Igor Larionov fils est renversé devant le banc des Saguenéens par le défenseur Julien Carignan-Labbé, lors du match de mercredi. Le numéro 8 des Remparts est de retour sur la liste des blessés pour une sixième fois cette saison.

Les Remparts perdent encore des soldats

Trois étaient déjà blessés, deux autres sont tombés au combat dans le match de mercredi. Alors quand Shaun Bily s'est mis à cracher le sang à quatre pattes sur la glace durant l'entraînement de jeudi matin, ç'en était assez.
Bily venait de manger le bâton de Mikaël Robidoux en pleine bouche. Plus de peur que de mal pour l'ailier américain, quoi que... L'auteur de cinq points au cours des deux dernières rencontres devrait être à son poste vendredi soir, à Rimouski, pour affronter l'Océanic dans l'avant-dernier rendez-vous au calendrier régulier.
Pas le choix. Parce que si ça continue, l'entraîneur Philippe Boucher n'aura plus assez d'attaquants sous la main à l'ouverture des séries, la semaine prochaine. Ils étaient 10, jeudi, à l'entraînement. À peine trois trios.
La veille, dans un revers de 5-3 contre Chicoutimi, cinquième défaite de suite, Igor Larionov fils et Yannick Turcotte n'ont pas complété les 60 minutes en santé. Larionov en est à sa sixième interruption pour blessure cette saison, lui qui n'a disputé que 25 des 66 matchs jusqu'ici. Prompt aux blessures, l'héritier du célèbre joueur russe n'affiche que 64 parties jouées depuis six ans.
Le cas de Turcotte est différent. Le vétéran au style de jeu physique a fait connaissance avec le poteau des buts, en troisième période mercredi, après un contact avec Olivier Galipeau. Sur le coup, l'épaule a encaissé le choc. Le lendemain, c'est l'aine qui subissait le contrecoup.
Sans compter que Matthew Boucher, Olivier Garneau et Dmitry Buynitskiy sont déjà sur le carreau. «Me reste juste neuf attaquants, dont cinq de 17 ans ou moins», a jeté un coach Boucher dépité, après la séance d'une heure.
Tous ces blessés forcent le rappel d'Ethan Crossman du junior A des Maritimes. Avec deux points en 22 matchs dans l'uniforme des Remparts en début de saison, il avait été rétrogradé à la mi-décembre chez les Slammers de Woodstock (N.-B.), avec qui il a amassé 26 points en 23 rencontres.
Alexandre Drapeau sera pour sa part muté à l'attaque pour ainsi n'aligner que sept défenseurs. Au besoin, Samuel Hould, arrière retranché mercredi, pourrait aussi servir à l'avant.
Toujours un enjeu contre l'Océanic
Alors, même si les Remparts peuvent pousser l'Océanic hors de la ronde éliminatoire vendredi soir, pour l'appel à une revanche de la finale de ligue d'il y a deux ans, on repassera.
Le défenseur Raphaël Maheux devient le seul joueur actuel des Remparts à avoir perdu cette Coupe du Président de 2015 qui sera en action sur la patinoire du Colisée de Rimouski. L'autre était Turcotte. On peut ajouter Andrew Picco, à l'époque dans le camp vainqueur.
«Si c'est une motivation pour Raph et s'il peut la transmettre aux autres, tant mieux», fait valoir le patron. «Mais tu as juste besoin de jouer une game Remparts-Océanic, dans un gilet ou dans l'autre, pour comprendre la rivalité. Il semble toujours y avoir un enjeu et demain, ce sera celui-là», dit Boucher, qui a lui-même été des deux côtés.
Le duel de samedi contre Sherbrooke influencera aussi le classement final, puisque Rimouski détient le 16e et dernier rang donnant accès aux séries avec 57 points, tandis que Sherbrooke est 17e, à 56.
Si le but principal s'avère surtout d'aborder les séries sur un rythme victorieux pour Maheux, Turcotte, autre vétéran de 20 ans, identifie d'emblée l'Océanic comme cette équipe qu'il tient absolument à vaincre chaque fois qu'elle croise son chemin. Mais pas cette probable dernière fois.
***
Le sourire de Bily
Shaun Bily a récolté cinq points à ses deux dernièrs matchs.
Un coup de bâton accidentel au visage durant l'entraînement lui a fait perdre son sourire, jeudi matin, au Pavillon de la jeunesse. Mais la veille, au Centre Vidéotron, Shaun Bily avait toutes les raisons de sourire. Un but, deux aides et la première étoile pour cinq points en deux matchs depuis qu'on l'a retranché de l'alignement, vendredi dernier.
«Un coup de pied au derrière bien placé, ç'a toujours fait du bien!» a lancé Philippe Boucher, à l'évocation des récents succès de son numéro 28. Faut dire qu'il a jumelé l'ailier américain arrivé en janvier à Philipp Kurashev et à Mathieu Ayotte, ses deux meilleurs attaquants toujours actifs, au sein du premier trio.
«En deuxième période, Shaun a été extraordinaire, puis il a ralenti en début de troisième et on a dû lui dire», a révélé l'entraîneur. Bily a entre autres été l'auteur du revirement qui a coûté le troisième but des Saguenéens et égalait la marque, en début de troisième.
«Tu veux que les gars aient du plaisir, mais il y a le sourire du gars qui travaille et il y a le sourire du gars qui a accompli quelque chose. Et je crois que c'est juste après la game que tu peux sentir que tu as accompli quelque chose. Avec Shaun, c'est ça le défi.»
À eux trois, Bily, Kurashev et Ayotte ont inscrit les trois buts des Remparts contre Chicoutimi et cumulent 14 points à leurs deux matchs ensemble. Pour un, Kurashev semble avoir retrouvé le chemin du succès depuis le début de mars avec huit points en six rencontres. Au total de 22 parties en janvier et février, le 96 n'a amassé que 14 points.
En plus d'atteindre le plateau des 20 buts, l'attaquant suisse dit avoir retrouvé l'ardeur nécessaire pour les séries. «Il y a eu un bout plus difficile parce qu'on joue beaucoup de matchs. Mais maintenant, je suis plus habitué et je suis rempli d'énergie!» affirme Kurashev.