Les Remparts se sont entraînés une heure, mardi, passant notamment du temps pour se familiariser avec les rampes très réactives du Centre Eastlink.

«On ne sera laissera pas avoir», dit Pascal Laberge

CHARLOTTETOWN — Tous les clichés seront usés et retournés d’ici mercredi soir, en vue du troisième match de la série Remparts-Islanders. Mais à tout cela, Pascal Laberge oppose une réplique implacable : «On ne se laissera pas avoir par eux autres!»

L’ailier aux boucles peroxydées comme ses coéquipiers — séries obligent — s’avère le meilleur pointeur des deux premiers matchs contre Charlottetown avec un but et trois aides. Il a quand même fait l’objet du seul changement de trio réalisé jusqu’ici par l’entraîneur-chef de Québec, Philippe Boucher, entre la première et la deuxième manche de ce quatre de sept à égalité 1-1.

Malgré des passes sur les deux buts des Remparts dans le revers de 6-2 du premier match, «Pascal n’a pas connu sa meilleure sortie non plus», a indiqué Boucher, mardi en fin de journée, après l’entraînement de sa troupe sur la glace de l’Île-du-Prince-Édouard.

Encore une fois mardi, Laberge était jumelé à Matthew Boucher, au centre, et à Olivier Garneau, à gauche. En leur compagnie, dimanche, il a inscrit un but et une aide dans la victoire de 3-0 des siens. «C’est la première fois qu’on jouait une partie complète ensemble et ç’a cliqué. Ç’a apporté l’énergie dont on avait besoin», estime le 54. Louis-Filip Côté a pris sa place avec Philipp Kurashev et Gregor MacLeod.

Comme les Islanders déploient moins d’attaque, mais possèdent quatre trios mieux équilibrés, le coach a décidé de brasser un tantinet sa soupe offensive. Les Remparts doivent aussi se simplifier un peu plus la vie en expédiant plus de rondelles en fond de territoire adverse.

«Ils ont des bons défenseurs», établit Philippe Boucher. «On a pratiqué beaucoup d’entrées de zone rapide dans les derniers mois. Mais contre eux, une fois de temps en temps, il faut que tu la laisses aller dans le fond, que tu ailles la chercher, que tu la ramènes aux défenseurs et que tu mettes du trafic en avant du filet. C’est déjà un peu notre style, mais il faut le faire plus», constate le patron au banc.

Le bon rebond

Passant une heure sur la patinoire voisine d’une piste de courses de chevaux attelés — ça vous rappelle quelque chose? —, les joueurs des Remparts se sont entre autres familiarisés avec les rampes très réactives du Centre Eastlink. Les rebonds y sont vifs et ramènent presto le disque près du but.

«On a vu comment ça réagit aujourd’hui et il n’y a pas de grosse différence», assure Laberge. «Notre mentalité est de gagner, que ce soit ici ou à Québec, alors on ne se laissera pas avoir par eux autres.» Il parle ici des Islanders, de leurs bandes ou encore même de leurs partisans. «Nous aussi on avait nos spectateurs pour le premier match et on n’a pas gagné», laisse-t-il tomber

Benjamin Gagné a aussi remarqué l’effet machine à boules et espère en profiter pour prolonger les séquences offensives des siens. «Un peu comme à Rimouski, si tu n’as pas de ligne de tir, tu peux lancer à côté du but et ça donne un bon rebond devant. Eux savent comment la jouer et vont s’en servir, alors faudra faire attention», concède le défenseur, évoquant déjà l’assurance d’au moins revenir jouer à Québec advenant une victoire ici mercredi.

Boucher espère que ses hommes apprivoiseront vite ce nouvel environnement, car ils doivent y livrer trois rencontres dans les quatre prochains jours, mercredi, vendredi et samedi. «Ce sera deux matchs en trois soirs, trois en cinq et cinq en sept. Comptez-le comme vous voulez! On va avoir besoin de tout le monde», conclut l’entraîneur.

+

FAN CLUB DES MARITIMES

Avec dans leurs rangs six joueurs originaires des provinces maritimes, dont trois ressortissants de la Nouvelle-Écosse, les Remparts de Québec pourraient bien compter sur plusieurs dizaines de partisans dans les estrades du Centre Eastlink, mercredi soir, à Charlottetown. «C’est tellement plus proche [que Québec], on est seulement à trois heures de chez moi. Mes grands-parents seront là, mon oncle, ma tante, mes parents bien sûr. En fait, pas mal toute la famille va venir de Halifax et quelques amis», a expliqué l’attaquant Gregor MacLeod, qui vient de Dartmouth. Christian Huntley (Halifax) et Andrew Coxhead (Bedford) sont aussi du même coin. Matthew Grouchy, Andrew Picco et Jesse Sutton viennent pour leur part de Terre-Neuve. Tout comme Grouchy, MacLeod a en plus joué pour Charlottetown durant une saison et demie. Il dit que l’an dernier, la grande majorité des 3717 sièges de l’aréna étaient tous occupés à chaque rencontre des séries.