchage, c’est qu’on sait qu’il va venir à 100 %», insiste Roy, qui ne croit pas que son équipe sera désavantagée en raison de la pandémie qui a chamboulé les opérations de tous les sports,

«Même si on n’a pas eu de séries, mon groupe de dépisteurs a vu beaucoup de matchs et j’ai pris beaucoup de notes sur les espoirs du prochain repêchage. Quant à la formule du repêchage, je pense surtout que c’est dommage pour ceux qui sont repêchés en première ronde et qui n’auront pas la chance de monter sur l’estrade. Pour le reste, on s’est bien adaptés. Ce n’est pas plus compliqué de faire nos rencontres par vidéoconférence», conclut Roy, qui a aussi renouvelé les contrats de tous les membres du personnel hockey de l’équipe mercredi.

L’entraîneur associé Martin Laperrière commencera donc une quatorzième saison derrière le banc alors que l’adjoint Benoît Desrosiers et l’entraîneur des gardiens Pascal Lizotte seront aussi de retour. 

L’adjoint au directeur gérant et recruteur-chef Christian Vermette, le coordonnateur vidéo David Rodrigue, le thérapeute sportif Steve Bélanger, le gérant de l’équipement Stéphane Savard et son adjoint Jacques Bélanger ont également vu leurs contrats être renouvelés.

«On est vraiment heureux de notre staff. Depuis qu’on sait qu’on va probablement repartir le 1er octobre, on voulait sécuriser notre monde. Quand tout reviendra à la normale, quand il y aura un vaccin ou un médicament, on a hâte de pouvoir offrir une équipe excitante pour nos partisans.»