Olivier Mathieu, qui évoluait sur le quatrième trio en début de saison, a su forcer son entraîneur à lui donner plus de temps de glace et à l'utiliser sur le jeu de puissance.

Olivier Mathieu profite de sa chance

Discipline et opportunisme se mélangent au cœur des récents succès d’Olivier Mathieu. Avec quatre rencontres consécutives avec au moins un point, l’ailier de 17 ans des Remparts connaît les meilleurs moments de sa jeune carrière dans le junior.

Joueur de quatrième trio en début de saison, le Drummondvillois passe depuis quelques matchs beaucoup de temps en supériorité numérique. Réuni à Olivier Garneau et Jesse Sutton, Mathieu a inscrit quatre points en autant de rencontres avec l’avantage d’un joueur. Il joue aussi plus souvent avec des attaquants reconnus pour leur flair offensif, comme Matthew Boucher ou Philipp Kurashev.

«Il a une opportunité qui lui a été présentée, et il en profite», a commenté son entraîneur-chef, Philippe Boucher. «Et il est plus discipliné qu’en début de saison. On veut qu’il joue avec la même hargne que [Olivier] Garneau et [Mikaël] Robidoux. On veut qu’il se tienne loin du banc des punitions, et il le fait mieux.»

En octobre, Mathieu s’est rendu coupable de quelques pénalités inutiles, dont une majeure pour dardage. La ligue l’a suspendu pour un match, puis son équipe en a fait autant. Il a bien répondu depuis. Plus que les suspensions elles-mêmes, une rencontre avec son coach s’est révélée le moment-clé.

«La semaine qui a suivi [les suspensions] a vraiment été difficile, vraiment pénible pour moi», a affirmé Mathieu, jeudi. «Mais en même temps, je n’avais pas à me plaindre, parce que c’était totalement mérité. J’ai eu une grosse discussion avec Philippe, qui a vraiment été me chercher. Depuis ce temps-là, j’essaie de mieux profiter de chacun de mes moments sur la glace.»

Il voulait à tout prix éviter l’étiquette de joueur salaud. «Maintenant, j’essaie juste de finir mes mises en échec au bon moment et d’apporter une dimension plus offensive. Je n’ai pas le goût de devenir une petite peste», a-t-il assuré.

Place à l'amélioration

Jusqu’ici en 2017-2018, Mathieu a cumulé 15 points en 30 matchs. Acquis des Sea Dogs de Saint-Jean la saison dernière, il n’avait eu que sept points en 34 rencontres pendant son année recrue, à 16 ans.

Il est admissible au prochain encan amateur de la grande ligue. Pour l’instant, il dit lui-même être moins convoité que deux de ses coéquipiers, Kurashev et Andrew Coxhead, eux aussi candidats potentiels à un appel de la grande ligue, en juin. Les 5’8’’ et 154 livres de Mathieu ne l’aident sans doute pas, même si les plus petits joueurs ont la cote.

«Les équipes me regardent et font : “Il n’est pas gros!” Et je pense que j’ai encore beaucoup de choses à améliorer, dont ma vitesse», constate Mathieu, un jeune homme au discours très articulé. «Je dois essayer d’être encore plus imposant, d’arriver dans le coin et de rivaliser avec des plus gros gars. Je pense que ça pourrait faire écarquiller encore plus les yeux.»

Selon Boucher, «on repêche encore des gros bonshommes, mais la persévérance aura toujours sa place».

NOTES : Victime d’une infection à la cheville, le défenseur Sam Dunn demeure un cas incertain pour le match de samedi, contre le Phoenix à Sherbrooke… L’ancien Remparts Yanick Turcotte a été rappelé par les Sound Tigers de Bridgeport de la Ligue américaine. Le dur à cuire a récolté quatre mentions d’aide et 90 minutes de pénalité en 16 matchs avec les Railers de Worcester de la Ligue de la côte Est, cette saison.