Pascal Laberge ne semblait pas trop s’en faire avec l’état de son œil gauche, résultat d’un combat avec Jeffrey Durocher des Olympiques de Gatineau, mercredi. L’attaquant des Remparts sera en mesure de jouer samedi à Baie-Comeau, mais devra toutefois porter une grille complète.

L'œil amoché, Laberge jouera samedi

«J’ai plaqué un gars, je me suis retourné et lui n’avait déjà plus de gants. Ça fait que je n’ai pas eu vraiment la chance de me défendre...»

Si Pascal Laberge n’a amassé qu’un point à ses six derniers matchs, le centre des Remparts a surtout obtenu un poing. En pleine face. Sur l’œil gauche, en fait. La droite de Jeffrey Durocher, ailier des Olympiques de Gatineau, était encore bien imprégnée sur le visage enflé du numéro 54, vendredi matin, peu avant que joueurs et entraîneurs du club junior majeur de Québec grimpent dans l’autocar en direction de Baie-Comeau. Les Remparts y affrontent le Drakkar, samedi (16h).

«J’ai quand même quelques combats en carrière, je pense que c’était mon huitième. Mais c’est la première fois que je mangeais un coup de poing de cette ampleur-là sur le visage», a admis l’attaquant de 19 ans, à propos de son altercation de mercredi soir, en début de troisième période. Il n’était pas revenu dans le match.

Avec 33 points en 50 rencontres, un de plus que Laberge, difficile de considérer Durocher comme un matamore malgré ses 84 minutes passées au cachot cette saison, ce qui le plaçait 11e de la ligue avant les matchs de vendredi.

«Je sais juste que la prochaine fois qu’on jouera contre eux, il a intérêt à se préparer», a promis Laberge, sans perdre le sourire. D’ici le printemps, Remparts et Olympiques ne peuvent se recroiser qu’en ronde éliminatoire, scénario loin d’être farfelu à la lumière du classement actuel.

1800 km en cinq jours

Après un entraînement léger tenu à Baie-Comeau vendredi en début de soirée, il a été décidé que Laberge était en mesure d’affronter le Drakkar samedi. Il devrait toutefois arborer une grille complète pour bien protéger son œil des coups dans le feu de l’action.

Avant de partir pour la Côte-Nord, le joueur se demandait ce qu’il pourrait voir ou non à sa gauche sur une patinoire, tout en observant les pee-wee de Zurich et de l’Arizona défiler devant lui dans le corridor du Centre Vidéotron.

Cela lui a rappelé sa propre participation au Tournoi international pee-wee, en 2011, alors que son équipe représentait le Canadien de Montréal et qu’il avait marqué trois buts et deux aides en quatre matchs.

Sept ans plus tard, Laberge est devenu grand et les Remparts sont encore chassés de leur domicile par les pee-wee. Les protégés de l’entraîneur Philippe Boucher avancent au cœur d’une série de cinq matchs sur six sur la route. Cette semaine est la pire avec des voyages aux quasi-extrémités du territoire de la ligue, soit Gatineau et Baie-Comeau. Ils auront roulé 1800 km en cinq jours.

Les Remparts (29-20-3-2, 8es au classement) voguent néanmoins sur une bonne séquence de quatre victoires à leurs cinq derniers matchs, dont les trois dernières arrachées en prolongation. De ces triomphes en période supplémentaire, on compte leur gain de la semaine dernière contre le Drakkar (22-26-3-1, 15e), qui lui tentera samedi de stopper une série de cinq défaites.