Les Saguenéens ont compté trois buts en l’espace de 5:52 en deuxième période.

Pas de cadeau à Patrick Roy

SAGUENAY — Le dernier match de Patrick Roy au Centre Georges-Vézina s’était soldé par une victoire, en mars 2013. Son retour au même endroit s’est écrit à l’encre rouge face aux Bleus, jeudi. Grâce à une victoire de 5-2 aux dépens des Remparts de Québec, les Saguenéens de Chicoutimi remportaient la première manche de la saison entre les deux équipes.

Ironie du sort, le but d’assurance des vainqueurs a été inscrit par Jesse Sutton, un des rares joueurs à avoir été impliqué dans une transaction entre les Remparts et les Saguenéens. Sa touche payante survenait moins de deux minutes après avoir vu l’adversaire réduire la marque à 3-2 en milieu de troisième.

Même si les joueurs ont changé et que le rival portait un tout nouveau chandail, ce retour à Chicoutimi revêtait-il un cachet particulier pour le Diable rouge en chef?

«Non, mais j’ai aimé ça. Mais j’avais oublié qu’il y en a qui pouvaient être “tata” en arrière du banc. Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vécu, mais ça l’air que ça fait partie de la game...», disait Roy après avoir donné tout le crédit aux Saguenéens pour leur victoire.

Côté blessé

Les Remparts ont perdu les services de leur meilleur compteur Louis-Filip Côté en fin de troisième, lorsqu’il est tombé lourdement sur la rampe. Il a quitté sur une seule jambe, escorté au vestiaire par un coéquipier et le thérapeute sportif Steve Bélanger.

«Si on se fie à ce qu’on a vu, ce n’était pas très beau. Mais après avoir discuté avec Steve, je vais être prudent dans mes commentaires. Il pense que ça pourrait être moins pire que ça pouvait paraître, mais on va attendre à demain [vendredi] pour se prononcer», confiait Roy à propos de Côté, incapable de se porter sur sa jambe droite à sa sortie.

Les Remparts avaient pris les devants 1-0 après 20 minutes à la faveur de leur jeu de puissance, aussi productif pour réduire l’écart à 3-2 en troisième. Mais trois buts des Sags en l’espace de 5:52 en deuxième, un filet d’assurance de l’ex-Remparts Sutton en troisième et un dernier dans une cage déserte en fin de match ont fait la différence pour les Bleus, qui portaient leur tout nouveau troisième chandail gris pour l’occasion.

Les Remparts s’inclinaient une quatrième fois à leurs cinq plus récents matchs. Ils montrent une fiche de 5-5-1 depuis le début de la saison. Ils entreprenaient sur note perdante cette séquence occupée de trois matchs en trois jours, les deux prochains ayant lieu vendredi contre le Titan d’Acadie-Bathurst, à Québec, et samedi à Boisbriand, contre l’Armada.

Roy en veut plus

Roy a donc roulé à quatre trios, jeudi, mais il aimerait que certains joueurs lui en donnent un peu plus. «Il va falloir qu’on en ait un peu plus à 5 contre 5 de la part de certains, surtout des plus jeunes comme Mathieu et Dubé. “Oli” prend des mauvaises punitions à chaque match, il faut que ça arrête, et qu’il cesse de retourner la rondelle en zone neutre. Même affaire pour Pierrick, qui doit jouer du meilleur hockey que ça.

«Les gars veulent prouver qu’ils sont capables de jouer. Ils voulaient plus de temps de glace, l’an passé, ils ont l’occasion de le faire, mais je ne trouve pas qu’ils jouent du bon hockey ni l’un ni l’autre», lançait Roy en abordant lui-même le sujet.

Mathieu (4e) et Andrew Coxhead (3e) ont marqué pour les Remparts. Outre Sutton, Hendrix Lapierre, Jérémy Fortin, Vladislav Kotkov ont déjoué Anthony Morrone, efficace dans la défaite. Jérémy Groleau a marqué dans un filet désert.

Les Sags ont perdu les services de Lapierre en début de troisième. Le premier choix du récent repêchage s’est blessé à une épaule. «Ça va prendre un bout», confirmait l’entraîneur-chef Yanick Jean.

***

Jesse Sutton

UN RÔLE DE GRAND FRÈRE POUR SUTTON

Acquis pour bien guider les espoirs des Saguenéens, comme Hendrix Lapierre et Théo Rochette, l’ancien des Remparts Jesse Sutton vaut jusqu’à présent le choix de deuxième ronde cédé en 2020 pour ses services.

«À la base, on avait besoin d’un joueur mature pour bien encadrer nos jeunes. Nous avions de bons rapports sur le genre d’individu qu’il était. Quand tu passes quatre ans avec la même équipe, ça prouve que tu n’étais pas un gars à problèmes. On avait besoin d’un bon vétéran, il cadrait parfaitement avec nous. Et en plus, sa venue a ajouté de la vitesse à notre club sur la grande patinoire», expliquait l’entraîneur-chef Yanick Jean.

Sutton n’a pas changé d’un iota en déménageant de Québec à Saguenay. Il affiche toujours le même calme et s’implique encore dans la communauté en invitant des enfants malades et leurs parents à chaque match, comme il le faisait avec les Remparts. «Ça va bien depuis mon arrivée. Je m’adapte bien, la vie est différente ici qu’à Québec. Ça n’a pas été facile d’être échangé après avoir passé quatre ans à la même place, mais comme c’est ma dernière saison, je veux me concentrer à en connaître une bonne», disait-il avant de renouer avec ses amis.

Le joueur natif de Terre-Neuve n’était pas plus nerveux qu’à l’habitude à l’idée d’affronter son ancienne équipe, jeudi. «Ça fait bizarre, mais j’ai essayé de l’aborder comme n’importe quel autre match. J’ai beaucoup d’amis de l’autre côté, je suis toujours en contact avec eux, mais sur la glace, on n’en a pas et on veut l’emporter.»

Sutton aime bien son rôle avec les Sags. Il admire le potentiel de Lapierre et Rochette, les deux piliers de l’avenir de l’équipe qui participeront au Défi mondial U-17. «Ils sont tous les deux très talentueux, ils sont plaisants à voir. Ils vont participer au Défi mondial U-17. J’apprécie voir leur niveau d’habiletés, ils sont plaisants à voir jouer. J’essaie d’être un bon modèle pour eux, de passer le bon message.»