Olivier Mathieu a ouvert le pointage pour les Remparts en première période. Québec s'est incliné 3-2 en tirs de barrage, soutirant ainsi un point contre les meneurs au classement général, l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Les Remparts soutirent un point contre l'Armada

Les Remparts ont arraché «un gros point» à la meilleure équipe de la LHJMQ, vendredi soir, lorsque l’Armada de Blainville-Boisbriand a eu besoin des tirs de barrage pour l’emporter 3-2, au Centre Vidéotron.

Un résultat un peu doux-amer pour les Diables rouges. Car ceux-ci venaient de connaître une prolongation du tonnerre, ratant de près une multitude de glorieuses opportunités : poteau de Benjamin Gagné, échappée d’Olivier Garneau, et on en passe. Tout ça malgré un désavantage numérique complet à trois contre quatre, au cours duquel les locaux ont été fort efficaces.

Lors des face-à-face, le nouveau Lightning Alex Barré-Boulet et son coéquipier Drake Batherson ont toutefois déjoué Antoine Samuel avec de très jolies feintes. Pascal Laberge a assuré la réplique des Remparts, mais Matthew Boucher et Jesse Sutton ont raté leur coup.

«On a bien joué, on s’est battus jusqu’à la fin», a commenté Philippe Boucher. «Je n’ai rien à reprocher à nos joueurs ce soir.»

Précieux huitième rang

L’attaquant Laberge a bien résumé les choses, après ce premier revers en six rencontres : «On est tristes un peu d’avoir perdu, parce qu’on a eu des chances en prolongation. Mais je pense qu’on a montré à tout le monde qu’on est une des bonnes équipes dans cette ligue-là.»

Les Remparts ont maintenant une priorité de quatre points sur les Islanders de Charlottetown et conservent le précieux huitième rang, le dernier donnant droit à l’avantage de la glace en première ronde. Québec a le même nombre de points que les Huskies de Rouyn-Noranda, qui ont toutefois un match en main.

«C’est un gros point», a souligné Boucher. «À ce temps-ci de l’année, on en a besoin. Ce n’était pas un point facile à aller chercher, c’est toute une machine de hockey de l’autre côté. Il nous manquait Kurashev [pneumonie], il nous manquait Robidoux pour la majorité du match, alors on a surtaxé certains joueurs.»

En première période, Olivier Mathieu (8e) avait ouvert la marque pour les Remparts en complétant une magnifique pièce de jeu de Jérémy Laframboise et Étienne Verrette. L’Armada a répliqué en deuxième grâce à Luke Henman, puis a pris les devants en troisième, merci à Drake Batherson. Quatre minutes plus tard, en avantage numérique, Sam Dunn (7e) a créé l’égalité lorsque son tir de la pointe a dévié sur un adversaire pour déjouer Émile Samson.

«Si mentalement tu n’es pas fort, c’est le genre de match que tu perds 4-1», a commenté l’entraîneur-chef de l’Armada, Joël Bouchard. «Parce que l’autre équipe est venue pour jouer. C’est un match qui aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. On s’est accroché, on s’est donné une chance de gagner.»

NOTES : Les frères Marc-Olivier (Remparts) et Alexandre (Armada) Alain s’affrontaient pour la première fois, vendredi soir. Ils ont d’ailleurs procédé ensemble à la mise au jeu protocolaire… Solide, Antoine Samuel a bloqué 32 tirs, contre 21 pour son vis-à-vis, Émile Samson… Les gradins se sont illuminés après chacun des buts marqués par les Remparts, les spectateurs majeurs et vaccinés ayant reçu un verre qui scintillait lors d’une réussite des locaux.

+++

ROBIDOUX JOUE DE MALCHANCE : SAISON TERMINÉE

Tout allait bien. Mikaël Robidoux savourait vendredi son retour au jeu après une absence de 16 matchs en raison d’une ablation de la rate. Il faisait sentir sa présence, intense comme à l’habitude. Puis, en deuxième période, il a quitté la rencontre.

Philippe Boucher a débuté son point de presse d’après-match en confirmant que Robidoux s’était déchiré le ligament croisé interne du genou gauche. Sa saison est terminée.

«Je trouve ça dommage. Le gars a travaillé tellement fort pour revenir. […] De le voir en larmes après la deuxième période dans la chambre, ce n’est pas quelque chose qu’on aime voir», a affirmé l’entraîneur-chef des Remparts.

La blessure a été subie sur un jeu anodin, un accrochage avec un adversaire dans le coin de la patinoire passé plutôt inaperçu. «J’ai été blessé plus souvent qu’autrement dans ma carrière», a poursuivi Boucher, un ancien défenseur de la LNH. «Je sais exactement comment il se sent. Il n’y a pas grand-chose que tu peux lui dire. Il va passer par-dessus, il va être fin prêt quand la prochaine saison va commencer. Mais ce n’est pas évident pour lui, c’est certain.»

Triste ironie du sort pour l’attaquant de 18 ans, opéré dans la nuit du 17 au 18 janvier après avoir quitté un match au Cap-Breton. Rencontré près du banc des joueurs avant la rencontre de vendredi, il admettait avoir eu «vraiment» peur pour sa saison, six semaines plus tôt. Les médecins faisaient alors le pronostic qu’il ne patinerait plus en 2017-18.

Il s’est servi du verdict des spécialistes comme source de motivation pour revenir le plus tôt possible… Tout ça pour une période et demie.