Pas de panique chez les Remparts [VIDÉO]

À l’exception du match suspendu ayant été complété la semaine dernière à Gatineau, les Remparts de Québec n’ont pas marqué plus de deux buts par match à leurs six plus récentes sorties. Panique à bord? «Ben non», répond l’entraîneur-chef Patrick Roy.

La panne offensive de l’équipe coïncide avec les changements effectués lors de la période des transactions. Les Remparts n’ont pas encore été en mesure d’attacher tous les nouveaux morceaux ensemble.

«On ne paniquera pas, mais il faut être au courant. Une fois qu’on l’est, il faut faire des choses concrètes qui vont nous amener à améliorer notre situation et revenir à la base», disait le Diable rouge en chef, mercredi, au terme d’une séance d’entraînement où il a longuement parlé à ses protégés.

Les Remparts n’auront pas la partie facile en fin de semaine, puisqu’ils disputeront trois matchs en trois jours. Ça commence vendredi, à Rimouski, pour se transporter à Québec, samedi et dimanche, pour y affronter l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Foreurs de Val-d’Or.

L’occasion serait donc idéale pour qu’ils retrouvent leur touche près du filet adverse. Plusieurs exercices ont d’ailleurs porté sur ce thème sur la glace du Centre Vidéotron.

«Ce n’est pas juste une question de se salir les mains. Oui, on veut être meilleurs dans nos compétitions, mais on veut s’assurer que tout le monde est sur la même page au niveau de nos structures. Je trouve qu’on a réussi à marquer beaucoup de buts sur nos entrées de zone, mais j’aimerais qu’il y ait un peu plus de trafic devant le filet, qu’on marque plus sur des rebonds, sur des petits jeux près du but», expliquait-il en nous résumant ses interventions faites auprès de ses joueurs.

Pas question pour Roy de mettre toute la pression sur un seul élément. Même si Philipp Kurashev a été le meilleur buteur du Championnat mondial junior, il n’a pas touché la cible depuis son retour. Son coéquipier russe Alexsei Sergeev n’a pour sa part qu’un but à ses 17 derniers matchs.

«Ce n’est pas une machine, c’est un humain. Philipp arrive d’un événement où l’intensité a monté à son plus haut niveau. Il y a toujours un relâchement en revenant d’une telle compétition, ça arrive à n’importe quel joueur. Ça m’est arrivé, c’est arrivé à lui, ça va arriver à d’autres. Quand je suis revenu au Colorado après avoir joué aux Jeux de Nagano [1998], je n’étais pas capable d’arrêter une rondelle. On va lui donner le temps», illustrait Roy, en utilisant sa propre expérience pour expliquer la disette du joueur suisse.

Les Patriots

L’entraîneur-chef citait aussi en exemple les nombreux succès des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (NFL) et la conquête de la Coupe Stanley du Canadien en 1993 pour faire comprendre à ses joueurs que la victoire se prépare en équipe.

«Les gens sont tannés de voir les Patriots, mais ce qu’ils font bien, c’est de vivre dans le moment présent. Ils ne cherchent pas à vivre avec leurs succès du passé. Ce qu’il y a d’impressionnant avec la bande à [Tom] Brady, c’est de voir comment ils peuvent toujours revenir à 0-0, à jouer avec les 15 minutes à faire au cadran. Et en 1993, il n’y a pas grand monde qui prédisait une Coupe Stanley au Canadien. Nos joueurs sont un peu jeunes pour s’en souvenir, mais on travaillait fort, on avait une bonne chimie et on avait un noyau de joueurs qui croyaient en ce qu’on faisait.»

Il veut donc que sa troupe joue de la même manière, peu importe l’adversaire ou le moment dans le match. «Quand ça va bien, on devient un peu paresseux, et quand on perd, on se dit qu’on va travailler plus fort, mais ce n’est pas ce qu’on veut. On veut une équipe qui jouera toujours de la même manière...»

NOTES: Le défenseur Sam Dunn ratera le match de vendredi, à Rimouski, en raison d’un malaise à une hanche. Il ne s’est pas entraîné avec ses coéquipiers, mercredi... Le gardien Anthony Pagliarulo affrontera l’Océanic, vendredi, et les Foreurs, dimanche, tandis que Kyle Jessiman verra de l’action, samedi, contre l’Armada. «On va réévaluer le système d’alternance après la fin de semaine. Kyle n’a pas joué du bon hockey pour nous, à date, et je le reconnais. Mais un gars qui travaille fort et qui montre une belle attitude, il faut continuer à l’encourager», disait Roy sur l’ancien cerbère du Drakkar... Toujours incommodé par une douleur à la cheville, l’attaquant Matthew Grouchy pourrait rater l’un des trois matchs du week-end... Le gardien Colten Ellis, de l’Océanic, a passé les derniers jours à Red Deer afin de participer au match des meilleurs espoirs de la LCH, mercredi..