Mikhail Grigorenko veut profiter de son retour chez les Remparts pour parfaire son jeu.

Moins de pression pour Mikhail Grigorenko

Très relaxe, Mikhail Grigorenko rigolait en compagnie de son coéquipier Adam Chapman à sa sortie de la patinoire, au terme de l'entraînement des Remparts, mardi matin. Il y a moins de deux semaines, les deux attaquants ne se connaissaient pourtant même pas! C'est dire à quelle vitesse le Russe s'est réintégré dans l'équipe qu'il croyait avoir quittée pour de bon en avril dernier!
Depuis son renvoi par les Sabres de Buffalo, Grigorenko semble faire contre mauvaise fortune bon coeur. Toujours souriant, le centre de 19 ans affirme vouloir profiter de son nouveau séjour chez les Remparts pour parfaire son jeu.
«Je veux être un joueur complet, alors c'est important de porter attention à mon jeu défensif et en désavantage numérique. Toutes ces petites choses aident une équipe à gagner. C'est important de bien les faire. Les bonnes choses vont venir, si j'améliore tous ces aspects de mon jeu», a soutenu l'attaquant.
Après quatre matchs, cette volonté transparaît déjà dans ses performances. À ses prouesses offensives (trois buts et trois passes), il a ajouté un volet défensif (différentiel de + 4) constitué de tirs bloqués, de jeu en désavantage numérique et de mises en jeu gagnées. Malgré tout, la transition au junior se fait progressivement.
«Dans la première partie, j'ai amassé trois points, mais je pense que je me suis amélioré à chaque match. Je n'ai pas récolté autant de points, mais les matchs étaient plus durs sur la route. Je pense que j'ai toutefois pris plus de lancers, créé plus d'opportunités en attaque. Lors de mes trois premiers matchs, j'ai aussi très bien fait sur les mises en jeu. J'ai travaillé beaucoup mes mises en jeu contre des gars de la LNH à Buffalo. Dans le junior, les gars sont un peu moins forts, alors c'était un peu plus facile...» a-t-il laissé entendre, sourire en coin.
Pas de course au trophée
La différence la plus notable chez le nouveau «Grigo», c'est toutefois qu'il ne porte plus autant attention à ses statistiques personnelles. «Je ne suis pas dans la course pour quelque trophée que ce soit ou pour le titre de meilleur marqueur comme à ma première saison, quand j'ai marqué 40 buts... C'est probablement moins de pression sur moi. Je ne veux pas qu'on pense par là que je me fous de l'équipe. Je ne m'en fous pas. Mais je me concentre plus sur mon jeu défensif. Le plus important pour moi en ce moment, c'est aider l'équipe à gagner des matchs», a affirmé Grigorenko, le dernier joueur à quitter la glace, mardi.
Si la complicité semble déjà être établie avec ses coéquipiers en dehors de la patinoire - le voyage de la dernière fin de semaine aidant -, elle reste encore à peaufiner sur la patinoire. Toujours à la recherche des meilleures combinaisons possibles, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a d'ailleurs doté Grigorenko de nouveaux ailiers en Fabrice Herzog, avec qui il a connu de bons moments au cours du dernier voyage dans l'Ouest, et Zachery Moody, mardi.
«On a deux très gros matchs qui s'en viennent [contre les Mooseheads demain et l'Armada vendredi]. Je pense que les entraîneurs veulent trouver trois très bonnes lignes équilibrées, qui vont bien fonctionner. De mon côté, je vais continuer d'avoir du temps de jeu sur l'avantage numérique, alors je vais quand même continuer de jouer avec Erne, Sorensen, Duclair. Ça ne me dérange pas», a-t-il conclu.
Boucher : «Un bon départ»
Quatre matchs après son retour à Québec, Mikhail Grigorenko démontre une véritable volonté de s'améliorer, estime Philippe Boucher. Un objectif commun pour les organisations des Sabres et des Remparts. «Il doit apprendre à jouer sur 200 pieds, dans toutes les facettes du jeu. Il doit vouloir faire la différence autant offensivement que défensivement», a laissé entendre l'entraîneur-chef.
Comme la plupart des observateurs, le pilote a remarqué que son centre ne se faisait pas prier pour bloquer des lancers ou pour évoluer en désavantage numérique. «Il est conscient qu'il faut qu'il améliore ça. Il pose beaucoup de questions à Lappy [Martin Laperrière] sur ce qu'il a à faire, sur comment il doit se positionner. Je pense qu'il veut être aussi efficace dans cette facette-là du jeu que dans celle qui est naturelle pour lui, le côté offensif. C'est un bon départ.»
Même un aspect de son jeu qui lui posait problème comme les mises en jeu semble s'être grandement amélioré (64, 1%). «C'est quelque chose dans lequel il faut qu'il soit dominant. S'il devient un gars dominant sur les mises en jeu, il va pouvoir jouer dans des situations-clés.»
Quant à l'attitude du grand 25, Boucher n'a là non plus rien à lui reprocher. «Le retour dans l'autobus n'a pas eu l'air de le déranger. De toute façon, il a l'air d'aimer plus l'autobus que l'avion!»
Deux défis de taille
Après un fructueux voyage dans l'Ouest qui les a propulsés au quatrième rang de la LHJMQ, les Remparts affronteront deux puissances de la Ligue demain et vendredi, recevant tour à tour les Mooseheads d'Halifax (2es) et l'Armada de Blainville-Boisbriand (3e). L'entraîneur-chef Philippe Boucher a apporté quelques modifications à ses trios, en vue de ces deux duels. Mikhail Grigorenko évolue désormais au centre de Fabrice Herzog et de Zachery Moody. Adam Chapman pivote un trio complété par Adam Erne et Nick Sorensen. Kurt Etchegary forme quant à lui une troisième ligne avec Olivier Archambault et Anthony Duclair. Le pilote se croise maintenant les doigts pour que ses troupiers évitent l'habituel piège au retour des longs voyages. «Ce n'est pas pour trouver des excuses, mais c'est toujours difficile la première game après un voyage. Il va falloir être prêts, parce que Halifax, c'est toute une machine de hockey. Mais on a toutes les raisons au monde d'être confiants en nos moyens et de bien se sentir. Ce qu'on a accompli sur la route, la manière que l'on joue, notre exécution... On veut juste amener ça ici à la maison», a indiqué Boucher.
En vitesse...
Après avoir hérité du titre de première étoile de la semaine dans la LHJMQ, Anthony Duclair s'est vu  décerner le même honneur dans la LCH. Il succède à Jonathan Drouin, des Mooseheads, qui avait obtenu la même reconnaissance pour la semaine du 13 au 19 janvier. Les deux joueurs évolueront sur la glace du Colisée Pepsi demain... Depuis le début de la saison, les Remparts accordent trop de tirs au but. Une tendance que Philippe Boucher souhaite voir son équipe enrayer. «Ce n'est pas nouveau. La chose la plus facile au hockey, c'est pourtant de jouer défensif. Il faut juste que tu t'appliques», a-t-il rappelé à ses joueurs... Plusieurs placent les Remparts parmi les favoris depuis le retour de Grigorenko. Boucher croit que sa formation méritait la même considération avant son arrivée. «Il y a des commentaires à gauche et à droite, de partout, sur Grigo. Mais le monde oublie qu'on avait déjà une très bonne équipe avant qu'il arrive. On a prouvé avant Noël qu'on pouvait rivaliser avec tout le monde.»