Après avoir été libéré par les Sabres de Buffalo, Mikhail Grigorenko semble ne pas vouloir revenir avec les Remparts de Québec.

Mikhail Grigorenko en réflexion

Les Remparts de Québec pensaient bien avoir du renfort pour leur match de dimanche face au Phoenix de Sherbrooke, puisque les Sabres de Buffalo annonçaient samedi que l'attaquant russe Mikhail Grigorenko terminerait la saison au sein de la formation junior. Celui-ci a toutefois décidé de ne pas se rapporter immédiatement aux Remparts, se trouvant présentement en réflexion.
Le centre de 19 ans n'avait pas participé à l'entraînement matinal des Sabres samedi matin, ce qui tendait à confirmer la rumeur des derniers jours, à savoir qu'il effectuerait un retour avec la formation de la capitale. La nouvelle a été confirmée peu avant midi par les organisations de Buffalo et de Québec, mais elle a été mal reçue par le joueur, qui préfère pour l'instant étudier ses options.
Interrogé par les médias affectés à la couverture des Sabres, l'entraîneur-chef par intérim Ted Nolan n'avait pas caché que le talentueux attaquant, qui peine à faire sa place dans la LNH depuis deux ans, était «un petit peu fâché» par l'annonce de sa rétrogradation. «Mais c'était non négociable. C'est l'un de ces gestes qui devait être posé», a-t-il poursuivi.
Depuis l'arrivée d'un nouveau personnel de direction mené par Pat Lafontaine, plusieurs indices semblaient pointer vers ce scénario. En 18 matchs cette saison, Grigorenko n'a inscrit que deux buts et une passe, ce qui est peu pour un joueur reconnu pour ses prouesses offensives.
«C'est une décision qui a été prise dans le meilleur intérêt à long terme de Mikhail Grigorenko, en tant que membre des Sabres de Buffalo. Tout le monde veut jouer dans la Ligue nationale de hockey, mais c'est la meilleure ligue dans le monde...» a indiqué Nolan, laissant entendre que le grand numéro 25 n'était pas prêt à y évoluer.
Sélectionné en première ronde par les Sabres en 2012 (12e au total), Grigorenko n'a accumulé que trois buts et cinq passes en 43 matchs avec les Sabres depuis janvier 2013. Chez les Remparts, il avait maintenu une fiche de 70 buts et de 69 passes pour un total de 139 points en 92 matchs, entre 2011 et 2013.
Selon un règlement de la Ligue canadienne entré en vigueur la saison dernière, si Grigorenko revenait à Québec dans les prochains jours, les Remparts pourraient aligner leurs trois joueurs européens en même temps, puisque le Russe aura été retourné à son club junior après la date limite des échanges dans la LHJMQ.
Le directeur général des Remparts, Philippe Boucher, espérait toujours que ce scénario se réalise hier, même s'il paraissait peu probable que Grigorenko, qui se trouve toujours à Buffalo, se présente à Sherbrooke aujourd'hui. Il ne perdait toutefois pas espoir de voir éventuellement se rapporter. Si tel était le cas, Boucher est convaincu que le Russe s'intégrerait parfaitement à sa formation.
«Ça ne m'inquiète pas du tout. Une fois rendu ici, je n'ai aucune inquiétude qu'il va pouvoir avancer avec nous autres. Il a des chums dans la chambre. Il y a un environnement extraordinaire ici à Québec. On a 9000 personnes dans le Colisée, on a les meilleurs fans de la ligue. S'il est ici, il va y en avoir encore plus. Les preuves sont faites qu'à Québec, on a développé beaucoup de joueurs», a rappelé le dg.
*****
 «Je veux qu'on me respecte»
Alors que les spéculations les plus folles circulaient à son sujet, Mikhail Grigorenko avait décidé samedi de s'adresser directement aux amateurs de hockey par l'entremise de sa page Facebook. Dans le long message, dont l'authenticité a été confirmée par son agent Jay Grossman, Grigorenko offre d'abord ses excuses à ses fans. En soirée, le Russe a retiré son message de son compte.
«Bonjour tout le monde, Je veux seulement m'excuser pour la situation qui a cours en ce moment.
Nous devons trouver une place où je pourrai me développer et faire de moi le meilleur joueur de hockey que je peux être.
Lorsque je suis venu en Amérique du Nord, il y a trois ans, j'arrivais de Russie, où je n'avais jamais eu de lit, de douche ou de chauffage. J'ai travaillé tous les jours pour devenir le meilleur joueur de hockey que je pouvais dans le but d'assurer une meilleure existence à ma famille. Parce que le hockey, c'est tout ce que j'ai, c'est ma passion, c'est qui je suis.
Je suis tellement reconnaissant d'avoir joué à Québec pour l'un des meilleurs entraîneurs au monde, devant des amateurs, des gens et une ville incroyables. J'ai joué contre des joueurs formidables, qui connaissent maintenant de belles carrières dans la LNH. Je suis vraiment très fier d'avoir été repêché par l'organisation des Sabres de Buffalo. J'aime la ville et les gens là-bas. J'aime mon voisinage et les joueurs de l'équipe. Ils ont également des propriétaires qui veulent que tout le monde soit heureux et aime leur équipe.
Tout ce que je souhaite maintenant, c'est qu'on me respecte et qu'on respecte le temps que je prends en ce moment pour réfléchir à ma carrière. Ça peut être difficile à comprendre, mais c'est encore plus difficile pour un adolescent.»
«Grigo»