Le défenseur Francis Lambert-Lemay aime bien le caractère de ses coéquipiers qui n'hésitent pas à jouer de façon plus physique dans la série contre les Huskies.

Les Remparts pas intimidés

«Il aurait été décevant de partir de Québec avec un retard de 0-2 dans la série. Notre objectif était de gagner les deux matchs chez nous, mais étant donné la tournure des événements dans le premier, il fallait absolument l'emporter samedi», convenait le défenseur Francis Lambert-Lemay en mettant le cap sur Rouyn-Noranda
Toujours aussi posé, dans la victoire comme dans la défaite, le numéro 55 a grimpé à bord de l'autocar menant les Remparts en Abitibi de bonne humeur, dimanche matin. Une balade de 850 km paraît toujours moins longue au lendemain d'une victoire. La série 4 de 7 est égale 1-1, les trois prochains matchs auront lieu à l'aréna Iamgold, mardi, mercredi et vendredi.
«Nous arrivons là-bas en ayant le momentum de la série, nous avons dominé le deuxième match quasiment de A à Z. On a joué 60 grosses minutes, samedi, et nos unités spéciales ont été vraiment bonnes. Même chose pour notre cinq contre cinq, qui avait été déficient dans le match de vendredi», notait le défenseur
Tout le monde frappe
En première période, samedi, les Remparts n'ont pas été ébranlés par les mises en échec des Huskies, dont le style de jeu ne s'apparente pas à celui de leurs adversaires de la capitale. À ce sujet, Lambert-Lemay perçoit autre chose depuis qu'il est de ce côté-ci de la clôture.
«Toutes les équipes pensent qu'on ne joue pas physiquement, mais on prend un malin plaisir à répondre lorsqu'elles le font. On peut jouer des épaules, nous aussi», avouait celui qui a donné le ton avec de percutantes mises en échec, samedi.
Et ça ne venait pas que de lui, mais de plusieurs joueurs, comme Adam Chapman, bien sûr, mais aussi de quelques autres, dont Nick Sorensen et Olivier Archambault, des attaquants d'abord reconnus pour la finesse de leur jeu.
«Tout le monde aime le jeu physique, les petits comme les gros. Même nos meilleurs démontrent du caractère, ça prouve l'étendue de notre talent», ajoutait celui qui refuse que les siens s'enflamment avec la victoire, comme il a apprécié l'attitude confiante et optimiste après la défaite.
L'ancien capitaine des Voltigeurs, qui discutent souvent en tout respect avec les arbitres dans le feu de l'action, a noté que les Huskies avaient changé plusieurs pièces à leur alignement pour cette phase éliminatoire. À l'habileté de Nikita Kucherov et à la vitesse de Sven Andrighetto, on a fait place à l'intensité de Francis Beauvillier, Jack Nevins et Ryan Penny.
«On sait qu'ils [Kucherov et Andrighetto] ne sont plus là, mais ils ont apporté de la profondeur et des gars d'énergie à leur formation. Ils sont plus physiques que l'an passé. Nous aussi, on a changé et le choc des deux devrait donner du bon hockey», prédisait-il avant le début de la série.
*************
Archambault s'en tire
Pendant un instant, les Remparts ont craint qu'Olivier Archambault n'écope d'une suspension pour avoir participé à une bagarre planifiée (son opposant Marcus Power aurait subi le même sort), samedi, mais il n'y aura finalement aucune sanction supplémentaire, outre celles appelées par l'arbitre du match. Par ailleurs, l'entraîneur-chef Philippe Boucher n'a pas voulu confirmer s'il avait fait parvenir la séquence où Adam Chapman a été solidement frappé en début de match, samedi. «Je ne discuterai pas des vidéos qu'on pourrait envoyer. Ça avait l'air d'un coup à la tête, on verra, ce sera à la Ligue de décider», disait celui qui a joué de prudence en laissant Chapman sur le banc en fin de rencontre. «Il est un joueur ciblé de l'autre bord, on voulait qu'il soit là pour le prochain match», notait-il à propos de celui qui montre une fiche de trois buts et deux passes en deux parties.
Fuchs de retour à Rouyn
Victime d'une fracture ouverte à l'auriculaire de la main droite, Jason Fuchs est revenu à Rouyn-Noranda à bord de l'autocar en compagnie de ses coéquipiers. Après l'intervention de l'équipe médicale des Remparts, samedi, il a été transporté à l'hôpital où il a reçu les soins nécessaires, dont quelques points de suture pour refermer la plaie. Dimanche, la LHJMQ a publié un communiqué afin de faire savoir que l'état de santé du Suisse de 18 ans était «positif». Les Huskies, qui ont passé la nuit dans la région de Montréal, sont arrivés à la maison, dimanche, et Fuchs sera évalué lundi par le médecin de l'équipe afin de déterminer la durée de son absence. À l'instar de la LHJMQ, les Huskies tenaient à remercier le personnel médical des Remparts pour leur soutien dans la mésaventure de leur joueur.
Choses à corriger
Si les unités spéciales font flèche de tout bois depuis le début de la série, Philippe Boucher aimerait que sa troupe porte plus d'attention à son jeu à cinq contre cinq, surtout que les Huskies tenteront d'éviter le banc des punitions en raison des succès québécois en avantage numérique (7 buts en 10 occasions). «On parle beaucoup de notre jeu de puissance et de notre désavantage [1 but accordé en 12], mais on peut faire mieux à cinq contre cinq», a indiqué celui qui confirme qu'il aurait été difficile de se présenter à Rouyn-Noranda avec un retard de 2-0 dans la série. Pour contrer le jeu physique des Huskies, Boucher se réjouissait de la contribution de Raphaël Maheux et de Tyler Brown, deux joueurs qui ajoutent du poids à l'attaque.