Auteur du premier but des Remparts, Andrew Coxhead reçoit les félicitations d'Olivier Mathieu.

Les Remparts réussissent leur rentrée locale

Les Remparts ont amorcé leur 21e saison locale du bon pied avec un troisième gain consécutif cette saison, l'emportant 3-1 sur les Cataractes de Shawinigan devant 12 388 amateurs, vendredi.
«On ne voulait pas prendre exemple sur les dernières années, alors qu'on avait vraiment de la misère à jouer ici, au Centre Vidéotron», a indiqué l'attaquant Olivier Garneau.
Connaissant un bon début de rencontre, les hommes de Philippe Boucher n'ont pas mis de temps à tester le gardien Mikhail Denisov, tôt en première. Le cerbère russe, brillant toute la soirée, a finalement cédé en milieu de période sur un tir lobé d'Andrew Coxhead.
La formation de Daniel Renaud, qui a été salué sur l'écran géant pour ses trois années de services chez les Remparts, n'a toutefois pas mis de temps à répondre, alors que Vincent Senez battait Dereck Baribeau, qui avait la vue voilée, d'un bon tir des poignets. Les locaux, qui avaient dominé 11-2 dans les tirs au but en première, ont repris les devants dès la deuxième minute de la deuxième, lorsque Derek Gentile a récupéré un lancer de Matthew Boucher pour porter la marque à 2-1.
«La première période nous a vraiment aidés à garder le rythme presque tout le long du match, même si on ne peut pas dire qu'on a joué 60 minutes», a noté Garneau, qui a complété la marque dans un filet désert. «Il y a des moments où on aurait pu jouer plus dur dans notre zone.»
D'ailleurs plus erratiques défensivement en deuxième, les Diables rouges ont repris les commandes de la rencontre en troisième, soutirant des applaudissements nourris de la part des partisans, alors que les trios de Louis-Filip Côté et de Coxhead menaçaient. Denisov a toutefois résisté. 
«J'étais plus ou moins content en deuxième période. Je trouvais qu'on compliquait les choses», a reconnu l'entraîneur-chef Philippe Boucher. 
«Ce que j'ai dit au groupe de défenseurs, c'est qu'on ne les lâchera pas. On pense que c'est un très bon groupe de défenseurs et on veut qu'ils fassent bien les choses.
Le nombre de victoires qu'on va avoir cette année va dépendre de comment on joue défensivement avec ce groupe-là. [...] Ils ont quand même bien fait ça encore ce soir», a estimé Boucher, dont la troupe n'a accordé que quatre buts à ses trois premiers matchs. 
Les Cats devront attendre
Le premier gain des Cataractes cette saison devra quant à lui encore attendre, alors que les Mauriciens ne sont parvenus à diriger que 18 lancers sur Baribeau. Renaud ne s'est d'ailleurs pas caché pour mettre son attaque au banc des accusés.
«Être bons et être beaux, c'est complètement différent. En ce moment, on essaie d'être beaux. On n'essaie pas d'être bons. Tu ne peux pas passer dans l'enclave et ne pas tirer au but. [...] C'est simple. Hier, notre problème, c'était la gestion de la rondelle. On l'a un peu mieux gérée aujourd'hui. Mais il y a encore du progrès à faire», a estimé le pilote, qui a néanmoins louangé la performance de Denisov, avec 29 arrêts.
NOTES : Avant le match, les Remparts ont souligné le championnat des Capitales et ont tenu une minute de silence à la mémoire de Maurice Filion... Ambassadeur des Remparts pour le match, Mikaël Tam a actionné une sirène située dans la section se trouvant derrière le filet des visiteurs, après chaque but de l'équipe locale... Les Remparts reçoivent les Olympiques à 16h, samedi. Pour l'occasion, la Place Jean-Béliveau sera animée à partir de 13h30.
***
Retour «spécial» pour Renaud
Dans les jours précédant son retour au Centre Vidéotron, Daniel Renaud s'est efforcé de garder la tête froide devant les médias affectés à la couverture des Cataractes de Shawinigan. Le nouvel entraîneur-chef de la plus vieille franchise de la LHJMQ ne tenait plus le même discours lorsqu'il est débarqué à Québec vendredi, où il a agi comme adjoint à Philippe Boucher au cours des trois dernières saisons.
«C'est spécial de revenir à Québec», a admis, tout sourire, le sympathique pilote des Cataractes, avant même qu'on ne lui pose la question. «Il y a des choses qui doivent être dites, mais il y a des choses que tu ressens quand même à l'intérieur. La vérité, c'est que lorsqu'on me l'a demandé, j'ai essayé de montrer que ça ne me dérangeait pas. Et c'est pas mal ça aussi. Ce que j'ai dit, c'est que le premier "X" sur le calendrier, c'était le 22 septembre, le deuxième, le 24, et le troisième, le 27. La journée d'aujourd'hui, elle, était encerclée», a raconté le natif de l'Outaouais, qui a serré de multiples mains à son arrivée au Centre Vidéotron.
Daniel Renaud, maintenant entraîneur-chef des Cataractes, effectuait un retour à Québec pour affronter l'équipe avec qui il a agi comme adjoint au cours des trois dernières saisons.
Toujours en quête de son premier gain à la barre des Cataractes vendredi, Renaud reconnaissait qu'une victoire à Québec aurait une saveur particulière, même s'il ne s'agirait pas de sa toute première en carrière. Amené à remplacer Boucher la saison dernière, il avait signé deux gains à titre d'entraîneur-chef des Remparts, l'un à Bathurst et l'autre à Québec.
«Ce qui est certain, c'est que cette première victoire avec les Cataractes, peu importe le moment, j'ai hâte qu'elle arrive!» a-t-il lancé.
Douce transition
Précédemment entraîneur-adjoint à Rimouski et à Québec, Renaud affirme que sa transition vers le rôle d'entraîneur-chef s'est faite en douceur à Shawinigan, où il a hérité d'un groupe comportant 12 nouveaux visages. «Ça va vraiment bien. J'ai eu un bon mentor. Phil [Boucher], pour moi, était vraiment spécial. J'ai appris de Phil, de d'autres individus aussi, mais Phil, pour moi, c'est un très très beau modèle.
«J'aime aussi le groupe avec lequel je travaille en ce moment, avec Martin [Mondou, dig] et Steve [Larouche, entraîneur-adjoint]. Steve connaît la ligue et les gars dans l'organisation. Je connaissais aussi Rémi [Royer, entraîneur-adjoint] personnellement. Ça fait qu'on est un beau groupe. On se complète bien.»
Pour bien préparer le terrain, l'entraîneur avait pris soin, au cours de l'été, de rencontrer les vétérans des Cataractes, qui sont présentement privés de deux de leurs meilleurs éléments : le défenseur étoile Samuel Girard, toujours au camp des Predators de Nashville, et le centre Brandon Gignac, qui tente de décrocher un contrat avec le club-école des Devils du New Jersey. «Pour moi, c'était important que je me présente à eux et qu'ils aient l'occasion de me voir, de savoir c'est quoi mes attentes. Ce premier contact-là établi, ç'a été facile d'entrer dans la chambre. On se connaissait. Une équipe junior, c'est tes vétérans. Les jeunes, eux, ils suivent ce groupe-là.»
***
Retrouvailles pour Fortier et papa Kurashev
À sa première visite depuis l'arrivée de son fils à Québec l'année dernière, le père de Philipp Kurashev a profité de son passage au Centre Vidéotron pour rencontrer le personnel d'entraîneurs des Remparts, vendredi matin.
Accueilli en allemand par Marc Fortier, le Russe Konstantin Kurashev, un entraîneur de carrière établi en Suisse qui a été remercié de son poste d'entraîneur-adjoint avec le HK Sotchi (KHL) il y a quelques jours, s'est rapidement retrouvé en terrain familier, avec l'assistant de Philippe Boucher. C'est qu'en jasant à bâtons rompus, les deux anciens joueurs professionnels se sont rendus compte qu'ils avaient déjà évolué l'un contre l'autre, au Colisée, en 1989.
À l'époque, quatre équipes russes effectuaient une tournée de cinq matchs amicaux chacune en Amérique du Nord et l'une d'entre elles, le Krylia Sovetov Moskva, avec qui Kurashev s'alignait, avait affronté les Nordiques. «Le monde du hockey est vraiment petit!» a lancé Elena, l'épouse de Konstantin, en regardant les deux anciens adversaires, aux abords du vestiaire des Remparts, partager leurs souvenirs d'une rencontre qui s'était terminée 2-2, selon Fortier.
Presque 30 ans plus tard, l'ancien défenseur de la Ligue soviétique a renoué avec une Ville de Québec verdoyante, lui qui en avait gardé un souvenir plutôt glacial. «Il voulait apporter des vêtements plus chauds, mais je lui ai dit que ce n'était pas nécessaire, que la température était encore très agréable», a raconté Elena.
Séjournant dans la capitale au moins jusqu'à l'anniversaire de fiston le 12 octobre, papa Kurashev compte bien profiter de sa présence pour observer le travail de Boucher et... apprendre. «Il y a toujours quelque chose à apprendre des autres entraîneurs, de leurs méthodes de travail», a estimé l'homme de 55 ans, qui assistera aux séances sur glace des Remparts, la semaine prochaine.